Amel Bouchamaoui : Notre ambition est d’assembler tous les modèles Kia en Tunisie!

Businessnews.com.tn | publié le 13/06/2017 17:59

Malgré une conjoncture économique difficile et un glissement important du dinar, le concessionnaire de Kia Motors en Tunisie, City Cars, a terminé l’année 2016 en tant que leader du marché VP avec une part de marché de 12,9%.  Mieux, la société a eu l’approbation du constructeur coréen pour démarrer une étude de faisabilité, de sourcing et de prix pour l’assemblage des modèles K2700 et K2500. C’est globalement ce qui ressort de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) pour l’exercice 2016, tenue ce mardi 13 juin 2017 au siège de la société au Kram.


L'assemblée s'est tenue dans une bonne ambiance, sous l’égide d’Amel Bouchamaoui, présidente du Conseil d’administration, des deux membres du Conseil Mohamed Chabchoub et Firas Saied ainsi que de Mehdi Mahjoub son directeur général.  Les actionnaires étaient satisfaits des performances de l’entreprise puisqu'ils auront droit cette année à un dividende brut de 0,920 dinar par action (le même que l’année dernière), mis en paiement à partir du 10 juillet 2017. Le chiffre d'Affairesde City Cars et son résultat brut ont respectivement progressé de 10,5% et de 2,3%.

 

City Cars a immatriculé, en 2016, 5.367 véhicules particuliers (VP), en progression de 27,5%. Ce qui a permis à la marque de s’accaparer 12,9% de part de marché et d’être le leader du segment VP devançant la marque Volkswagen de 693 véhicules.

Avec 3.732 véhicules immatriculés en 2016, la Kia Rio est le modèle VP le plus vendu en Tunisie pour la deuxième année consécutive alors que la Kia Picanto intègre pour la première fois le Top 10 des modèles les plus vendus en Tunisie, avec 1.070 unités immatriculées en 2016.

La marque coréenne a, également, amélioré, au terme de 2016, son positionnement sur le marché des véhicules légers (VL) pour atteindre la 4ème place avec une part de marché de 8,9%.

 

«En dépit d’une conjoncture difficile marquée par un glissement remarquable du dinar par rapport au dollar US, les réalisations de City Cars au titre de l’année 2016, à mon avis, sont plus que satisfaisantes», a affirmé Mme Bouchamaoui.

Certes, le concessionnaire a enregistré, en 2016, une baisse de 7,7% de son résultat net, qui est passé de 15,27 millions de dinars à 14,1 millions de dinars (MD), due «exclusivement» à la contribution exceptionnelle de 1,37 MD. Mais, en excluant cet élément exceptionnel, le résultat net aurait progressé de 1,3%. Le chiffre d’affaires de la société a augmenté, pour sa part de 10,5%, évoluant de 142,89 MD en 2015 à 157,83 MD en 2016. L’activité vente des véhicules neufs ayant rapporté 154,59 MD (+14,9%) alors que l’activité après-vente a rapporté 3,24 MD (+17,3%). Des performances réalisées alors que le taux de change US$/TND a augmenté de 15% pour cette même année.

Pour sa part, le résultat net consolidé s’est situé à 14,40 MD contre 16,23 MD en 2015, en baisse de 11,3%, due «essentiellement» à la contribution exceptionnelle de 1,51 MD. En ne tenant pas compte de cet élément exceptionnel, la baisse du résultat net se limiterait à seulement 2%. Le chiffre d’affaires consolidé a affiché une hausse de 10,7%, progressant 146,89 MD à de 162,66 MD, entre 2015 et 2016.

 

Courant 2016, l’action City Cars a oscillé entre 13,120 dinars et 16,540 dinars, pour une performance du titre de 21,8%. La capitalisation boursière a atteint 209,4 MD fin 2016 contre 182,12 MD fin 2015.

Autre point, le concessionnaire continue le développement de son réseau avec 13 agences opérationnelles, deux en cours de finalisation et 2 projets en cours. Ainsi, le réseau atteindra 17 agences d’ici fin 2017 avec les ouvertures des agences de Bizerte, Kairouan, Gafsa et Sfax 2.

2016 s’est caractérisée par la mise en exploitation du nouveau siège de City Cars au Kram et l’ouverture de l’agence de Monastir. Elle a été, également, l’année de démarrage de l’activité de la société filiale "Logistic Cars", un centre de logistique dans la zone de M’hamdia qui assure le stockage, la préparation et la livraison des véhicules.

 

L’assemblée a été une occasion pour Amel Bouchamaoui d’annoncer que leur lobbying auprès de la société mère a été payant et que Kia Motors a donné son accord pour que City Cars commence l’étude de faisabilité, de sourcing et de prix pour les modèles K2700 et K2500. Elle n’a pas caché, dans ce cadre, que l’ambition stratégique de la société est d’assembler tous les modèles Kia en Tunisie. L’accord de faire l’étude est, en soi, une importante avancée dans ce dossier, sachant combien le constructeur était réfractaire à cette idée.

 

 

 

Ouvrant le débat, Abdelfattah Fakhfakh a remercié le board et le management pour leurs efforts. Il s’est interrogé sur les raisons de la hausse des prix des véhicules. Mourad Bouzidi, un journaliste, s’est interrogé sur l’évolution du dossier des quotas et sur les dernières rencontres avec le ministre du Commerce. Abdessatar Ibrahim a estimé que la hausse des prix des entretiens périodiques peut faire fuir d’éventuels clients. Il a estimé que le client qui se rend au siège se trouve loin de toutes les commodités. Pour lui, le cours de la société est sous évalué. Il recommande de multiplier les communications financières et de dynamiser l’intermédiaire en bourse. Il a demandé à connaitre le représentant des petits-porteurs au conseil d’administration et à ce que ce dernier multiplie ses rencontres avec les actionnaires minoritaires. Une analyste s’est interrogée sur l’impact du glissement du dinar sur la marge brute de la société.

 

En réponse, Mehdi Mahjoub a précisé que le glissement du dinar n’est pas étranger à la hausse des prix des véhicules, des pièces détachées et donc de l’entretien périodique.

S’agissant des quotas, le DG a tenu à rappeler que le marché de l’automobile est légalement libre et que le ministère est convaincu de cela. Toutes les parties prenantes (concessionnaires et ministère) œuvrent justement pour l’ouverture du marché. D’ailleurs, le ministère du Commerce avait promis à la chambre syndicale des concessionnaires automobiles une libération partielle du marché, à travers la libération qui concerne deux segments : ceux des véhicules utilitaires et ceux des cylindrées de plus 1,6 litre (7 et 8 CV). Mais, la chute vertigineuse du dinar a mis ce projet en stand-by. Jusqu’à cette heure, on ne connait pas les quotas de 2017, a confié M. Mahjoub, précisant que les concessionnaires travaillent actuellement avec ceux de 2016. Il a indiqué, dans ce cadre, qu’une réunion est prévue cette semaine avec le ministre, pour justement avancer sur ce dossier. Il a souligné qu’à cause de ce retard, beaucoup de concessionnaires souffrent alors que d’autres se sont engagés selon les ententes faites.

 

Au sujet du confort des clients, Mehdi Mahjoub a précisé que l’entretien périodique se fait sur rendez-vous et ceux qui n’ont pas de rendez-vous doivent attendre leur tour. A cet effet, le siège offre à ses clients un espace climatisé, des salons très confortables et un distributeur de boissons, pendant leurs attentes, a-t-il indiqué. Concernant les agents affectés à l’entretien périodique, leur nombre évolue au besoin, l’objectif étant de rationnaliser le dispatching de l’effectif et qu’aucun véhicule n’est laissé pour le lendemain.

Il a noté que la marge brute n’a pas été touchée pour le moment par le glissement du dinar. Par contre si la demande baisse, ceci n’est pas exclu.

 

Pour l’affaire du représentant des petits porteurs dans le conseil d’administration, le DG a souligné que la société respecte scrupuleusement la loi et c’est au législateur de faire évoluer la loi ou aux petits porteurs de faire la demande. Le représentant du service juridique de City Cars a précisé, dans ce cadre, que la société a écrit au CMF pour avoir des précisions, qui leur a répondu que ce qu’ils font est à 100% légal. Il a indiqué que la société a procédé conformément à la loi, à une élection d’un administrateur post introduction en bourse, et que la CTKD a remporté le siège suite à un appel d’offres.

Pour sa part, le représentant du CTKD a précisé qu’il avait convenu avec quelques actionnaires minoritaires de les contacter avant chaque conseil pour faire parvenir leurs demandes. Ce qu’il a fait tout au long de l’année. D’ailleurs, pour la dernière réunion du conseil, la seule demande des actionnaires minoritaires est que l’AGO n’ait pas lieu au mois de ramadan.

 

City Cars continue sur sa lancée, en à peine quelques années d’existence, la société clôture 2016 sur la première marche du podium des VP, un exploit en soi. La société continue, aussi, l’extension de son réseau sachant que chaque nouvelle ouverture correspond à une trentaine d’emplois directs en plus. Jusqu’au mois de mai 2017, a enregistré une progression de 17,1% de son chiffre d’affaires dans la vente de véhicules neufs et de 64,5% de son chiffre d’affaires dans la vente de pièces de rechange.

 

Imen NOUIRA

Amel Bouchamaoui : Notre ambition est d’assembler tous les modèles Kia en Tunisie!

publié le 13/06/2017 17:59

Malgré une conjoncture économique difficile et un glissement important du dinar, le concessionnaire de Kia Motors en Tunisie, City Cars, a terminé l’année 2016 en tant que leader du marché VP avec une part de marché de 12,9%.  Mieux, la société a eu l’approbation du constructeur coréen pour démarrer une étude de faisabilité, de sourcing et de prix pour l’assemblage des modèles K2700 et K2500. C’est globalement ce qui ressort de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) pour l’exercice 2016, tenue ce mardi 13 juin 2017 au siège de la société au Kram.


L'assemblée s'est tenue dans une bonne ambiance, sous l’égide d’Amel Bouchamaoui, présidente du Conseil d’administration, des deux membres du Conseil Mohamed Chabchoub et Firas Saied ainsi que de Mehdi Mahjoub son directeur général.  Les actionnaires étaient satisfaits des performances de l’entreprise puisqu'ils auront droit cette année à un dividende brut de 0,920 dinar par action (le même que l’année dernière), mis en paiement à partir du 10 juillet 2017. Le chiffre d'Affairesde City Cars et son résultat brut ont respectivement progressé de 10,5% et de 2,3%.

 

City Cars a immatriculé, en 2016, 5.367 véhicules particuliers (VP), en progression de 27,5%. Ce qui a permis à la marque de s’accaparer 12,9% de part de marché et d’être le leader du segment VP devançant la marque Volkswagen de 693 véhicules.

Avec 3.732 véhicules immatriculés en 2016, la Kia Rio est le modèle VP le plus vendu en Tunisie pour la deuxième année consécutive alors que la Kia Picanto intègre pour la première fois le Top 10 des modèles les plus vendus en Tunisie, avec 1.070 unités immatriculées en 2016.

La marque coréenne a, également, amélioré, au terme de 2016, son positionnement sur le marché des véhicules légers (VL) pour atteindre la 4ème place avec une part de marché de 8,9%.

 

«En dépit d’une conjoncture difficile marquée par un glissement remarquable du dinar par rapport au dollar US, les réalisations de City Cars au titre de l’année 2016, à mon avis, sont plus que satisfaisantes», a affirmé Mme Bouchamaoui.

Certes, le concessionnaire a enregistré, en 2016, une baisse de 7,7% de son résultat net, qui est passé de 15,27 millions de dinars à 14,1 millions de dinars (MD), due «exclusivement» à la contribution exceptionnelle de 1,37 MD. Mais, en excluant cet élément exceptionnel, le résultat net aurait progressé de 1,3%. Le chiffre d’affaires de la société a augmenté, pour sa part de 10,5%, évoluant de 142,89 MD en 2015 à 157,83 MD en 2016. L’activité vente des véhicules neufs ayant rapporté 154,59 MD (+14,9%) alors que l’activité après-vente a rapporté 3,24 MD (+17,3%). Des performances réalisées alors que le taux de change US$/TND a augmenté de 15% pour cette même année.

Pour sa part, le résultat net consolidé s’est situé à 14,40 MD contre 16,23 MD en 2015, en baisse de 11,3%, due «essentiellement» à la contribution exceptionnelle de 1,51 MD. En ne tenant pas compte de cet élément exceptionnel, la baisse du résultat net se limiterait à seulement 2%. Le chiffre d’affaires consolidé a affiché une hausse de 10,7%, progressant 146,89 MD à de 162,66 MD, entre 2015 et 2016.

 

Courant 2016, l’action City Cars a oscillé entre 13,120 dinars et 16,540 dinars, pour une performance du titre de 21,8%. La capitalisation boursière a atteint 209,4 MD fin 2016 contre 182,12 MD fin 2015.

Autre point, le concessionnaire continue le développement de son réseau avec 13 agences opérationnelles, deux en cours de finalisation et 2 projets en cours. Ainsi, le réseau atteindra 17 agences d’ici fin 2017 avec les ouvertures des agences de Bizerte, Kairouan, Gafsa et Sfax 2.

2016 s’est caractérisée par la mise en exploitation du nouveau siège de City Cars au Kram et l’ouverture de l’agence de Monastir. Elle a été, également, l’année de démarrage de l’activité de la société filiale "Logistic Cars", un centre de logistique dans la zone de M’hamdia qui assure le stockage, la préparation et la livraison des véhicules.

 

L’assemblée a été une occasion pour Amel Bouchamaoui d’annoncer que leur lobbying auprès de la société mère a été payant et que Kia Motors a donné son accord pour que City Cars commence l’étude de faisabilité, de sourcing et de prix pour les modèles K2700 et K2500. Elle n’a pas caché, dans ce cadre, que l’ambition stratégique de la société est d’assembler tous les modèles Kia en Tunisie. L’accord de faire l’étude est, en soi, une importante avancée dans ce dossier, sachant combien le constructeur était réfractaire à cette idée.

 

 

 

Ouvrant le débat, Abdelfattah Fakhfakh a remercié le board et le management pour leurs efforts. Il s’est interrogé sur les raisons de la hausse des prix des véhicules. Mourad Bouzidi, un journaliste, s’est interrogé sur l’évolution du dossier des quotas et sur les dernières rencontres avec le ministre du Commerce. Abdessatar Ibrahim a estimé que la hausse des prix des entretiens périodiques peut faire fuir d’éventuels clients. Il a estimé que le client qui se rend au siège se trouve loin de toutes les commodités. Pour lui, le cours de la société est sous évalué. Il recommande de multiplier les communications financières et de dynamiser l’intermédiaire en bourse. Il a demandé à connaitre le représentant des petits-porteurs au conseil d’administration et à ce que ce dernier multiplie ses rencontres avec les actionnaires minoritaires. Une analyste s’est interrogée sur l’impact du glissement du dinar sur la marge brute de la société.

 

En réponse, Mehdi Mahjoub a précisé que le glissement du dinar n’est pas étranger à la hausse des prix des véhicules, des pièces détachées et donc de l’entretien périodique.

S’agissant des quotas, le DG a tenu à rappeler que le marché de l’automobile est légalement libre et que le ministère est convaincu de cela. Toutes les parties prenantes (concessionnaires et ministère) œuvrent justement pour l’ouverture du marché. D’ailleurs, le ministère du Commerce avait promis à la chambre syndicale des concessionnaires automobiles une libération partielle du marché, à travers la libération qui concerne deux segments : ceux des véhicules utilitaires et ceux des cylindrées de plus 1,6 litre (7 et 8 CV). Mais, la chute vertigineuse du dinar a mis ce projet en stand-by. Jusqu’à cette heure, on ne connait pas les quotas de 2017, a confié M. Mahjoub, précisant que les concessionnaires travaillent actuellement avec ceux de 2016. Il a indiqué, dans ce cadre, qu’une réunion est prévue cette semaine avec le ministre, pour justement avancer sur ce dossier. Il a souligné qu’à cause de ce retard, beaucoup de concessionnaires souffrent alors que d’autres se sont engagés selon les ententes faites.

 

Au sujet du confort des clients, Mehdi Mahjoub a précisé que l’entretien périodique se fait sur rendez-vous et ceux qui n’ont pas de rendez-vous doivent attendre leur tour. A cet effet, le siège offre à ses clients un espace climatisé, des salons très confortables et un distributeur de boissons, pendant leurs attentes, a-t-il indiqué. Concernant les agents affectés à l’entretien périodique, leur nombre évolue au besoin, l’objectif étant de rationnaliser le dispatching de l’effectif et qu’aucun véhicule n’est laissé pour le lendemain.

Il a noté que la marge brute n’a pas été touchée pour le moment par le glissement du dinar. Par contre si la demande baisse, ceci n’est pas exclu.

 

Pour l’affaire du représentant des petits porteurs dans le conseil d’administration, le DG a souligné que la société respecte scrupuleusement la loi et c’est au législateur de faire évoluer la loi ou aux petits porteurs de faire la demande. Le représentant du service juridique de City Cars a précisé, dans ce cadre, que la société a écrit au CMF pour avoir des précisions, qui leur a répondu que ce qu’ils font est à 100% légal. Il a indiqué que la société a procédé conformément à la loi, à une élection d’un administrateur post introduction en bourse, et que la CTKD a remporté le siège suite à un appel d’offres.

Pour sa part, le représentant du CTKD a précisé qu’il avait convenu avec quelques actionnaires minoritaires de les contacter avant chaque conseil pour faire parvenir leurs demandes. Ce qu’il a fait tout au long de l’année. D’ailleurs, pour la dernière réunion du conseil, la seule demande des actionnaires minoritaires est que l’AGO n’ait pas lieu au mois de ramadan.

 

City Cars continue sur sa lancée, en à peine quelques années d’existence, la société clôture 2016 sur la première marche du podium des VP, un exploit en soi. La société continue, aussi, l’extension de son réseau sachant que chaque nouvelle ouverture correspond à une trentaine d’emplois directs en plus. Jusqu’au mois de mai 2017, a enregistré une progression de 17,1% de son chiffre d’affaires dans la vente de véhicules neufs et de 64,5% de son chiffre d’affaires dans la vente de pièces de rechange.

 

Imen NOUIRA

Commentaires (1) Commenter
Ach !
TunObserver
| 13-06-2017 18:50
Assembler ! encore assembler ! sans aucune plus value technique ? ça fait depuis plus de 60 ans qu'on assemble , des voitures des frigos , des bicyclettes , des TV , des je ne sais pas quoi et maintenant on parle encore d'assembler des KIA Pffff . des dizaines de milliers d'Ingénieurs pour assembler !
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration