Tunisie – Large écho dans la presse internationale concernant l’affaire de Sami Fehri

Businessnews.com.tn | publié le 26/08/2012 14:34


L’arrestation de Sami Fehri et l’arrêt de son émission des "Guignols" a eu de larges échos à travers la presse internationale européenne, arabe et africaine.

Ainsi, plusieurs médias ont évoqué cette histoire.
En France, on cite : Libération, L’Express, France24, RFI, Europe 1, TV5 monde, Téléobs, etc.
Les suisses et les belges ne sont pas demeurés en reste. Il s’agit, respectivement, de RTS.info et RTBF .
Les médias arabes se sont donnés également à cœur joie (Achark Awsaat, Al Arab On Line) notamment en Egypte (Akhbar Ennaharda, youm7, Al Masry Al Youm et aux Emirats Arabes Unis (Emarat Al Youm), Al Bayan.
La presse africaine (SlateAfrique, Afrique Jet) et maghrébine (Le Maghreb et Aufaitmaroc) ont également écrit sur le sujet.

«La tension continue de monter en Tunisie entre les médias et le gouvernement dominé par les islamistes», déclare RTS.info.
Ces médias étrangers mettent relief dans leurs articles le fait qu’un directeur d’une chaîne de télévision tunisienne a été arrêté pour avoir critiqué le gouvernement. Pour certains d’entre eux, il s’agit d’une forme de censure et d’une atteinte à la liberté d'expression : ils s’interrogent sur son avenir en Tunisie. D’ailleurs RTBF écrit «La liberté d'expression est-elle en danger en Tunisie?».

I.N.

Tunisie – Large écho dans la presse internationale concernant l’affaire de Sami Fehri

publié le 26/08/2012 14:34


L’arrestation de Sami Fehri et l’arrêt de son émission des "Guignols" a eu de larges échos à travers la presse internationale européenne, arabe et africaine.

Ainsi, plusieurs médias ont évoqué cette histoire.
En France, on cite : Libération, L’Express, France24, RFI, Europe 1, TV5 monde, Téléobs, etc.
Les suisses et les belges ne sont pas demeurés en reste. Il s’agit, respectivement, de RTS.info et RTBF .
Les médias arabes se sont donnés également à cœur joie (Achark Awsaat, Al Arab On Line) notamment en Egypte (Akhbar Ennaharda, youm7, Al Masry Al Youm et aux Emirats Arabes Unis (Emarat Al Youm), Al Bayan.
La presse africaine (SlateAfrique, Afrique Jet) et maghrébine (Le Maghreb et Aufaitmaroc) ont également écrit sur le sujet.

«La tension continue de monter en Tunisie entre les médias et le gouvernement dominé par les islamistes», déclare RTS.info.
Ces médias étrangers mettent relief dans leurs articles le fait qu’un directeur d’une chaîne de télévision tunisienne a été arrêté pour avoir critiqué le gouvernement. Pour certains d’entre eux, il s’agit d’une forme de censure et d’une atteinte à la liberté d'expression : ils s’interrogent sur son avenir en Tunisie. D’ailleurs RTBF écrit «La liberté d'expression est-elle en danger en Tunisie?».

I.N.


Ads
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération