Ahmed Bouzguenda : L’exportation comme solution pour sauver le pays

Businessnews.com.tn | publié le 07/12/2017 10:56

Ahmed Bouzguenda, président de l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE) a été l’invité de la matinale de Hamza Balloumi sur Shems Fm, jeudi 7 décembre 2017.

Lors de son passage à l’émission, Ahmed Bouzguenda a exprimé son étonnement face au classement de la Tunisie sur la liste noire de l’Union Européenne aussi bien que vis-à-vis du contenu du communiqué émis par la commission européenne. Ce communiqué stipule que la Tunisie ne fournit pas suffisamment d’effort en matière d’activités d’export et de législations financières.

 

L’invité de la matinale a exprimé cependant, sa confiance en l’équipe gouvernementale qui sera chargée de défendre la Tunisie face à cette décision aberrante de la classer comme paradis fiscal.

Le président de l’IACE a également ajouté que l’économie de la Tunisie sera fortement frappée par cette décision et que le pays sera sujet à d’éventuelles sanctions. De ce fait, « on devra encourager l’exportation face à la régression du dinar par rapport à l’euro ou au dollar à cause du déficit commercial et la balance des paiements. »

Il a, au final, souligné qu’il n’était pas nécessaire de réviser la loi 72, qui permet aux entreprises non-résidentes de bénéficier de l’exonération d’impôts et que c’était une mesure que plusieurs pays ont adopté afin d’encourager les investissements étrangers.

 

B.L

Ahmed Bouzguenda : L’exportation comme solution pour sauver le pays

publié le 07/12/2017 10:56

Ahmed Bouzguenda, président de l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE) a été l’invité de la matinale de Hamza Balloumi sur Shems Fm, jeudi 7 décembre 2017.

Lors de son passage à l’émission, Ahmed Bouzguenda a exprimé son étonnement face au classement de la Tunisie sur la liste noire de l’Union Européenne aussi bien que vis-à-vis du contenu du communiqué émis par la commission européenne. Ce communiqué stipule que la Tunisie ne fournit pas suffisamment d’effort en matière d’activités d’export et de législations financières.

 

L’invité de la matinale a exprimé cependant, sa confiance en l’équipe gouvernementale qui sera chargée de défendre la Tunisie face à cette décision aberrante de la classer comme paradis fiscal.

Le président de l’IACE a également ajouté que l’économie de la Tunisie sera fortement frappée par cette décision et que le pays sera sujet à d’éventuelles sanctions. De ce fait, « on devra encourager l’exportation face à la régression du dinar par rapport à l’euro ou au dollar à cause du déficit commercial et la balance des paiements. »

Il a, au final, souligné qu’il n’était pas nécessaire de réviser la loi 72, qui permet aux entreprises non-résidentes de bénéficier de l’exonération d’impôts et que c’était une mesure que plusieurs pays ont adopté afin d’encourager les investissements étrangers.

 

B.L

Commentaires (3) Commenter
que faire?
cha
| 07-12-2017 17:32
LIBERER TOTALEMENT LE COMMERCE EN RESPECTANT
LE NORMES INTERNATIONALES EN VIGUEURES . Je pense que c'est la seule solution pour booster l'économie tunisienne et éradiquer la contre bande et l'évasion fiscale . Cela fera de la Tunisie un pays avec un niveau de vie élevé
Il a raison
amine
| 07-12-2017 13:33
Il faut exporter le phosphate, le pétrole, les cerveaux tunisiens :).

La vrai solution est de devenir sérieux. C'est tout ce qui manque pour qu'on ne nous bouffe pas.
Scoop
saz
| 07-12-2017 12:10
"l'exportation comme solution pour sauver le pays.." voilà un scoop!
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration