Accord entre le gouvernement et les sit-inneurs d'El Kamour

Businessnews.com.tn | publié le 16/06/2017 09:02

Un accord a été trouvé entre le gouvernement et les sit-inneurs d'El Kamour, après une nuit blanche de négociations et la médiation du secrétaire générale de l’UGTT, Noureddine Taboubi.

 

L’accord a été signé, ce vendredi matin 16 juin 2017 au siège du gouvernorat, entre le ministre de la Formation professionnelle Imed Hammami ainsi que le gouverneur de Tataouine, côté gouvernement, et le représentant des sit-inneurs d'El Kamour accompagné de Taher Sekrafi, père du jeune décédé, Anouar Sekrafi.

 

Un accord qui satisfait tout le monde, a estimé le ministre dans son speech, et qui stipule, dans l’immédiat, la remise en fonction de la station de pompage de pétrole, l’ouverture de la route porte d’entrée au désert, et la fin des sit-in dans les diverses régions de Tataouine.

 

M. Hammami a estimé qu’en contre partie, les jeunes de Tataouine ont vu satisfaites leurs revendications légitimes résumées dans les 64 mesures décidées par le chef du gouvernement le 27 avril dernier, les décisions prises par le CMR du 15 mai dernier, leurs demandes relatives au fonds d’investissements ainsi qu’à l’emploi dans les sociétés pétrolières, dans les sociétés de services pétroliers, dans les sociétés actives dans le Sahara et dans la société environnementale.

«Le gouvernement d’Union nationale continuera à tenir ses engagements dans toutes les régions, dans les délais et les formules préalablement décidées», a souligné Imed Hammami.

 

Et d’ajouter : «Il y aura des recrutements ainsi que la création de nouveaux projets. Le gouvernement d’Union nationale a fait son maximum dans le cadre du budget et les équilibres financiers pour réaliser les revendications des jeunes de Tataouine. Nous sommes toujours à l’écoute de nos jeunes : on leur fournit les vrais indicateurs de l’économie, on leur dit que ce n’est pas possible dans les conditions actuelles de l’économie».

 

Pour sa part, Noureddine Taboubi s’est félicité de l’accord conclu et a estimé que ceci est une leçon pour le peuple tunisien qui doit assumer ses responsabilités et être en alerte lorsqu’on traite des dossiers brulants, notamment relatif à l’emploi des jeunes.

 

I.N

 

Crédit photo : Ghassen Ksibi


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accord entre le gouvernement et les sit-inneurs d'El Kamour

publié le 16/06/2017 09:02

Un accord a été trouvé entre le gouvernement et les sit-inneurs d'El Kamour, après une nuit blanche de négociations et la médiation du secrétaire générale de l’UGTT, Noureddine Taboubi.

 

L’accord a été signé, ce vendredi matin 16 juin 2017 au siège du gouvernorat, entre le ministre de la Formation professionnelle Imed Hammami ainsi que le gouverneur de Tataouine, côté gouvernement, et le représentant des sit-inneurs d'El Kamour accompagné de Taher Sekrafi, père du jeune décédé, Anouar Sekrafi.

 

Un accord qui satisfait tout le monde, a estimé le ministre dans son speech, et qui stipule, dans l’immédiat, la remise en fonction de la station de pompage de pétrole, l’ouverture de la route porte d’entrée au désert, et la fin des sit-in dans les diverses régions de Tataouine.

 

M. Hammami a estimé qu’en contre partie, les jeunes de Tataouine ont vu satisfaites leurs revendications légitimes résumées dans les 64 mesures décidées par le chef du gouvernement le 27 avril dernier, les décisions prises par le CMR du 15 mai dernier, leurs demandes relatives au fonds d’investissements ainsi qu’à l’emploi dans les sociétés pétrolières, dans les sociétés de services pétroliers, dans les sociétés actives dans le Sahara et dans la société environnementale.

«Le gouvernement d’Union nationale continuera à tenir ses engagements dans toutes les régions, dans les délais et les formules préalablement décidées», a souligné Imed Hammami.

 

Et d’ajouter : «Il y aura des recrutements ainsi que la création de nouveaux projets. Le gouvernement d’Union nationale a fait son maximum dans le cadre du budget et les équilibres financiers pour réaliser les revendications des jeunes de Tataouine. Nous sommes toujours à l’écoute de nos jeunes : on leur fournit les vrais indicateurs de l’économie, on leur dit que ce n’est pas possible dans les conditions actuelles de l’économie».

 

Pour sa part, Noureddine Taboubi s’est félicité de l’accord conclu et a estimé que ceci est une leçon pour le peuple tunisien qui doit assumer ses responsabilités et être en alerte lorsqu’on traite des dossiers brulants, notamment relatif à l’emploi des jeunes.

 

I.N

 

Crédit photo : Ghassen Ksibi


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (9) Commenter
Pourvu que tout réussisse....
MFH
| 16-06-2017 12:26
Le Gouvernement, malmené et dépassé par les événements, a jeté une carte. Il ne sait pas s'il va gagner ou perdre. Il a signé une charte qui répond à toutes les revendications exigeés par les sit-inneus sans rien demander en retour, notamment en matière de sécurisation et condition du travail. Là on est bien sur un fil de rasoir, à la moindre défaillance de la part du gouvernement ou au moindre retard dans la réalisation des programmes convenus, le risque que les choses se gâtent de nouveau reste entier.
Dégâts
A4
| 16-06-2017 11:29
On va les payer pour ne rien faire et payer les dégâts qu'ils ont causés ...
Ca me rappelle les traités de paix de l'après guerre .
Najib
| 16-06-2017 10:52
En particulier le traité de Versailles de 1919 qui a eu des lourdes conséquences sur l'Allemagne . Sous l'égide de Tabboubi , un traité de paix entre les rebelles du Kamour et le gouvernement d'union nationale , est enfin signé . Traité qui stipule la reddition du gouvernement et l'acceptation des conditions exigées par les rebelles . Sa conséquence catastrophique est le fait qu'il va être exemplaire pour tout groupuscule ayant envie de marchander , faire chanter ou humilier le pouvoir .
Mehzala
Boubadou
| 16-06-2017 10:11
Ne croit pas monsieur taboubi que vous allez recevoir le prix Nobel pour cette mascarade sinon pour ce crime contre le pays.avec cette farce le pays est à un pas du gouffre.Ne soyez pas heureux.miskina tounis.les futures générations et l histoire ne vous pardonneront jamais.l autre crime commis par l ugtt etait l abolition de la sous-traitance et la titularisation systématique des contractuels.
Inchallah khir
Forza
| 16-06-2017 10:03
Selon les détails publiés par assabahnews, ca va être un challenge. Le nombre d'emplois promis est probablement difficile a satisfaire, les compagnies pétrolières ne seront pas contentes non plus qu'on les oblige à recruter. La solution a long terme c'est d'investir dans l'infrastructure c.à.d. zones industrielles, branchement au réseau de gaz. Liaisons haut débits, centres de formation professionnelles, routes et surtout moins de bureaucratie. Ceci crée un environnement propice pour les investissements car on ne peut obliger des entreprises privées à embaucher, c'est une ingérence directe dans les affaires des entreprises qu'ils ne peuvent tolérer sur le long terme.
coût des dégâts
observateur
| 16-06-2017 09:37
Il faut prélever le cout de réparation des locaux détruits par ces manifestants "pacifiques"
Yal Kamour yé mon amour, 5arrejni mel la misère
el manchou
| 16-06-2017 09:34
Ah ces Kamouristes, on ne sait pas qui les finance mais apparemment ça rapporte bien.
Il faut espérer... !
Abou Walid
| 16-06-2017 09:32
Il faut espérer que cet accord ''accouché au forceps'' ne donne pas des idées à d'autres groupuscules dans d"autres régions, je croise les doigts !
On en a marre de cette farce !
Lotfi Tirellil
| 16-06-2017 09:14
"Accord entre le gouvernement et les sit-inneurs d'El Kamour" : c'est la énième fois qu'on le martèle ! Et le lendemain, rebelote : la toile de Pénélope est remise sur le métier... Cette affaire tourne réellement à la farce, douloureuse pour tous!
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration