Tunisie - Saïda Akremi dément les accusations de l’avocate de Sami Fehri

Envoyer cette page

Selon le journal en ligne "Achahed" réputé pour être proche des islamistes, Saïda Akremi, avocate et épouse du ministre de la Justice Noureddine Bhiri, a démenti les propos de sa consœur Sonia Dahman diffusés sur la chaîne Ettounsiya.

En effet, Me Akremi considère que les propos de l’avocate de Sami Fehri sont mensongers étant donné que la rencontre avec lui a eu lieu entre 17h30 et 18 h et non tard dans la soirée comme il a été dit. Selon Me Akremi, Sami Fehri se serait agité dans sa cellule provoquant un état de vacarme et d’anarchie et ce dans le but d’attirer l’attention et de rencontrer la délégation qui était en visite à la prison de Mornaguia, dimanche soir 25 novembre 2012.

La rencontre aurait donc eu lieu avec la délégation dont faisaient partie Zouheir Makhlouf, secrétaire général d’Amnesty international et l’avocat Rachid Najjar, un des fondateurs de l’Association Internationale de Soutien aux prisonniers politiques ainsi que des membres d’autres associations, outre bien entendu la présence de Mme Akremi.
Sami Fehri aurait, lors de cette rencontre, parlé de son affaire et de ses péripéties ainsi que les conditions de sa détention. Aucun autre sujet n’aurait été abordé, selon Me Akremi.
Le journal "Achahed" ajoute avoir contacté l’autre avocat de Sami Fehri, qui aurait nié être au courant du contenu des déclarations de sa consœur.

D’un autre côté, Rachid Najjar a nié sur les ondes de la radio Mosaïque Fm, la conversation présumée entre la présidente de l’association, Saïda Akremi et Sami Fehri à la prison de Mornaguia, précisant que la délégation avait discuté avec lui de certains détails des affaires dont il est accusé. D.M

Ads
15 commentaires
DE SIMPLES GRENOUILLES QUI VEULENT IMITER LA VACHE........
Citoyen_H |27-11-2012 09:44
Quel spectacle lamentable. Les parvenus analphabètes veulent paraitre en tant qu'être civilisé, alors que la réalité est autre.
Il n'en en ni la carrure, ni le charisme. Ce sont de piètres comédiens, à deux balles.
Leurs fanfaronnades envers leur galerie de demeurés ne paient plus. Ils font cela que par désespoir de cause. Leur côte de popularité n'a jamais été aussi basse. Laissons les faire.
Ils sont tellement bêtes & nuls qu'ils finiront par se saborder dans les règles de l'art.
COINCIDENCES ! ! ! ! ! ! ! !
Tunisien Libre |27-11-2012 08:41
Evidemment Mme la Presidente de l'association de soutient aux prisonniers POLITIQUES, etait en prison pour visiter les grévistes de la faim, et COINCIDENCE il y à eu vacarme dans une cellule et encore COINCIDENCE il s'agissait de la cellule ou se trouvait Sami Fehri. la délégation à donc par COINCIDENCE discuté avec Sami Fehri de ses conditions de détention, mais on ne dit pas un mot sur les co détenus de Sami Fehri; la délégation semble t-il les aurait par COINCIDENCE, totalement ignorés.
Admettons ! mais alors la question à se poser est pourquoi diable,Sami Fehri irait il inventer une pareille histoire ? Mme l'épouse de Mr le Ministre de la Justice qui accuse Mtre Sonia Dahmani de mensonges, imagine t elle un moment que si cette affaire avait des suites, il n'y aurait pas parmis les fonctionnaires de la prison, une personne qui aura le courage de dire la vérité ? attention , danger ! la vérité finit tot ou tard par se savoir.
maintenant, imaginons un autre scénario, Mme l'épouse du Ministre pourrait avoir été mandatée, par ceux qui souhaitent voir Sami Fehri, revenir sur la juste voie, afin de le sonder sur ses intentions futures, sachant que celui ci pourrait et devrait être remis en liberté, n'étant en prison que du fait du Prince.
Arrêtons là, Madame, votre erreur majeure, vous et votre parti politique, est de croire que les Tunisiens sont stupides et tarés ; vous vous trompez , ils ne le sont pas , et vos lamentables pseudo explications ne trompent personne.
Fehri a créé l'anarchie dans sa cellule ????
Dictaturé |26-11-2012 20:18
Fehri doit apprendre à la boucler.
C'est pas parce que on est prisonner politique qu'on doit geuler en prision lorsque l'honorable membre de la commission internationales des prisonniers politiques vient narguer les prisonniers de son mari.
Mme Akremi prouvez le
samth |26-11-2012 18:30
Faire un démenti ne servirait pas à grand chose , les tunisiens sont lucides , Ennahdga a eu le culot de masquer un crime en crise cardiaque (feu Nageth) une rencontre et un harcèlement de détenus ne leur fait pas froid aux yeux . Ce sont des diables personnifiés et doublés de manipulateurs bàs de gamme
Il n'y a pas de fumée sans feu
HatemC |26-11-2012 18:20
La justice évaluera son implication avec l'ancien régime. Mais de quel droit cette femme est allé rendre visite à ce type ? Les raisons restent flous car on connait la puissance de nuisance des islamistes. Voulant le consoler parce qu'il a eu un moment de faiblesse en prison ? Ou pour le harceler mentalement ? Pourquoi donc ce mystère autour de cette visite ? La visite en elle même est suspect. Pas mieux pour retourner l'opinion contre ces charlatans qui utilisent maintenant leurs saintes nitouches enveloppé dans un drap pour mettre la pression sur tout ceux qui ne se conforment pas à leur diktat. Les crédules verront en cette visite de "courtoisie" une action louable venant d'une pieuse. Foutaise, elle est venue menacer un pauvre type en position de faiblesse, toujours pour inhiber toute initiatives venant ternir nahdha et ce GVT d'usurpateur. Hatem Chaieb.
@Brahim
zayed |26-11-2012 17:42
Proverbe arabe: "La corde du mensonge et court"
Citation:"Le mensonge n'est bon à rien puisqu'il ne trompe qu'une fois. Napoléon Bonaparte"
coup de gueule
brahim |26-11-2012 17:12
coup de gueule contre les menteurs et les profiteurs de tous bords
coup de gueule contre businessnews qui publie une information sans vérifier sa véracité
coup de gueule contre les 55 commentaires d'hier soir plein de haine ,sur le mème sujet ,en se fiant sulement à businessnews
coup de gueule contre tous les politiques tunisiens de tous bords qui n'ont parait il pour but que d'envoyer ce pays dans un profond précipice dont elle ne pourra se relever
bonjour saida agrebi
tounsi horr |26-11-2012 17:01
au tempts de ali ces missions ont étaient confiées à SAIDA AGREBI HAAAAAAAAAAAAAAAAAAHA
pur hasard
hseb |26-11-2012 16:56
saIda akremi, delegation droits de l homme, etc.. tous au meme endroit, au meme moment....hmmmm... mais que faisait elle la dedans, la akremi????? l heure n importe PAS...c est who was there, au meme temps...car il fallait y etre. peut etre pour la photo...une image, se soigne...may be celle du mari aussi ??
mais cette GRANDE BAGARRE sur l heure de visite??? pourquoi? regardez ailleurs....
ya mzawra.....dans le sens TAZWIR..
allez va...au revoir
Rectificatif
Fanny Lady |26-11-2012 16:35
Prière de rectifier la date de la visite ce n'est pas Dimanche 25 Novembre mais mardi 20 .
12
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025