alexametrics
A la Une

Moncef Marzouki : comment être libre tout en étant à la solde d’Al Jazeera ?

Moncef Marzouki : comment être libre tout en étant à la solde d’Al Jazeera ?
Le président Moncef Marzouki vient de publier son huitième article, en tant que président de la République, sur le site de la télévision qatarie Al Jazeera. Un article où il parle de liberté théorique qui a du mal à être appliquée dans la pratique.

Depuis la révolution du 14 janvier 2011, Moncef Marzouki a rédigé douze articles sur le site d’Al Jazeera. Trois avant les élections du 23 octobre, un quinze jours après et huit depuis qu’il occupe le poste de président de la République.
Moncef Marzouki n’en a cure, visiblement, de toutes les critiques qui le ciblent, Al Jazeera et lui-même.
Jamais un président en exercice n’a pourtant commis de tels impairs. Le premier de ces impairs est qu’il est inconcevable qu’un président trouve le temps matériel nécessaire pour rédiger ses réflexions à la manière d’un intellectuel qui rédige dans un blog ou d’une adolescente qui rédige ses notes intimes.
L’autre impair est dans le choix d’un support étranger pour publier ces réflexions. La Tunisie ne manque pourtant pas de titres, imprimés et électroniques, capables de publier les réflexions présidentielles, sans censure aucune.
Enfin, le choix même d’Al Jazeera, pour publier ces réflexions, est objet de discorde et une insulte à l’esprit droit de l’hommiste dont se prévaut Moncef Marzouki.

Pourquoi et pour qui écrit Moncef Marzouki ?
Le site d’Al Jazeera est le média électronique le plus lu dans le monde arabe, bien qu’il ne se classe premier nulle part. Il doit sa notoriété plutôt par le cumul des visites à travers les différents pays que par sa notoriété dans chacun de ces pays arabes. Au Qatar, et d’après les chiffres d’Alexa (non scientifiques et ne reflétant qu’une tendance) , Al Jazeera se classe 35ème site le plus visité et 7ème média le plus lu.
De par les pourcentages de ses visiteurs, le site d’Al Jazeera a le taux le plus élevé en Arabie Saoudite (13,2% de ses visiteurs) où il se classe 129ème site le plus visité, puis en Egypte (12,4% de ses visiteurs) où se classe 152ème , puis aux Etats-Unis (8,4% de ses visiteurs) où il se classe 4515ème, puis au Qatar (6,3% de ses visiteurs) où il est 35ème.
Quant au pourcentage de visite des Tunisiens, théoriquement public cible de Moncef Marzouki, le pourcentage de visite n’est que de 1,8% et le site qatari se classe à la 176ème place.
Loin derrière les médias les plus visités du pays tels Mosaïque FM (la Tunisie représente 82,6% des visites), premier média en Tunisie qui se classe 10ème, sur internet, ou de Business News (la Tunisie représente 82,1% des visites) qui se classe 34ème et occupe la tête des médias électroniques francophones.
Au vu des statistiques d’Al Jazeera, le président de la République n’a donc aucun intérêt à publier sur ce site, au vu de l’audience bien minime de ce site chez les Tunisiens.

Outre les problèmes monstres d’absence de crédibilité et de partialité aveugle frisant l’extrémisme, l’autre souci avec Al Jazeera est d’ordre éthique. C’est bien cette chaîne qui employait le journaliste tunisien Mahmoud Bouneb, actuellement détenu en toute illégalité au Qatar d’où il est empêché de quitter le territoire depuis 2012. M. Bouneb n’a pas été jugé et n’est pas en prison, il est juste interdit de voyage sur une décision de justice contraire à la loi qatarie et basée sur des accusations dénuées de preuves acceptables. Officiellement, on lui reproche d’avoir dilapidé les fonds publics qataris lorsqu’il dirigeait deux chaînes de la galaxie Al Jazeera. Concrètement, le journaliste tunisien n’a pas obéi aveuglément aux ordres de ses maitres de la famille dirigeante de l’émirat. La réaction du pouvoir ne s’est pas faite attendre et a été dans le sillage même de toute dictature qui se respecte.
Paradoxalement, c’est ce même support que choisit le président tunisien pour parler de libertés et de Droits de l’Homme.

Toujours avec l’éthique, un scandale en rapport avec les liens de Marzouki et Al Jazeera a éclaté en mars 2013 avant d’être rapidement étouffé pour qu’il ne soit plus traité par les médias, aussi bien tunisiens qu’étrangers.
En ce samedi 9 mars 2013, Salam Zahran, directeur de Media Focal Center, sise au Liban, affirme que le président tunisien travaillerait pour la chaîne de télévision Al Jazeera et en percevrait un salaire mensuel de 50 mille euros. L’information a été diffusée au micro du journaliste Zouheïr El Jiss sur les ondes de la radio tunisienne Express FM. Elle sera démentie mollement par le chef de cabinet de Marzouki, à l’époque, sur Mosaïque FM, puis le lendemain par le biais d’un communiqué officiel émis par la présidence.
Une plainte sera, par la suite, déposée en justice et impliquera le journaliste d’Express FM et son invité Salam Zahran.
A défaut de pouvoir l’étayer par des preuves, aucun média n’a pu rebondir sur ce scandale. N’empêche la suspicion continue et Moncef Marzouki n’arrange en rien la situation en continuant à « collaborer » avec Al Jazeera. Depuis la déclaration de M. Zahran, le président de la République a publié quatre tribunes. Soit avec le rythme d’une tribune par trimestre.
Pourtant, force est de reconnaitre que face à pareils doutes, n’importe quel homme politique se serait abstenu de continuer ce type de collaborations (en supposant qu’elles soient gracieuses) ne serait-ce que pour couper court aux polémiques improductives et aux suspicions fatales et salissantes.
Mais là n’est pas l’avis de Moncef Marzouki qui continue, contre vents et marées, à éditer ses articles dans un support étranger, financé par des entités ne respectant pas les Droits de l’Homme et ne générant pas une audience respectable digne d’un chef d’Etat.

Raouf Ben Hédi

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

drmohamedsellam
| 23-04-2014 19:01
Le sort peu enviable d'un président.. !
Tout le monde s'en est pris à ce pauvre monsieur ..Tout le monde s'acharne sur lui sans rémission'On est allé même douter de son aptitude à écrire en arabe'Pourquoi publie-t-il ses idées dans un média étranger ?Al-Jazeera était au centre de sa réussite en Tunisie..C'est al-jazeera qui l'a fait connaitre au peuple tunisien,en l'invitant à des débats sur le régime de benali..or Il est resté reconnaissant à cette chaine qui l'a hissé 'indirectement-au pouvoir 'Alors tout le monde exécre,méprise,et déteste mortellement ce pauvre individu..Ses innombrables maladresses,ses bourdes extravagantes et ses rodomontades tout cela n'a contribué qu'à faire de lui un vrai souffre-douleur'Notre peuple,déjà paradoxalement composé de médiocres raffinés,a horreur de la médiocrité,en politique comme dans toutes les choses de la vie..D'ailleurs notre bonhomme n'est pas du tout un raté ,puisqu'il encaisse rubis sur l'ongle au terme de chaque mois une rémunération fabuleuse s'élevant à trente mille dinars en chiffres ronds'payé par ce même peuple qui le prenait en grippe'et l'accablait sempiternellement de brocards' !
msellam83@yahoo.com

Slahdiine
| 23-04-2014 18:31
@Bourguibise nationaliste

Dans les pays démocratiques, pour éviter de tomber dans le piège du conflit d'intérêt, aucun ministre et de surcroît aucun président ( de la République, du Sénat, de l'Assemblée nationale ou du Conseil constitutionnel) ne peut exercer son mandat de président et toucher des subsides, des appointements et autres faveurs financières durant le mandat de président. De plus chaque président doit déclarer son patrimoine à l'entrée en exercice de son mandat public et à la fin de son mandat pour bien démontrer que son mandat de président n'a pas été entaché par une quelconque corruption.
Le cas de Marzougui est désespérant de corruption et d'intelligence avec le Qatar.
Une Cour de Justice de la République n'aurait aucun mal à mettre en lumière les faits que je décris.
Mais pour que cela puisse se passer, il faut se poser la question préalable de savoir ce qu'ont fait de la Tunisie les marionnettes de la Troïka qui est toujours en place et ceux qui les ont placés là où ils se trouvent.
On comprend alors que la Tunisie actuelle n'a strictement rien de démocratique et que la Démocratie est à mille lieux de ce pays.

Bourguibiste nationaliste
| 23-04-2014 15:59
Nous sommes bien obligés d'arriver à cette conclusion : un peuple n'a que le président qu'il mérite. Le peuple tunisien a son Marzouki qu'il mérite. Tout a été dit sur cet ignoble personnage ; tout a été dit sur sa servilité, sa bassesse, son besoin effréné d'argent, le manque d'estime de lui-même, etc. En revanche, il faut dire que le peuple tunisien n'a que ce qu'il mérite car dans aucun pays du monde, vous ne trouverez un président en exercice qui écrit des articles payés pour un organe de presse étranger, et même un organe de presse national. IL N'Y A QU'EN TUNISIE QU'ON VOIT CELA.

mitterand
| 23-04-2014 15:41
quand je lis ce genre de commentaires ,je conclis qu'il ya une partie lache de la population tunisienne qui se considere comme elite intellectuelle est restée esclave de l'analphabete dictateur et ne veut pas s'affranchir

hannibal barca
| 23-04-2014 14:44
ce type est un traitre a son pays et merite d etre passe devant les tribunaux militaires pour trahison.c est ce qui l attend.

moncef
| 23-04-2014 11:49
Car il est trop particulier et décalé pour de hautes fonctions. Il n y a que les opportunistes et brebis galeuses qui l entourent. C est du très as niveau et surtout il a trompé beaucoup de gens avec son discours populiste.

maya
| 23-04-2014 11:04
ce monsieur nous traine dans la boue, nous roule dans la farine. faut-il exiger son bulletin de santé ? je crois que oui, après tous les dégâts immenses qu'il a causés à la tunisie et aux tunisiens. il faudra le juger lui et sa cour pour tout cela.

The Mirror
| 23-04-2014 10:54
Le Président de la République tunisienne, le Professeur Moncef Marzouki excelle dans ses positions courageuses. Lorsqu'on veut citer un président arabe élu et actuellement en exercice, il n'y a que lui. Cela ne doit évidemment pas plaire aux médiocres, toute catégorie confondue.
La chaîne de télévision qatarie Al Jazeera excelle dans son rôle de chaîne d'information. Lorsqu'on veut s'informer, on a le choix entre la CNN, la BBC et Al Jazeera. Cela aussi ne doit évidemment pas plaire aux médiocres, toute catégorie confondue.
" Candle in the Wind" est une chanson bien connue d'Elton John. Les bougies du monde arabe Marzouki et Al Jazeera ne s'éteindront jamais, aussi fort le vent de la médiocrité soit-il.

Nad
| 23-04-2014 10:10
Franchement chapeau, la photo nous dis tout.
Retenez moi ou je fais un malheur, la seule qu'il lui faut c'est une camisole, afin qu'il cesse de nous sortir des scoops de ce genre.
Pauvre de nous, Carthage réveille toi............Hannibal au secours c'est le bazar chez nous.............

Mansour Lahyani
| 23-04-2014 09:28
Un prétendu (mais bien "provisoire") président de république employé d'un organe d'information, il fallait la Tunisie "révolutionnaire" pour l'inventer, et un fou furieux pour le réaliser !!
Cette malheureuse et malencontreuse incongruité est une exclusivité de ma pauvre Tunisie... Et quand on pense que nous la devons à un prétendu défenseur des droits humains, qui l'a fait croire à tous pour accéder à la magistrature suprême de ma pauvre Tunisie !!

A lire aussi

La scène nationale a vécu ces derniers jours au rythme de la grève générale. Si la première grève

21/01/2019 19:59
0

Les frères Abdelmonem et Mounir Daïmi sont suspectés par la Ctaf de blanchiment d’argent et de

20/01/2019 15:59
18

Le Parlement tunisien ne cesse de surprendre et non pas dans le sens favorable du terme ! L’incident

18/01/2019 19:59
7

Chacun ses chiffres, chacun sa méthode et chacun sa vérité mais un seul point commun, la grève

17/01/2019 19:59
10

Newsletter