alexametrics
A la Une

Amel Karboul : La starification de l'anti-Sihem Badi

Amel Karboul : La starification de l'anti-Sihem Badi

Amel Karboul. Il y a de cela quelques jours, ce nom ne disait pas grand-chose aux Tunisiens. Hormis sa famille, son cercle proche et les compétences exerçant dans son domaine d’activité, l’actuelle ministre du Tourisme vivait dans le confort de l’anonymat. Elle progressera désormais dans le confort de la popularité, un confort qui, habituellement se mérite et ne s’offre pas, mais dont les Tunisiens l’ont visiblement gratifiée.

Pour une experte en mise en place de stratégies de changement, Madame Karboul a bien réussi le sien. A-t-elle fait un effort pour cela ? La réponse est, vraisemblablement, négative. 


Amel Karboul a été attaquée par les députés lors de la séance consacrée au vote de confiance à l’ANC. Nombreux étaient ceux qui lui reprochaient un voyage en Israël. Malgré les justifications de la ministre et du Chef du gouvernement quant à la non collaboration de celle-ci avec Israël, beaucoup d’élus sont restés sceptiques, certains même ont été insultants et l’opinion publique a, de ce fait, pris position. Loin de condamner Amel Karboul et d’entacher son parcours, ces fustigations ont alimenté une cote de popularité qui est partie crescendo en peu de temps, faisant de cette Tunisienne vivant entre Cologne et Londres une véritable icône.


Amel Karboul sera désignée comme la Tunisienne modèle, la figure d’exemplarité, la femme élégante. Certains iront même jusqu’à s’intéresser au brin de poussière sur ses chaussures. Dans son "excessivité" dans l’appréciation bonne ou mauvaise soit-elle, dans son désir d’apposer des étiquettes, le Tunisien a trouvé en Amel Karboul, un modèle de choix.

Amel Karboul est, en effet, une femme. Une femme à une époque où s’opère une discrimination positive jouant souvent en défaveur de celle que l’on voudrait favoriser. La discrimination positive a, en effet, montré ses limites, notamment dans le cadre de la parité imposée lors des dernières élections. Cependant, être une femme n’est certainement pas l’unique atout jouant en faveur de la nouvelle chouchoute tunisienne. D’autres femmes, en l’occurrence deux, sont sur la liste des ministres récemment nommés et, d’elles, on ne parlera que d’une manière sommaire.


On jugera alors la ministre du Tourisme sur sa féminité. Ses photos pieds nus et cheveux au vent inonderont la toile. Charmante la ministre ! Elégante de surcroît, ajouteront d’autres. Jeune aussi, la native de 73 qui a réussi dans son domaine d’activité, à se distinguer et à s’imposer à l’échelle internationale. Autant d’arguments qui alimenteront un fonds sympathie dans lequel pourra puiser la ministre dans les prochains jours, avant que la roue ne tourne et que ces mêmes Tunisiens ne se mettent à fouiller dans son passé, à se poser des questions quant à une éventuelle parenté entre son mari allemand et l’ambassadeur d’Allemagne en Tunisie (qui porteraient le même noms), à chercher, de plus près et à mauvais escient, les failles de son parcours professionnel et surtout à la questionner sur son rendement.


Cela viendra, en effet ! Le Tunisien, certes rêveur, est aussi réaliste. Après l’attachement superficiel quasi passionnel il se penchera sur les attentes rationnelles et justifiées que l’on peut avoir vis-à-vis d’un ministre nouvellement nommé dans un pays en crise. Nommée à la tête d’un ministère gérant les problématiques d’un secteur lui-même problématique, Amel Karboul devra faire ses preuves pour que ne s’amenuise pas son capital sympathie. Elle devra donner suite à ses idées positives quant à l’avenir du secteur, à sa volonté louable de travailler en harmonie avec ses collaborateurs, au pragmatisme de sa théorie du "prestataire" et du "régulateur"  qu’est le ministère du Tourisme.


Amel Karboul devra fournir davantage d’efforts pour cesser d’être la jeune femme de carte postale que les Tunisiens ont fait d’elle, elle devra cesser d’être une égérie ou plutôt cesser de n’en être qu’une.

Arrivée au gouvernement alors qu’une autre femme, moins appréciée qu’elle le quitte, Amel Karboul est devenue très vite l’anti-Sihem Badi, du moins dans la perception qu’auront d’elle certains. Dépités par la ministre de la Femme, par sa manière d’être et ses prestations médiatiques et populaires peu satisfaisantes, beaucoup ont trouvé, en cette nouvelle ministre (quoiqu’étant à la tête d’un ministère autre) l’anti-exemple de Sihem Badi, le bon exemple de la Tunisienne telle qu’elle est ou telle qu’on lui donne le crédit d’être.


Amel Karboul prend les commandes du tourisme tunisien avec un préjugé largement favorable. Elle bénéficie d’une cote de popularité à la taille des besoins de son secteur. Son "aura" aura permis de faire oublier les zones d'ombre dont  est caractérisée la composition du nouveau gouvernement, le maintien du controversé Lotfi Ben Jeddou et la collaboration de certains avec l'ancien régime.

L’engouement pour sa personne, quoique se nourrissant, en partie, d’un point polémique de son parcours, a fait d’elle une sorte d’héroïne moderne au cursus étoffé et au charme fortement apprécié. La ministre du Tourisme a bénéficié d’une campagne de communication spontanée et populaire sur les réseaux et dans les médias. Cette campagne d’idolâtrie « virtuelle » a généré, en sa faveur, un mouvement de starification aussi excessif que fulgurant.


Certes la situation du Tourisme tunisien est pathétique, suite aux crises politiques et aux problèmes sécuritaires ayant secoué le pays, mais l’arrivée de la nouvelle ministre a pu amener de la fraîcheur à une époque où la politique ne suscitait que lassitude et dégoût. Amel Karboul aura animé la scène politique en pleine régénérescence et amené du nouveau là où les vieilles méthodes ont échoué. Que du positif en apparence, mais le tout est de ne pas sombrer dans l'éloge démesuré susceptible de transformer l’idolâtrie en désenchantement. Qu’importe ! « Let’s rock the boat ! »

Inès Oueslati

 

Signature du livre d'or de la FTAV (Fédération tunisienne des Agences de voyage et de Tourisme) par Amel Karboul ce jeudi 30 janvier 2014

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

Aladin
| 24-02-2014 14:29
La Tunisie est belle et vous madame KARBOUL...c'est sure que vous alliez réussir ensemble et formiez un couple formidable...

olalaquébella
| 23-02-2014 09:14
bonjour , dans les pays arabes on nomme les ministres femmes par quota ? oui, pour satisfaire une statistique. je sais que mon commentaire ne sera pas publier. le filtre de l'administrateur fonctionne bien.

floflo
| 04-02-2014 12:23
Madame la ministre,

Je vous félicite et soyez sure que beaucoup de personnes, surtout des femmes , sont de tout coeur avec vous.

Bon courage













najouanoajoua
| 03-02-2014 17:45
Que les envieux hurlent ..., et que les jaloux bavent !! Enfin, un visage et une silhouette de femme qui nous manquent beaucoup. N'est-ce pas ?

arnou
| 03-02-2014 06:32
Madame la Ministre, la Tunisie est encore plus belle ce matin avec vous Madame Karboul. MERCI

arnou
| 03-02-2014 06:28
Madame la Ministre, notre Tunisie est encore plus belle avec vous ce matin. Merci Madame Karboul

JaneMoreau
| 02-02-2014 00:48
Bourguiba est mort pour la patrie ???

hakim
| 01-02-2014 11:26
dear madam the minister.rock the boat to safety .be bold and resolute '.make the image of our beautiful TUNISIA sparkle and shine again from under the shade and shadow of the last few years ...rock and shake the lazy narrow -minded of bureaucrats.Send to early retirement the unambitious and those with no vivid imagination as they can never serve TUNISIA.our poet echabi said"i bless those with ambition'those who brave danger -I curse the ones not keeping step with time'who are content to live a fossil life".sorry for the offence of the MP ibrahim elkassas.Forgive his ignorance..in shakespear tragedies there is a villain...if he continues to disturb you 'dont'worry'.be happy.'im a teacher of english and a tour guide i know how to manage send him on a camel to the Great sahara looking for a tresor'similar to the hero of PAULO C ..alchimist . days in the desert .he will be hungry and thirsty..he will cry"ALONE ALONE ALL ALONE IN A WIDE WIDE SAHARA.via gps his ex boss elhamdi the tunisian british tv owner- willl come to rescue him but alas ! too late ibrahim is buried under the sand dunes...a lovely fresh wind perfumed with the JASMIN AROMA IS SWEEPING AWAY THE FOOT STEPS OF OPPORTUNISTS AND TOSE WHO DO NOT LOVE TUNISIA..

kimdee
| 31-01-2014 22:35
le malheur avec vos commentiares est qu'à chaque fois mon intuition me dit que vous avez raison.

Gg
| 31-01-2014 18:57
Monsieur, malgré tout le respect que je dois à un homme au si prestigieux passé, votre pamphlet n'apporte strictement rien.
Cette signature amusante, gracieuse et légère, sied bien au tourisme qui est, avant tout, plaisir.
Vous remarquerez, en plus, que les attaques à son encontre n'ont fait que la conforter!
Comme quoi les Tunisiens ne sont ni stupides, ni des gueux. Et si le tourisme revient, notamment dans le Sud, les pauvres retrouveront peut-être du travail....
Alors chhhut... oskot... laissez cette dame travailler!

A lire aussi

Depuis la révolution, l’activité de la CPG a témoigné d’innombrables vacillements dus

18/12/2018 19:59
2

Certains articles de la Loi de finances 2019 ont provoqué la colère des professions libérales, des

17/12/2018 19:59
3

Outre l’Union générale des travailleurs de Tunisie (Ugtt), qui concocte une grève générale dans le

16/12/2018 16:42
8

L’Assemblée des représentants du peuple a rejeté hier, 13 décembre 2018, la proposition

14/12/2018 19:59
14

Newsletter