Versions contradictoires autour du meurtre du dirigeant de Nidaa Tounes à Tataouine (MAJ)

Businessnews.com.tn | publié le 18/10/2012 20:49

Des affrontements survenus, aujourd’hui, jeudi 18 octobre 2012, à Tataouine entre des manifestants appartenant à la Ligue nationale pour la protection de la Révolution et des membres de l’Union régionale de l'agriculture et de la pêche (URAP) ont causé la mort du coordinateur provisoire de Nidaa Tounes dans la ville,  Lotfi Nagdh, également président régional de l’Union Tunisienne pour l'Agriculture et la Pêche.

Une manifestation, organisée par la Ligue nationale pour la protection de la Révolution, proche d’Ennahdha à Tataouine, réclamant « l’assainissement de l’administration des symboles de l’ancien régime », s'est rendue dans l'après-midi au siège de l'URAP. La manifestation a ensuite dégénéré, et les deux camps se sont affrontés avec des cocktails molotov et des pierres.

Alors que Nidaa Tounès, dans une déclaration à l’AFP, soutient la thèse que « les violences provenaient uniquement du camp des manifestants composés notamment d'éléments d'Ennahda et de criminels notoires de la région qui ont investi le siège de l'URAP, frappant des occupants avec des bâtons », le porte-parole du ministère de l’Intérieur affirme, de son côté, que des cocktails Molotov ont d’abord été lancés par des membres de l’URAP et que les manifestants ont, par la suite, riposté par des jets de pierre.
 
Le ministère de l’Intérieur soutient également que Lotfi Nagdh a été victime d’un malaise cardiaque, ce qui a été confirmé par l’autopsie, toujours selon le même département. Version démentie par Nidaa Tounès qui précise que « même s'il s'agit d'une crise cardiaque, elle est directement liée à l'attaque que Lotfi Naguedh a subie ».


Selon la TAP, huit personnes ont été également blessées et transportées à l’hôpital régional, dont certaines sont dans un état critique.

Des témoins présents sur place ont noté l’absence des forces de l’ordre outre la fermeture des commerces alors que certains d’entre eux ont été endommagés.

Mise à Jour, 21h30 : Le ministère de l’Intérieur, dans un communiqué publié aujourd’hui, 18 octobre 2012, aux environs de 20h30, affirme que, suite aux résultats de l’autopsie réalisée  par l’hôpital universitaire de Gabès, sur le corps du défunt Lotfi Nagdh, « la cause du décès est la crise cardiaque et la victime ne porte aucune trace de violences ».

Un communiqué qui a été mis en doute par Lazhar Akremi, dirigeant de Nidaa Tounès, qui a appelé, dans une intervention sur la chaine Hannibal TV, à ouvrir une enquête et à recueillir les témoignages des familles et des présents sur les lieux des affrontements.

 



S.T.



Versions contradictoires autour du meurtre du dirigeant de Nidaa Tounes à Tataouine (MAJ)

publié le 18/10/2012 20:49

Des affrontements survenus, aujourd’hui, jeudi 18 octobre 2012, à Tataouine entre des manifestants appartenant à la Ligue nationale pour la protection de la Révolution et des membres de l’Union régionale de l'agriculture et de la pêche (URAP) ont causé la mort du coordinateur provisoire de Nidaa Tounes dans la ville,  Lotfi Nagdh, également président régional de l’Union Tunisienne pour l'Agriculture et la Pêche.

Une manifestation, organisée par la Ligue nationale pour la protection de la Révolution, proche d’Ennahdha à Tataouine, réclamant « l’assainissement de l’administration des symboles de l’ancien régime », s'est rendue dans l'après-midi au siège de l'URAP. La manifestation a ensuite dégénéré, et les deux camps se sont affrontés avec des cocktails molotov et des pierres.

Alors que Nidaa Tounès, dans une déclaration à l’AFP, soutient la thèse que « les violences provenaient uniquement du camp des manifestants composés notamment d'éléments d'Ennahda et de criminels notoires de la région qui ont investi le siège de l'URAP, frappant des occupants avec des bâtons », le porte-parole du ministère de l’Intérieur affirme, de son côté, que des cocktails Molotov ont d’abord été lancés par des membres de l’URAP et que les manifestants ont, par la suite, riposté par des jets de pierre.
 
Le ministère de l’Intérieur soutient également que Lotfi Nagdh a été victime d’un malaise cardiaque, ce qui a été confirmé par l’autopsie, toujours selon le même département. Version démentie par Nidaa Tounès qui précise que « même s'il s'agit d'une crise cardiaque, elle est directement liée à l'attaque que Lotfi Naguedh a subie ».


Selon la TAP, huit personnes ont été également blessées et transportées à l’hôpital régional, dont certaines sont dans un état critique.

Des témoins présents sur place ont noté l’absence des forces de l’ordre outre la fermeture des commerces alors que certains d’entre eux ont été endommagés.

Mise à Jour, 21h30 : Le ministère de l’Intérieur, dans un communiqué publié aujourd’hui, 18 octobre 2012, aux environs de 20h30, affirme que, suite aux résultats de l’autopsie réalisée  par l’hôpital universitaire de Gabès, sur le corps du défunt Lotfi Nagdh, « la cause du décès est la crise cardiaque et la victime ne porte aucune trace de violences ».

Un communiqué qui a été mis en doute par Lazhar Akremi, dirigeant de Nidaa Tounès, qui a appelé, dans une intervention sur la chaine Hannibal TV, à ouvrir une enquête et à recueillir les témoignages des familles et des présents sur les lieux des affrontements.

 



S.T.



Ads
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration