Tunisie - Une fillette de 3 ans violée dans un jardin d'enfants à la Marsa, son agresseur arrêté

Envoyer cette page

 
Une fillette de trois ans a été victime d’un viol atroce de la part du gardien du jardin d’enfants à la Marsa là où elle est inscrite. Résultats : une victime traumatisée, des parents horrifiés, un gardien arrêté et une ministre qui minimise l’affaire.

L’histoire a eu lieu il y a deux semaines, un gardien dans un jardin d'enfants a sauvagement violé une fillette âgée de 3 ans. Selon les premières investigations, la fillette a, non seulement, été violée mais également filmée, avec d’autres enfants en bas âge, dansant nue.

Rentrée chez elle, souffrant de douleurs au niveau de ses organes génitaux, la fillette a dit à sa mère qu’elle se sentait mal. En déshabillant sa fille, la maman a été choquée par les blessures et les tâches de sang qui couvraient son corps. Rapidement emmenée à la clinique, les médecins ont constaté les traces du viol.

Alertée, la police a fait le nécessaire en neutralisant le gardien suspecté et que la petite fille a rapidement reconnu tout en racontant les détails de la cruelle agression. Lors de la reconstitution des faits, la police a constaté des traces de sang et de sperme sur un vêtement dans son armoire, preuve supplémentaire de son implication dans l’acte du viol.

Le gardien a été rapidement arrêté et il s'avère qu'il était recherché depuis 2009, pour ne pas avoir payé la pension alimentaire de son ex femme.

Contactée par plusieurs médias, Sihem Badi, ministre de la Femme, a confirmé être au courant des détails du viol depuis le début, c’est-à-dire, deux semaines auparavant. Et d’ajouter que « le viol a eu lieu dans le cadre familial élargi de la petite fille, contrairement à ce qui a été mentionné par les médias ».

Mme Badi a également signalé que la directrice du jardin d’enfants n’a rien à voir avec cette affaire et qu’elle travaille dans la légalité. Il semblerait que le viol n'ait pas eu lieu dans l'enceinte de l'établissement éducatif.
Et réaction aux appels à sa démission suite à ce crime, la ministre a affirmé qu’elle s’acquitte bien de sa mission et n’a aucune raison de démissionner.

Répondant, à son tour aux déclarations de Sihem Badi, la maman de la fillette violée a assuré, samedi 23 mars 2013 sur les ondes de Shems Fm, que la version des faits telle que présentée par la ministre est erronée et que l’agresseur ne fait pas partie de la famille, exprimant son inquiétude face à la non arrestation de la directrice du jardin d’enfants.

S.O.B.

Ads
62 commentaires
vieux violeur
libre comme un papillon |02-04-2013 12:26
la peine de more pour ce malade a 52 ans courage pour la maman e pour la petite qui va vivre avec un choque en va ou vive la tunisie vive le tunisien
....
NINOU |26-03-2013 19:15
Je ne comprends pas les enfants n'étaient pas accompagner d'autres adultes responsables pour les surveiller jouer etc...
C'est à la justice de faire son travail si on veut vivre dans un état de droit et de sécurité.
Maman d'une fillette de cet age, j'avoue que la peine de mort est encore trop peu par rapport à la... subie par l'enfant.
Il a démoli toute une famille pour asservir une envie obsaine et dégueulasse.
Je ne trouve pas mes mots pour tout çà
Quand à la Ministre vaut mieux ignorer car elle aurait pas du intervenir
Comment je conçois le viol de la fillette..!
drmohamedsellam |26-03-2013 17:15
Comment je conçois le viol de la fillette..!
Je suis un peu sceptique..j'ai affirmé plus d'une fois à propos de cette affaire ,que ce devait être un bluff..un "canard" créé de toutes piéces pour engendrer un état de trouble et d'ahurissement...
Et ce qui m'a donné vraiment du vertige,c'est que la mère de la victime affirmait que sa fille était sodomisée, en plus de l'acte vaginal..
Pour moi, je suis amené à supposer qu'il ne s'agissait rien d'autre que des attouchements superficiels et inoffensifs..qui avaient stimulé et provoqué l'éjaculation..
puisqu' il ne devait jamais y avoir de pénétration anale et vaginale, ce qui n'est pas faisable ,en raison de l'âge de la victime...
drmohamedsellam
des ignorants vous dites ???
arwa |25-03-2013 21:55
il faut cesser de défendre assujettissement et voir enfin la réalité elle doit assumer ses responsabilités autant que ministre de la femme autrement pourquoi elle aurait demander pardon à la mère de la victime aujourd'hui même ?? personne n'a dit que c'était à elle d'émettre les mandats d'amener !!! pas la peine d'insulter les autres en les accusant d'être des ignorants on est pas la pour cela un peu de respect je vous prie.
@ergo sum
saga |25-03-2013 15:03
toujours à défendre aveuglement!!!! ça devient maladif

on ne demande pas à cette bougre d'emettre des mandats d'amener!!!
au contraire, elle n'a pas à intervenir grossièrement et accuser gratuitement qq un de la famille.
et c'est le ministre de la femme
Ergo sum |25-03-2013 14:28
qui émet les mandats d'amener et et d'emprisonnement???

Pauvres ignorants!!!!!

Allez vous cultiver un peu, à ce point vos cervelles sont vides????
Dans un état de droits les citoyens ne devraient pas êtes ignorants!!!

malla 7ala, franchement cette bêtise n'a plus aucune explication...
ya trop d'humains pas besoin de gurder les nuisibles d'entre eux
Justiciere |25-03-2013 14:19
je suis pour le sens civic et la paix maisd franchement je ne peux pas etrecontre la peine capitale pour des adultes sages et saints qui abusent des faibles par un viol sexuel ou un crime mortel et premedite
Une loi à la hauteur du crime !!!
Omar |25-03-2013 14:14
On laisse de côté le crime et on s'acharne sur la Ministre, aussi nulle qu'elle soit !!! Il faudrait faire quelques choses au niveau de la législation pour stopper ce fléau... Il faudrait un châtiment à la hauteur du crime... Il faudrait non seulement incarcérer les fautifs pour une durée la plus longue possible, plus de 10 ans, *** Il y a beaucoup de violeurs récidivistes malgré l'incarcération. Il se sont transformés en animaux guidés par l'envie, surtout avec le phénomène de la drogue et la nonchalance des agents de la sécurité...
reseau pedophile
canalou |25-03-2013 14:00
dans un jardin d enfant hors la loi et qui n a pas ete controle par le ministere . MME tlili responsable a accuse aujourdhui les responsables au mnistere de negligence . ILS ont laisse une directrice qui ne respecte pas le cahier des charges travailler avec les enfants dans un but de films pedophile avec la complicite du gardien qui en a profite pour passer a l acte . La sinistre a emis un commentare hors sujet a cause de sa frivolite et son manque de discernement
Sihem Badi : tu devrais avoir HONTE !!!!!
arwa |25-03-2013 13:44
Crime contre les enfants mais surtout crime contre l'humanité toute entière !!!! ceci doit etre considérée comme une affaire d'état et le criminel doit etre jugé en direct : LA PEINE CAPITALE , ce monstre ne doit plus faire partie de ce monde comment a-t-il pu commettre un acte aussi affreux envers une fillette de trois ans !!!!! au moment u la famille vit les moments les plus pénibles de son existence Mme la ministre avec ose et avec beaucoup d'assurance a renier les faits qu'elle considère comme incestueux !!!!!!! et le comble de l'ironie elle part en voyage sans se soucier de rien LA HONTE
1234567
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025