alexametrics
Dernières news

Tunisie - Hamadi Jebali : Crier « dégage » c'est vouloir semer le chaos

Tunisie - Hamadi Jebali : Crier « dégage » c'est vouloir semer le chaos

Lors de la conférence de presse tenue aujourd’hui 29 novembre à la Kasbah, Hamadi Jebali, chef du gouvernement, a déclaré que : « le peuple pourra nous dire « dégage » lors des élections et ce ne sont sûrement pas des partis ou des mouvements qui ont le droit de le faire. Seules les urnes sont éligibles à ce titre ».

Selon M. Jebali, le mot « dégage » est synonyme de chaos et il n’est plus permis de l’utiliser à tout va afin de justifier une contestation contre une quelconque nomination à un poste officiel, quel qu’il soit. Ce gouvernement est, selon son chef, légitime, élu par le peuple et devrait, donc, être libre de mettre en œuvre les politiques qu’il juge adéquates et efficaces.

 

Hamadi Jebali précise, en outre, qu’il défend, par sa position, la symbolique de la révolution ainsi que ses objectifs et non le gouverneur de Siliana ou quelque autre personne indépendamment de son appartenance politique.

A rappeler à ce propos que le chef du gouvernement a, dans une déclaration donnée hier à la presse, souligné que le gouverneur de Siliana ne sera pas limogé et qu’il démissionnerait avant lui s’il le fallait. Or, lors de la conférence de presse d’aujourd’hui, il s’est rétracté en déclarant qu’il n’est pas contre le fait de démettre ce même gouverneur de ses fonctions s’il s’avère qu’il n’a pas respecté les engagements tracés dans le programme de développement de la région.

 

Par ailleurs, M. Jebali n’a eu de cesse d’évoquer des parties et des personnes qui seraient derrière les mouvements de protestation à Siliana, sans pour autant, et malgré l’insistance des journalistes à travers leurs questions, oser nommer ces parties.

D’après les dires du chef du gouvernement, la violence perpétrée à l’encontre des habitants de Siliana et ayant débouché sur un nombre important de blessés, notamment à la chevrotine (on parle de plus de 200 cas), est bel et bien justifiée. En ce sens, que ce sont les manifestants qui en ont donné le signal de départ en recourant à la violence, dans toutes ses formes, lors de leurs marches et mouvements de protestations.

 

M. Jebali persiste et signe, par ailleurs, affirmant que son gouvernement n’accepte pas d’agir sous la pression et la contrainte, sans que les revendications des habitants, qu’ils soient de Siliana ou d’autres régions, ne soient fondées. « Nous n’acceptons pas les menaces, ni la pression », déclare en substance, M. Jebali.

Si la majorité écrasante de la société civile et de l’opinion publique estime que le recours à la violence par les forces de l’ordre et, qui plus est au travers de la chevrotine, demeure un acte grave et inadmissible, le chef du gouvernement, quant à lui, juge que ce recours, établi à juste titre, rentre dans le cadre de la légitime défense et que cela est bien garanti par la Constitution (sic).    

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

hamahama
| 30-11-2012 19:27
et que peut être le meilleure de vos amies mais cette foi ci en accusant comme l'on fait certains de votre partie que les autres partie et des civiles dernière tous cela vous avait manqué a votre responsabilité d'un chef de gouvernement censé être au courant de ce que il se passe dans le pays et ce gouverneur que vous défendre il est aussi censé a vous communiqué les travaux qui a pu concrétisé aujourd'hui serai la seul chevrotine voila mon gouverneure se que a réalisées mais pas je verrai si ce dernier na pas respecter l'engagement qui etait tracée

le jabane
| 30-11-2012 19:03
Il est grand temps de dénoncer ces incompétents qui nous assassinent.
DEGAAAAAGE

Dr. Jamel Tazarki
| 30-11-2012 18:56
Dans le gouvernement de Monsieur Rached Ghanouchi aucun ministre de l'ancien gouvernement n'a retrouvé son poste, sauf le ministre de la défense pour des raisons qui sont connues' Même des hauts fonctionnaires de nos ministères ont été neutralisés. Monsieur Hamadi Jebali place entre autre ses amis en tant que gouverneurs! Ce gouvernement n'a pas le droit de limoger nos hauts fonctionnaires pour des raisons théologiques. Il faut les garder pour leur qualification professionnelle précieuse pour la continuité de l'État. Le changement de l'État ne doit pas se traduire par un changement de l'élite. Il manque au parti politique Ennahdha des hommes capables de prendre la relève. En particulier le renouvellement du personnel administratif est absurde et ne peut que ruiner notre pays. Il nous faut un article dans notre constitution qui reconnaît aux fonctionnaires la liberté d'association politique comme tous les autres citoyens. Nous ne pouvons pas nous permettre de changer tous les directeurs de nos institutions à chaque changement de gouvernement. Ce qui manque en Tunisie est une organisation à l'échelle nationale pour la défense et la protection des droits de nos hauts fonctionnaires des nominations aléatoires et absurdes qu'Ennahdha est en train de réaliser. Il faut que cette organisation bloque toutes ces réformes déraisonnables et de s'imposer ainsi comme une force face à une majorité parlementaire en grande partie nulle. Il s'agit en particulier de l'intérêt supérieur de l'État tunisien qui doit être apolitique. Je dénonce le recrutement politique dans l'administration tunisienne. J'appelle tous les Tunisiens à se révolter contre cette idiotie. Je rappelle, en tant qu'exemple, que Monsieur Obama ou Monsieur Nelson Mandela ont gardé non seulement tous les hauts fonctionnaires de toutes les administrations mais ils ont même reconduit des ministres aux mêmes postes: C'est le cas de Trevor Manuel et d'Alec Erwin respectivement ministre des Finances et du Commerce en Afrique du sud. Un président noir qui a été victime de l'apartheid pendant 27 ans engage des ministres blancs pour l'intérêt du pays. Il faut céder le passage à tous les gens de valeur indépendamment de leur couleur de peau, de leur croyance ou de l'idéologie politique.

Le gouvernement du clan Ghanouchi n'est plus légitime depuis le mois d'octobre 2012. Ce gouvernement a été élu pour 12 mois et aujourd'hui nous voulons imposer par tous les moyens démocratiques la possibilité d'une nouvelle élection législative générale d'ici le mois de Mars 2013.

Le Gouvernement du Clan Ghanouchi devra présenter au président de la république sa démission et demander à ce dernier de dissoudre l'assemblée et de décréter la tenue d'élection législative.

Ce n'est que dans la négative si les élections législatives n'auront pas bientôt lieu. Entre temps il faut imposer la solution proposée par Monsieur Chokri Belaïd
Voir:http://www.businessnews.com.tn/Tunisie-'-Chokri-Belaïd-pour-un-gouvernement-de-compétences-après-le-23-octobre,520,33979,3

Citation: "Chokri Belaïd, secrétaire général du parti des nationalistes démocrates, estime que le gouvernement de la Troïka, actuellement au pouvoir, a échoué dans sa mission et qu'il ne peut plus continuer à gouverner le pays... M. Belaïd propose, dans une déclaration faite à Mosaïque Fm, comme alternative pour cette période, la mise en place d'un gouvernement dit de crise, constitué de jeunes compétences qui s'engagent à ne pas se présenter aux prochaines élections. Autrement dit, une sorte de remake (réédition) du cabinet ayant conduit la première période transitoire.

La Tunisie n'est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni des partis politiques, ni du cours des fleuves et ni de la direction de ses vents! La Tunisie est en particulier une grande solidarité constituée par le sentiment des sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposés à réaliser pour faire face à la dictature!

www.go4tunisia.de
Dr. Jamel Tazarki
Allemagne

antiparasites
| 30-11-2012 18:51
Rien, absolument rien, n'est géré correctement et avec professionnalisme. C'est un échec complet, politique, éthique et historique en Tunisie.
Ce gouvernement est légitime, mais totalement incompétent !

marco2013
| 30-11-2012 15:38
le pauvre il ne c pas que ve dire le mot degage en version siliana.....

Bouboule
| 30-11-2012 15:20
Je crois être ligitime de vous demander de partir si vous n'avez pas accomplie votre mission dans les temps c'est a dire la rédaction de la Constitution.

Allez je me lance; tunisiens je vous informe que la constitution peut être livré immediatement s'il ny avait de probleme de partage de pouvoir entre Jebali et Marzouki car c'est le seul et unique probleme

pour information ISIE ou pas ISIE pas de constitution pas d'élection.

Diplomate95
| 30-11-2012 13:07
On devient amnésique quand on veut !

canalou
| 30-11-2012 11:11
si vous n aimez pas DEGAGES ,peut etre IRHAL vous convient mieux . Nous sommes bilingues depuis 50 ans .Ce n est pas de notre faute si vous avez rate avec mr gannouchi le train du bilinguisme qui est la richesse du tunisien .

observator
| 30-11-2012 10:25
Le gouverneur comme tout autre responsable , peut etre limogé, s'il s'avere qu'il a manqué à ses devoirs et responsanilités en tant que gouverneur ?.
Mais il n'est pas permis de le faire sous la pression de la rue sans raison et c'est dans ce sens, à mon avis, qu'il faut interpreter les intentions de Mr Jbali.
Dire que seul le peuple lors des elections, pourra "degager" le gouvernement, est un symbole fort du respect de celui-ci pour la volanté de ce peuple et le respect de la democratie. Mr Jbali ne se trompe pas d'allié. Le seul veritable allié de la legitimité aujourd'hui sont les tunisiens.
C'est cela qui fait rager la contre-revolution et ses mercenaires. Ils ne reculent devant rien pour bruler, casser en fait pour se venger de ce peuple.

Massinissa
| 30-11-2012 10:02
L'arabe Jebali a encore rate une occasion de se taire. Degage chez toi en *** chez tes freres qataris. Le peuple tunisien utilisera ce terme quand bon lui semblera que ca te plaise ou non.

A lire aussi

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a publié ce vendredi 22 juin sur sa page Facebook 2018

29/06/2018 18:42
1

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public aujourd’hui, vendredi 22 juin

22/06/2018 18:03
0

Le président de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica), Samir

22/06/2018 15:56
1

« Nous pouvons dire que notre position au sein d’Ennahdha est quasi homogène et unanime en ce qui

22/06/2018 15:23
3

Newsletter