Tunisie - Olfa Riahi convoquée chez le juge d’instruction

Envoyer cette page
Charfeddine Qellil, l’avocat d’Olfa Riahi a déclaré qu’il a reçu une convocation au nom de sa cliente pour comparaître devant le juge d’instruction ce jeudi 10 janvier 2013, selon la TAP.

Me Qellil a été informé officiellement par le juge d’instruction qu’une plainte a été déposée à l’encontre de sa cliente par le ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem et que l’enquête dans cette affaire a été entamée depuis vendredi dernier. Il a également indiqué que le ministère public a émis 7 chefs d’inculpation à l’encontre d’Olfa Riahi, dont notamment le fait d’imputer des faits inexacts à un fonctionnaire, la publication de fausses informations et la fuite de documents.

I.N
38 commentaires
secret de polychinelle
canalou |09-01-2013 20:39
nakba cherche un remplacant et en meme temps elle compte garder le gendre gannouchi . OU est passee soumaya ? personne ne souhaite etre a sa place . Elle est a plaindre et doit descendre de son nuage .
la diffamation vu par le code français
bébert |09-01-2013 18:57
L'article 29 de la loi du 29 juillet 1881 définit la diffamation comme suit :
« toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne'auquel le fait est imputé est une diffamation' »

Pour caractériser la diffamation les allégations doivent porter atteinte :

'à l'honneur et
'à la considération de la personne visée.
'Une simple critique ou appréciation de valeur ne sera pas retenue comme diffamatoire.

La victime d'allégations diffamatoires doit être mise en cause pour un fait précis. Si la liberté d'expression est garantie, il n'en demeure pas moins que des limites ont été posées par le législateur.

L'auteur des allégations incriminées pourra :

'dans certains cas, se défendre en prouvant, dans un délai très court, la réalité des faits diffamatoires
'plaider la bonne foi,
'la mesure de son propos,
'l'absence d'animosité personnelle etc'
il a le droit de se défendre
bébert |09-01-2013 18:46
Qu'il soit ministre ou pas, il a le droit de se défendre, il en va de sa probité quand même, ce n'est pas rien .Les procès en diffamation, il y en a régulièrement dans les pays démocratiques et cela coûte cher aux journalistes lorsqu'ils perdent.On a besoin de connaitre la vérité donc le procès est necessaire .
TOUT NOTRE SOUTIEN A OLFA RIAHI !!
tunisien |09-01-2013 15:10
Si les pays civilisés feraient comme Mr Bouchleka , il n'y aurait plus de presse d'investigation , il n'y aurait plus de Washington post ( qui a dévoilé le scandale du watergate ) , plus de canard enchainé , plus de medipart , plus rien . Donc tout notre soutien à Olfa Riahi et à la liberté de la presse et de l'expression et à bas la police de la pensée !!
Fausses nouvelles?
kameleon78 |09-01-2013 14:17
Fausses informations, fausses nouvelles cela ne vous rappelle rien? Mais si, le tristement célébre régime de Ben Ali. Quand vous critiquez le gouvernement ou un de ses membres, forcément vous divulguez une fausse nouvelle. Nous sommes en pleine dictature, bientôt nous fêterons l'anniversaire de la révolution, révolution pour qui? Pour Ghannouchi et ses amis bien sûr qui confisquent nos libertés à leurs bénéfices.
@LECHEF: Pour ne pas parler beaucoup
Engineer Juridique |09-01-2013 13:47
Il parait que la petite ile va s'isoler de la grande ile:

Eau et électricité

On prépare le déchiquetage de la Tunisie...

Comme les criminels et délinquants veulent dépénaliser le DROIT PÉNAL!
@ILLEGITIME: Tu m'as donné une superbe idée
Engineer Juridique |09-01-2013 13:35
Un ministre qui est citoyen et membre du gouvernement peut il porter plainte contre un citoyen citoyen???

Pour dire est-ce que la formule constitutionnelle TOUS EGAUX DEVANT LA LOI est vraie et applicable?

Si la réponse est oui, alors


Quelle est la procédure appropriée pour qu'un citoyen citoyen puisse porte plainte contre un citoyen membre du gouvernement, lui qui a l'avantage des articles suivants:

288 du code de procédure pénale,

et

42 du code pénal???

Je sais qu'un seul y a pensé il s'agit du Pr. Sadok BELAID qui a bien détaillé la procédure dans son projet de constitution!

Hélas il n'est constituant et son projet n'est pas compris par ses élèves dont FADHEL MOUSSA!

Dommage.
Kerkennah isolé du reste du territoire !!!!
lechef |09-01-2013 13:11
Pourquoi ne pas convoquer ces ( quelques personnes ) qui ont isolé Kerkennah du reste du territoire tunisien ?
Pourquoi la brigade , lorsqu'elle est rentrée hier au port et n'a pas trouvé d'interlocuteurs en mer ( uniquement des bâteaux enchainés qui font barrage au Loud ) , n'a pas pris tous ces bâteaux à Sfax et chaque marin serait dans l'obligation de se déplacer pour récuperer son bateau moyennant un engagement de non récidive ?
pourquoi , la sécurité ne bouge pas et n'utilise pas tous les moyens ( y compris la force tolérée par le pouvoir public ) pour éviter cette catastrophe ?
Pourquoi , une minorité essaie d'imposer la loi des nègres sans que les autres ( l'état surtout ) ne réagit ,
est-il normal et acceptable de barrer la circulation ( personnes et marchandises ) devant les habitants de Kerkennah?
Est ce que ces îles peuvent résister au dela de 04 jours ?
Le pouvoir public doit réagir le plus rapidement possible et de trouver des solutions durables qui ne sont pas , en réalité très difficiles
Pour le moment , il suffit de changer de port d'attache des Loud , qui devrait être Al Hsar au lieu de Sidi Youssef , sachant que le trajet Sfax-Hsar est plus court que celui de Sfax-Sidi Youssef
Si le pouvoir public ne réagit pas d'ici au groupement des Kerkenniens devant le théatre municipal , le vendredi à 16°° , je serai dans l'obligation de remettre de l'odre de façon urgente et instaurer une paie paisible et irréversible par mes moyens propres largement suffisant pour lutter contre ces racailles
Illégitimité du ministre
iILLEGITIM |09-01-2013 11:22
A mon avis, le ministre Rafik abdessalem ne peut poursuive Olfa Riahi en justice en tant que ministre, car il appartient à un gouvernement illégitime électoralement, le pouvoir actuel se maintient avec le mensonge et la diversion,
C'est à Me Qellil d'exploiter cette faille juridique et constitutionnelle pour mieux défendre Olfa Riahi si courageuse par les temps qui courent.
bouchleka une vrai chléka
cycy |09-01-2013 11:15
Je suis impatiente de voir l'issue de cette plainte parcequ'une plainte de la part d'un "homme" comme bouchléka ne m'étonne pas j'aimerais savoir ce que la justice tunisienne va faire maintenant ...
1234
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025