Tunisie - Une fillette de 3 ans violée dans un jardin d'enfants à la Marsa, son agresseur arrêté

Businessnews.com.tn | publié le 23/03/2013 17:50

 
Une fillette de trois ans a été victime d’un viol atroce de la part du gardien du jardin d’enfants à la Marsa là où elle est inscrite. Résultats : une victime traumatisée, des parents horrifiés, un gardien arrêté et une ministre qui minimise l’affaire.

L’histoire a eu lieu il y a deux semaines, un gardien dans un jardin d'enfants a sauvagement violé une fillette âgée de 3 ans. Selon les premières investigations, la fillette a, non seulement, été violée mais également filmée, avec d’autres enfants en bas âge, dansant nue.

Rentrée chez elle, souffrant de douleurs au niveau de ses organes génitaux, la fillette a dit à sa mère qu’elle se sentait mal. En déshabillant sa fille, la maman a été choquée par les blessures et les tâches de sang qui couvraient son corps. Rapidement emmenée à la clinique, les médecins ont constaté les traces du viol.

Alertée, la police a fait le nécessaire en neutralisant le gardien suspecté et que la petite fille a rapidement reconnu tout en racontant les détails de la cruelle agression. Lors de la reconstitution des faits, la police a constaté des traces de sang et de sperme sur un vêtement dans son armoire, preuve supplémentaire de son implication dans l’acte du viol.

Le gardien a été rapidement arrêté et il s'avère qu'il était recherché depuis 2009, pour ne pas avoir payé la pension alimentaire de son ex femme.

Contactée par plusieurs médias, Sihem Badi, ministre de la Femme, a confirmé être au courant des détails du viol depuis le début, c’est-à-dire, deux semaines auparavant. Et d’ajouter que « le viol a eu lieu dans le cadre familial élargi de la petite fille, contrairement à ce qui a été mentionné par les médias ».

Mme Badi a également signalé que la directrice du jardin d’enfants n’a rien à voir avec cette affaire et qu’elle travaille dans la légalité. Il semblerait que le viol n'ait pas eu lieu dans l'enceinte de l'établissement éducatif.
Et réaction aux appels à sa démission suite à ce crime, la ministre a affirmé qu’elle s’acquitte bien de sa mission et n’a aucune raison de démissionner.

Répondant, à son tour aux déclarations de Sihem Badi, la maman de la fillette violée a assuré, samedi 23 mars 2013 sur les ondes de Shems Fm, que la version des faits telle que présentée par la ministre est erronée et que l’agresseur ne fait pas partie de la famille, exprimant son inquiétude face à la non arrestation de la directrice du jardin d’enfants.

Tunisie - Une fillette de 3 ans violée dans un jardin d'enfants à la Marsa, son agresseur arrêté

publié le 23/03/2013 17:50

 
Une fillette de trois ans a été victime d’un viol atroce de la part du gardien du jardin d’enfants à la Marsa là où elle est inscrite. Résultats : une victime traumatisée, des parents horrifiés, un gardien arrêté et une ministre qui minimise l’affaire.

L’histoire a eu lieu il y a deux semaines, un gardien dans un jardin d'enfants a sauvagement violé une fillette âgée de 3 ans. Selon les premières investigations, la fillette a, non seulement, été violée mais également filmée, avec d’autres enfants en bas âge, dansant nue.

Rentrée chez elle, souffrant de douleurs au niveau de ses organes génitaux, la fillette a dit à sa mère qu’elle se sentait mal. En déshabillant sa fille, la maman a été choquée par les blessures et les tâches de sang qui couvraient son corps. Rapidement emmenée à la clinique, les médecins ont constaté les traces du viol.

Alertée, la police a fait le nécessaire en neutralisant le gardien suspecté et que la petite fille a rapidement reconnu tout en racontant les détails de la cruelle agression. Lors de la reconstitution des faits, la police a constaté des traces de sang et de sperme sur un vêtement dans son armoire, preuve supplémentaire de son implication dans l’acte du viol.

Le gardien a été rapidement arrêté et il s'avère qu'il était recherché depuis 2009, pour ne pas avoir payé la pension alimentaire de son ex femme.

Contactée par plusieurs médias, Sihem Badi, ministre de la Femme, a confirmé être au courant des détails du viol depuis le début, c’est-à-dire, deux semaines auparavant. Et d’ajouter que « le viol a eu lieu dans le cadre familial élargi de la petite fille, contrairement à ce qui a été mentionné par les médias ».

Mme Badi a également signalé que la directrice du jardin d’enfants n’a rien à voir avec cette affaire et qu’elle travaille dans la légalité. Il semblerait que le viol n'ait pas eu lieu dans l'enceinte de l'établissement éducatif.
Et réaction aux appels à sa démission suite à ce crime, la ministre a affirmé qu’elle s’acquitte bien de sa mission et n’a aucune raison de démissionner.

Répondant, à son tour aux déclarations de Sihem Badi, la maman de la fillette violée a assuré, samedi 23 mars 2013 sur les ondes de Shems Fm, que la version des faits telle que présentée par la ministre est erronée et que l’agresseur ne fait pas partie de la famille, exprimant son inquiétude face à la non arrestation de la directrice du jardin d’enfants.



S.O.B.
Ads
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération