alexametrics
A la Une

Tunisie ? Reportage à Sejnane : Terreur salafiste et silence complice

Temps de lecture : min
Tunisie ? Reportage à Sejnane : Terreur salafiste et silence complice


En traversant Sejnane, ce lundi 16 janvier 2012, rien n’indique aux visiteurs que ce village diffère en quoi que ce soit des autres régions de la Tunisie. Sur la grande place, les étalages des commerçants sont garnis et les citoyens vaquent à leurs occupations quotidiennes. Les élèves sillonnent les rues, cartables en bandoulières.
Toutefois, il est vrai que l’état des bâtisses, y compris, celui des établissements publics, traduit plus de précarité qu’ailleurs, comparé aux villages voisins de Nefza, Mateur ou Tabarka. Les chiffres officiels confirment ce constat de pauvreté dans la mesure où elles indiquent un taux de pauvreté dépassant les 80% et un taux de chômage avoisinant les 60%. La précarité saute donc aux yeux, mais qu’en est-il du salafisme ?

Ce gros bourg du Nord-Ouest est, depuis près d’un mois, au centre d’une bulle médiatique qu’il n’a jamais connu auparavant. Journalistes tunisiens et étrangers s’y sont succédé dans ce village en rapport avec le fameux «émirat islamique», qui s’y est installé. Ce gros bourg de près de 50.000 habitants n’a jamais bénéficié d’autant de médiatisation auparavant. Comment a réagi la population locale à cette question ?
C’est par cette réprimande : «Merci aux salafistes, grâce à eux, les médias s’intéressent à notre village et constatent la pauvreté dure dans laquelle nous vivons», que Rabeh, un syndicaliste appartenant à l’Union des travailleurs tunisiens (UTT) et employé du centre de la culture des tabacs, a commencé son évaluation de la situation.

Par ailleurs, son collègue, Béchir, s’est montré indigné de «l’acharnement médiatique contre ces jeunes qui aident pourtant dans le rétablissement de l’ordre à Sejnane». «N’ont-ils pas contribué efficacement à lutter contre la spéculation sur les bouteilles de gaz ?», s’est-il interrogé.
Rabah et Béchir étaient au centre d’un sit-in lancé par des dizaines d’agents occasionnels du Centre de la culture des tabacs à Sejnane, réclamant la régularisation de leur situation administrative et le bénéfice de la couverture sociale. Certains ont affirmé avoir travaillé des dizaines d’années au sein de la RNTA sans bénéficier d’une quelconque couverture sociale. Chaque année, ils ont travaillé pendant quatre mois, en percevant des quinzaines ne dépassant guère les cent dinars. C’est dire la précarité de leur situation sociale.

Question salafisme, en leur posant la question, personne n’a contesté, ni dénoncé quoi que ce soit. Loin de là, aucun reproche n’a été adressé à ce groupe. Rien ne s’est vraiment passé à Sejnane ou est-ce la peur qui les contraint au silence ?
En quittant le sit-in des employés du monopole des tabacs, la certitude est acquise concernant la précarité sévissant dans la ville. La RNTA étant le plus important employeur de la région. En plus, il est la source d’emplois indirects pour des centaines de planteurs de tabac. Et comme la situation n’y est pas vraiment claire, le restant de la vie socioéconomique à Sejnane est pire. Toutefois, côté salafisme, les interrogations restaient entières.

Pour voir plus clair sur cette question de salafisme à Sejnane, il fallait rencontrer quelques membres de ce groupe. Le représentant local du parti Ennahdha, M. Saïdani, a facilité ce contact. Pour lui, «cette campagne médiatique est orchestrée par des ex-RCDistes, qui ne veulent pas que la stabilité revienne à Sejnane». «L’essentiel, c’est plutôt de lutter contre la corruption et la pauvreté», a-t-il ajouté.

Deux jeunes salafistes étaient également présents. Ils ont commencé par renier cette qualification de salafistes, «péjorative» selon eux. «Nous n’avons fait que contribuer avec la population à certaines tâches d’entraide sociale», a expliqué Fethi, 24 ans, licencié au chômage. «Nous ne nous sommes jamais posés comme autorité», a-t-il ajouté.
Concernant leurs prêches extrémistes, Fethi a expliqué qu’ils «ne voient pas de distinction entre eux et Ennahdha». «Ce sont nos pères et nous appartenons à la même mouvance. Certains essaient, en vain, de diviser le camp islamiste qui est uni», a-t-il précisé.
Pour ce qui est de la prison improvisée à l’ancienne bâtisse de l’Union tunisienne de la solidarité sociale, ils étaient unanimes à nier l’existence de tels actes. «Ce sont plutôt des délinquants et autres alcooliques qui ont occupé ces locaux. La société civile et les autorités régionales les ont barricadés pour couper court à ces actes de délinquance», a expliqué le représentant du parti Ennahdha.

Après avoir entendu ces versions des faits et comme il y avait des plaintes et des victimes, il fallait aller les voir pour entendre leurs versions des faits. Le premier, Yassine, est un jeune photographe. Il porte un plâtre tout le long de sa jambe gauche. Son certificat médical circonstancié indique que sa blessure, datant du 26 juillet, est profonde de huit centimètres.
Yassine a expliqué avoir été attaqué par une vingtaine de salafistes alors qu’il rentrait d’une fête de mariage où il avait travaillé comme photographe. «Pour eux, c’est interdit (hram) de prendre des photos. Ils voulaient me tuer. Ils m’ont frappé avec une épée et je ne dois mon salut qu’à la lenteur de leurs concertations sur mon sort. Ceci m’a permis de m’enfuir avec l’aide de deux amis», a-t-il expliqué.

Une autre victime, rencontrée à Sejnane, est blessée au niveau de sa main. Il a indiqué avoir été touché par une épée. «On m’a reproché de ne pas faire régulièrement ma prière», a-t-il expliqué, précisant qu’en fait : «j’ai suivi la prière pendant une semaine, avant de l’interrompre. C’est ce qui les a montés contre moi».
Mabrouk, le père de la victime, a indiqué vivre sous une menace perpétuelle. «Ils nous ont fait descendre d’un louage se dirigeant vers Bizerte, alors que je m’y rendais avec mon fils pour porter plainte. Ils ont menacé de brûler ma maison», a-t-il expliqué. Son épouse a ajouté qu’ils étaient venus la voir et qu’elle vit dans la peur. «Mon fils vit terré à la maison. Il a peur pour sa vie. Son agresseur l’a menacé de le tuer et d’assumer», a-t-elle ajouté.

Pour ce qui est des suites de leurs plaintes, les deux victimes ont précisé que les autorités sécuritaires régionales disent «n’avoir reçu aucune consigne pour suivre ces dossiers».
«C’est vraiment un sentiment terrible que de voir son bourreau circuler librement alors que moi, la victime, je vis terré et terrorisé. Je réclame justice», a conclu l’un de ces jeunes.
En plus de ces plaintes, la situation des établissements scolaires à Sejnane est un fait très révélateur. Un lycée et un collège sont fermés depuis mercredi dernier suite à l’exclusion d’un élève salafiste qui a agressé un professeur. Depuis, les salafistes font pression sur l’administration pour revenir sur cette décision. Plusieurs élèves ont raconté des scènes étrangères à la Tunisie comme l’interdiction des tableaux et des chapelets, ainsi que des atteintes aux libertés individuelles des personnes.

Il y a donc certainement anguille sous roche. Sejnane est certes pauvre et la lutte contre la précarité est une priorité. Mais les autorités sont aussi appelées à gérer plus efficacement la situation sécuritaire. Plusieurs scènes indiquent que l’autorité de la loi y est très faible et sujette à des dépassements.

Mounir Ben Mahmoud

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

Et Puis
| 04-02-2012 19:49
il faut agir pour fonder un loi qui s'occpent des fuites unihumaines qui ont des éffets treés graves .Cette journal le Maghreb qui agite l'action a Sejenen je pense que leur directeur fondateur a des but politiques ,oui pour la liberté des journals mais comment attaquer Annahdha avec les salafistes et il ya des titres a cette journal qui étonnent le lecteur comme le titre derniére "le police d'Ennahda réussit contre le police nationale " c'est grave ,c'est jamais peut étre comme ca la dimocratie et la libérté il faut connaitre bp de choses nous sommes débutant démocratiques nous souffres de l'ignorence dimocratique.soyez prudent :je pense qu'il ya des diables rcdistes derriére ces mentions.

bechirtousi
| 22-01-2012 20:41
les salafistes sont le bras arme de nahdha.
la democratie est pour eux un concept occidental et leur but est d instituer un califat genre les princes saoudiens.
il y aura la science islamiste ,la finance islamiste, la morale islamiste et les chatiments pr les deviants .crever les yeux,couper lesmains ,lapider ...bref on nous promet en plein 21eme siecle un bon retour au 7eme .quel programme........dement.
que la fete continue mrs les nahdhaouis

hgrayaa1
| 19-01-2012 16:32
Je trouve que le niveau de journalisme de ce journal électronique est vraiment très faible, des informations ne sont pas sure basés sur des mensonges,

balboul
| 19-01-2012 09:59
C'est ce que revele cet article. Le representant d'ennahdha ne s'en cache pas.

Comme ca c'est clair, ennahdha tolere et soutient le salafisme en Tunisie

citoyen
| 19-01-2012 02:20
Où est mon dernier commentaire???

Amine
| 19-01-2012 01:23
Qu est ce que le salafisme pour vous? Comment pouvez vous distinguer et affirmer qu une personne est salafiste? Sous pretexte qu'une personne porte une longue barbe et un qamis? Dans ce cas là vous commetez une grave erreur car il y a d autres branche que le salafisme qui sont traditionnalistes dans leur apparence vestimentaire la jamaa tablighia est elle oposer au dogme et au idees des salafistes pourtant ils portent aussi une longue barbe et un qamis donc difficile de les reconnaitre a l oeil nu !

citoyen
| 18-01-2012 21:43
Quand l'élève dépasse le maitre..........

matria
| 18-01-2012 15:55
Ou est mon commentaire? je suis libre de commenter la partie qui m'intéresse tous le rste de l'arcticle c'est du bla bla

Réponse : votre commentaire est en ligne, veuillez vérifier.

matria
| 18-01-2012 15:44
Mateur n'est pas un village. elle ne peut etre comparée à SEJNAN qui était déjà rattachée à mateur y a pas très longtemps.

HatHat
| 18-01-2012 15:37
Puisque le gouvernement provisoire ferme les yeux devant les agressions des Salafistes et emploie la politique de laisser faire, alors les habitants de Séjnane ou ceux d'autre localités doivent s'organiser et former des groupes d'auto-défense capables de combattre ces brigands de Salafistes.
Ce groupuscule terroriste ne tolère que le langage de la force. Il suffit de voir leur drapeau « Balck & White » pour comprendre leur idéologie.

A lire aussi

Les signaux envoyés par la présidence sont assez

25/02/2020 19:59
0

c’est vers l’Italie qui dénombre en ces derniers jours plus de 72 nouveau cas d’infection avec 5

24/02/2020 19:59
3

Des revenus boursiers en hausse, mais un marché qui ne suit pas avec des indices sectoriels en

23/02/2020 15:59
0

Un fonds de commerce qui peut s'avérer

21/02/2020 19:59
30

Newsletter