alexametrics
A la Une

Vision d’Ennahdha : on préserve ce qu’on a acquis, le reste on le construit ensemble

Vision d’Ennahdha : on préserve ce qu’on a acquis, le reste on le construit ensemble
A l’égal de ses concurrents dans la course des législatives, le mouvement islamiste Ennahdha a emprunté le chemin de la campagne électorale en l’inaugurant par la présentation de son programme socio-économique. Etalé sur une soixantaine de pages, et ponctué par des sourates du Coran, la vision d’Ennahdha semble plus réaliste que celle présentée lors des élections de 2011. L’expérience du mouvement islamiste au pouvoir a fait qu’il ait gagné en maturité politique pour cerner au mieux les exigences de la transition démocratique en Tunisie. Tel a été l’argumentaire, en somme, exposé par Ennahdha dans le préambule de son programme électoral.

Le parti islamiste estime que la création supplémentaire de richesse, ainsi que son accumulation, s’acquitte d’un caractère obligatoire dans la lutte engagée pour la régression du taux de chômage, de pauvreté ainsi que "l’inéquité" régionale et sociale. De ce fait, Ennahdha s’applique dans les lignes de son programme, à bâtir un modèle économique inclusif basé sur plusieurs aspects dont le choix de l’économie d’échelle sociale, la conversion vers une économie concurrentielle et la redéfinition du rôle de l’Etat. Le programme économique d’Ennahdha est confectionné selon cinq axes principaux. Il s’agit de : des politiques économiques spécifiques, des réformes structurelles, un plan d’investissement national optimiste, des programmes de soutien des activités économiques de l’avenir des générations futures.

Chacun des cinq axes cités a été développé en différents points détaillés qui fixent les propositions du parti en vue de les concrétiser. Dans le premier axe, Ennahdha étale sa vision portée sur les politiques économiques spécifiques pour hisser le secteur de l’économie nationale. C’est d’abord en préservant les équilibres financiers internes et externes sur le moyen et le long termes qu’elles pourront se faire. Plusieurs instruments peuvent être d'usage à ce titre, à l’instar de l’adoption d’un plan d’équilibre des finances publiques de manière progressive, la rationalisation des dépenses publiques, et la réduction de l’endettement extérieur pour s’établir à 40% sur le moyen terme. Contrairement à ce qu’il avait annoncé lors de sa campagne électorale de 2011, Ennahdha envisage de réaliser un taux de croissance économique de l’ordre de 5% au cours des trois prochaines années et de 7% à compter de l’an 2018. Aussi, pour préserver les équilibres financiers, le parti préconise-t-il d’accroître le financement public au moyen des sukuks islamiques pour représenter 50% du financement global du marché financier.

Ensuite, Ennahdha se prononce pour une politique industrielle dynamique et prometteuse. Celle-ci reposera sur 7 points essentiels, il s’agit entre autres de la création de stratégies de la suppression de la dualité entre le secteur intérieur et le secteur extérieur,  mais aussi des stratégies sectorielles adéquates pour la fixation des priorités des secteurs, ainsi que la révision du rôle des différentes agences publiques. Et puis, il y a l’adoption de politiques inclusives et ce, au travers de l’orientation des investissements vers l’infrastructure, le soutien de la solidarité sociale et la réduction des disparités entre les classes sociales, la généralisation de l’accès aux individus et aux entreprises au financement bancaire pour le lancement de projets et ainsi l’amélioration du pouvoir d’achat et notamment le soutien de la concurrence dans différents secteurs économiques surtout en matière d’investissement et de commerce. Enfin, Ennahdha défend l’implication fictive dans le système de l’économie mondiale au moyen, notamment, de partenariats équilibrés et complémentaires.

Dans le deuxième axe porté sur les réformes structurelles pour un meilleur climat pour l’investissement, Ennahdha préconise une pléiade de mesures à l’instar de la simplification des instructions pour l’investissement, la régression des activités soumises aux autorisations tout en préservant les intérêts stratégiques du pays ainsi que la constitution d’un conseil supérieur de l’investissement composé de représentants des deux secteurs privé et public. Aussi, le parti islamiste propose-t-il dans son programme d’accélérer la réforme du secteur bancaire et financier, la réforme fiscale pour une justice fiscale, la réforme des entreprises publiques, la réforme des caisses sociales, l’optimisation de la compensation, et l’intégration du secteur informel dans le secteur formel.

Cap sur le troisième axe, où Ennahdha suggère dans son ouvrage de mettre en place un programme national pour l’amélioration de l’infrastructure et de la logistique en poursuivant les travaux pour la réalisation de l’autoroute Bousalem, Sfax et Ras Jedir, et notamment en améliorant le rendement des ports commerciaux tels que le port de Radès. Egalement, le parti propose la mise en place d’un programme national pour la transition numérique, notamment en accélérant la réalisation du projet de « Tunisie intelligente », ainsi que la mise en place d’un programme national pour l’attraction des investissements privés dans les grands projets.

Les programmes de soutien des activités économiques, volet qui s’inscrit dans le quatrième axe, Ennahdha y a consacré un espace d’assez haute importance en détaillant les multiples points traduisant ces programmes. Il s’agira de manière sommaire, de programmes de promotion de l’emploi et de la diminution du chômage (opérer des réformes structurelles au niveau du système de l’enseignement), de programmes de restructuration économique et de promotion de l’exportation (multiplier les exportations tunisiennes en matière de technologie), des programmes pour la modernisation du secteur touristique (diversification du produit touristique), des programmes pour la diplomatie économique (encourager les cadres tunisiens a travailler en Afrique) et en dernier rang, des programmes pour faire participer les Tunisiens résidents à l’étranger pour promouvoir la croissance économique.

Le dernier axe est caractérisé d’une certaine délicatesse, au regard de la cible qu’il vise, nous citons : les générations futures. Il est question à ce stade de garantir et assurer à ces dernières un avenir prometteur. Cela se fera selon le plan d’Ennahdha par le biais de la réalisation de la sécurité énergétique, la résolution du problème de la rareté de l’eau, le développement du secteur agricole, ainsi que la protection et la préservation de l’environnement.

Le mouvement islamiste Ennahdha a rédigé un ouvrage relayant son programme socio-économique pour les cinq prochaines années, qui emprunte une voie réaliste et optimiste à la fois. Contrairement à son programme proposé en 2011, les propositions n’effleuraient pas très souvent la réalité de la situation d’alors ou encore actuelle. L’expérience du pouvoir d’Ennahdha semble lui a avoir été utile afin d’esquisser un programme susceptible de rassurer et d’attirer les électeurs. Les erreurs commises par Ennahdha, lors de son passage par le pouvoir, semblent avoir aidé le mouvement islamiste à cerner les enjeux de la transition démocratique, de l’étape préélectorale déterminante et de la période cruciale que constituent les cinq prochaines années.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

moad
| 18-10-2014 17:47
On était déçu par les dernières années de Bourguiba, on était berné par Zaba, il ne nous reste que les actes à juger; et pourtant aux élections prochaines que devons nous choisir, afin d'éviter une abstention massive? malheureusement on est obligé de passer beaucoup plus par la confiance que les candidats peuvent nous inspirer, que par la lecture de leurs programmes.

Etquoiencore
| 08-10-2014 15:27
Mais Sincerements quels sont les acquis inherents a la Nahdha ?.
Sauf a preserver LA DIVISION, LA CORRUPTION, L INCOMPETENCE...

canalou
| 06-10-2014 19:34
pour avancer ,il faut faire le bilan du passe . Le bilan est plutôt neGatif puisque aucune promesse n a été tenue . l augmentation du terrorisme et l insecurite . La crise economique ,la hausse des prix a cause du capitalisme .. Les assassinats politiques ,les evenements du rach , l affaire bou chleka qui finance l PR . LA nakba se felicite d avoir reussi a faire tous ces dégâts ? Il faut arreter avec le denie de la realite . Les tunisiens ne rferont plus la meme erreur inchallah .Les élections vont nous liberer

IBN KHALDOUN
| 06-10-2014 15:56
Les tunisiens vivent une période difficile, ils ont cru au programme présenté par ennahdha en octobre 2011 et fort logiquement après plus de deux générations de dictature et de répression ils ont démocratiquement opté pour le parti islamiste. M.(B.C.S)en démocrate a rendu les clés de la république aux heureux élus.Aujourdhui que constatent ces mêmes tunisiens? qu' il s étaient tout simplement trompés. Et ils ont raison, l économie est en panne des entreprises et des entrepreneurs ont fui le pays, y compris des tunisiens, la sécurité n est pas celle des meilleurs périodes le tourisme en berne le marché parallèle fleurit l agriculture en baisse le pouvoir d achat ne suit pas jamais la Tunisie ne s est endettée comme elle l est aujourd hui, ils nous ont introduit ,par leur laxisme, le terrorisme. un deuxième mandat avec eux et la somatisation du pays est assurée.

hannibal barca
| 06-10-2014 13:08
c est du n importe quoi...ghanouchi s est coupe des elites qu ils considerent comme des mecreants
son programme c la terreur,la mendicite,et l appauvrissement des masses ..et il leur reprochera ma tkhafouch minrabbi ..c le programme des khouenjias acte 2 ..vous avez aime le 1er????????

Mouldi
| 06-10-2014 11:44
On peut avoir de bons programmes, mais l'essentiel c'est des gens compétents pour atteindre les objectifs souhaités.

rzouga
| 06-10-2014 11:07
Ce parti est très fort pour tromper l'opinion publique et lui faire oublier touts ses déboires et tous ses coups bas administrés à la société pendant ses 2 années de pouvoir; ils comptent sur la mémoire courte des tunisiens mais on n'a pas oublié!
Mais tant que ce parti joue sur les 2 cordes: d'une part, la religion le point faible des croyants et d'autre part sur son caractère civil acquis depuis peu sans pour autant se débarrasser de son manteau religieux , la preuve que son président se transforme chaque vendredi en cheikh de prêche et les sourates qui jalonnent leur programme donc ils n'ont pas opté définitivement pour le caractère civil du parti; il est encore tôt pour que le citoyen clairvoyant leur donne son voix et encore moins sa confiance.

Mansour
| 06-10-2014 10:13
Ce qui est sûr et clair pour tout le monde , c'est l'état du Pays aprés la gouvernance de la TROYKA , Chômage à son maxi , Terrorisme,Epidemis,Coup de la vie trés trés cher , et ils vienne maintenant nous raconter des histoires a la con , d'ailleur le Titre de l'article ( On preserve ce qu'on a acquis !!!!!!) NON on veut pas preserver , le Chomage et tout ce que j'ai cité , on contruira le pays sans VOUS , et cet écrivain de l'article , je lui dis ( Il était bon le Mouton qu'on t'a offert a l'occasion de l'Aiid)

7ay
| 06-10-2014 09:13
N'importe dira : AIMER LA TUNISIE l'essentiel comment ? à leur manière ou à celle du peuple?

Lefghoun
| 06-10-2014 08:56
a lire l'"article puis les commentaires je me dis que certains internautes forumistes sont des debiles mentaux
au lieu de commenter objectivement, ils ne font que se repeter dans l'insulte - pauvres c....

A lire aussi

L’actualité de ces deux derniers jours nous vient du côté de Monplaisir. Il s’agit du discours

19/11/2018 19:59
10

Le retour au protectionnisme, la forte disparité et concentration des revenus mondiaux, la

18/11/2018 15:59
10

La crise de l’immobilier n’est un secret pour personne. Alors que beaucoup de Tunisiens privilégient

16/11/2018 19:59
4

Les indicateurs économiques sont en nette amélioration, mais il faut poursuivre les efforts et

15/11/2018 19:59
0

Newsletter