alexametrics
Dernières news

AMT : La grève des magistrats a été suivie à 95%

AMT : La grève des magistrats a été suivie à 95%

Le bureau exécutif de l’Association des magistrats tunisiens (AMT) a annoncé ce mercredi 18 octobre 2017 que le mouvement de protestation, qui a eu lieu les 16, 17 et 18 octobre 2017, a été suivi à hauteur de 95%.

Les magistrats avaient retardé d’une heure les séances dans tous les tribunaux de la République suite à l’agression de leurs confrères, par des avocats, le 11 octobre dernier.

 

Selon le communiqué publié par l’AMT, le mouvement de solidarité des juges administratifs, judiciaires et financiers ainsi que des présidents des tribunaux et des responsables des institutions judiciaires a été « exemplaire ».

 

Le 11 octobre 2017, des avocats avaient empêché les magistrats et les citoyens d’entrer au sein du tribunal foncier de Mahdia en les injuriant et en les obligeant à quitter les lieux. 

 

K.H

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Karim ROUATBI
| 19-10-2017 07:43
Ils sont contents d'avoir réussi à paralyser le service public pendant une heure de temps.
Quelle différence y a t-il entre les avocats qui ont empêché le tribunal de siéger et les magistrats grévistes?
Il y a lieu, plutôt, de féliciter les 5 pour cent qui n'ont pas suivi la grève.

Samira MERAH
| 19-10-2017 07:37
JHA dont l'un de ses deux ânes a pris la fuite s'est rué de coup sur l'âne qui était resté à sa place pour montrer son autorité.
Pauvre âne représenté par le citoyen tunisien qui doit payer pour les infractions commises par autrui.

LAMRI
| 19-10-2017 07:32
Depuis le départ de Ben Ali l'État, détenteur du monopole de la force publique, a perdu de son autorité avec pour résultat des fonctionnaires malmenés et attaqués jusque sur leurs lieux de travail.
Ne seront épargnés ni professeurs et maitres d'écoles, ni médecins ni juges ni ministres ni présidents de la république, du gouvernement et de l'A.R.P qui furent la cible de jets de pierres à Gafsa.
Quand la police et la gendarmerie ne réagit pas à une horde de casseurs venus mettre le feu à ses locaux on ne peut qu'emprunter à H.jébali "où est le gouvernement, où est l'État"

L.LADJNEF
| 18-10-2017 19:38
Il fût un temps, les auteurs de tels forfaits étaient traduits, sans hésitation, en justice abstraction faite de leur qualité d'avocat ou autre.
Ce n'est pas en paralysant l'appareil judiciaire que l'on redore le blason de la justice qui a connu une dégringolade sans commune mesure depuis la révolution du fait et de la faute des juges qui se sont mis à se dénigrer les uns les autres se livrant à des querelles de hammam sur les radios et plateaux télé.

DHEJ
| 18-10-2017 16:30
En plus ils sont payés 2 MOIS DE CONGE annuel!

Microbio.
| 18-10-2017 14:03
Lorsque nous copieons les allémands, nous devrions interdier aux fonctionnaires de faire la grève!!

A lire aussi

« La politique n’est pas l’affaire de personnes, mais de partis. Limoger Youssef Chahed et son

22/07/2018 21:49
3

Le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian est arrivé à Tunis

22/07/2018 20:15
4

Le ministère tunisien des Affaires étrangères, a vivement condamné l’adoption par le parlement

22/07/2018 16:49
10

« Dire que le président de la République n’a pas selon la constitution, le droit d’intervenir dans

22/07/2018 15:33
11

Newsletter