Tunisie – La Loi de Finances 2013 sous la loupe des experts

Envoyer cette page
Deux événements, même jour, même heure, même thème : la Loi de Finances 2013. D'une part, le Centre des Jeunes dirigeants d'entreprises (CJD) en collaboration avec la Konrad Adenauer Stiftung (KAS) a organisé un débat autour du thème de la loi de Finances 2013 dans un hôtel aux Berges du Lac de Tunis le 12 janvier 2013. D'un autre côté, à une centaine de mètres, au siège de la "Maison des chefs d'Entreprises", l'Ordre des Experts Comptables de Tunisie (OECT) a choisi pour sa "conférence annuelle" de débattre, également, de la Loi de Finances 2013. Une coïncidence certes, qui dénote de l'importance du sujet à traiter et de la délicatesse de la question budgétaire et fiscale dans notre pays.

La conférence de l'OECT a été marquée par une présence massive de la part des experts comptables et des professionnels du monde des finances. Ont pris part au débat le ministre des Finances Elyès Fakhfakh, des experts comptables, dont notamment le secrétaire général de l'OECT, Walid Ben Salah et Slaheddine Zahaf, élu à l'ANC qui s'est chargé du rôle du coordinateur. A noter également la présence de Lobna Jeribi, élue à l'ANC en sa qualité de rapporteur de la commission des Finances au sein de l'Assemblée constituante. A noter également que le ministre du Développement régional et du Plan, Jameleddine Gharbi, a manqué à l'appel, bien que sa présence était prévue au programme avec une intervention à propos de la balance économique 2013.

Cette conférence a été inaugurée par une intervention du ministre des Finances, Elyès Fakhfakh, qui a rappelé les circonstances particulières et délicates entourant la préparation de la Loi de Finances, avec une grande pression sur le budget de l'Etat. Il a ajouté que les hausses des prix des produits de base et des matières premières dans le monde ont également compliqué la situation et rendu la tâche encore plus difficile. "Et pourtant, les données économiques sont relativement positives!", a déclaré M. Fakhfakh, dans un arabe littéraire qu'il avait du mal à maîtriser.
Tout en faisant allusion au nouveau code d'investissement en cours de préparation, Il a affirmé que le pays avait besoin d'une refonte radicale du système fiscal afin d'optimiser la contribution des citoyens à la trésorerie publique et de booster l'économie. M. Fakhfakh a, par ailleurs, mis l'accent sur la nécessité d'instaurer une bonne gouvernance, avec une redistribution des richesses d'une manière plus équilibrée et équitable, ce qui rentre "dans le cadre de la concrétisation des objectifs de la révolution".

De son côté, Walid Ben Salah a présenté une lecture analytique du budget de l'année 2013 et a mis en évidence que le gouvernement a opté pour la politique budgétaire "stop and go", une politique restrictive suivie d'une politique de relance quelque temps après. Le budget est ainsi passé de 25551 millions de dinars en 2012 à 26792 millions de dinars en 2013, soit une évolution de 4,85%. Le taux de croissance économique prévu pour l'année 2013 est de 4,5%, alors que le déficit budgétaire prévu est de 5,9%, entraînant un niveau d'endettement de 46,8% du PIB.

Par ailleurs, Lobna Jeribi a indiqué, dans son intervention, que la commission des Finances au sein de l'ANC a fait un travail important mais pas très visible car non médiatisé. Elle a affirmé que le projet du budget était décevant car "on s'attendait à une vision globale et un programme qui prend en considération les intérêts nationaux et non partisans", a-t-elle précisé. Elle a également affirmé que ladite commission a changé énormément de mesures et articles et a ajouté de nouvelles dispositions, notamment relatives à l'exonération d'une année supplémentaire des sociétés off-shore. D'autres articles ont été selon elle supprimés, dont par exemple, l'article relatif au cas de refus de comptabilité par l'administration.
Sur un plan plus technique, Habiba Louati, directrice générale de la législation fiscale, en compagnie de Sami Mekki, directeur à la même administration, a commenté les principales dispositions fiscales de la Loi des Finances 2013.

Quant à l'événement organisé par le CJD, le secrétaire d'Etat auprès du ministère des Finances ayant contribué directement à l'élaboration du projet de la loi des Finances 2013, Slim Besbès, s'est chargé de la présentation des principales dispositions de cette Loi de Finances. Ensuite, il y a eu la présentation de deux lectures critiques de cette loi, l’une concernant les dispositions budgétaires, présentée par Fayçal Derbal, expert-comptable président d'honneur de l'OECT, la seconde lecture critique concerne les dispositions fiscales et a été présentée par le conseiller fiscal Mabrouk Maâlaoui.
Un débat a suivi ces interventions avec plusieurs questions auxquelles les conférenciers ont répondu.

Le CJD a, également, publié ses commentaires dans un document distribué aux présents. Il s'agit, par exemple, de l'encouragement à la création des petites et moyennes entreprises par l'exonération des bénéfices réalisés pendant les trois premières années et l'instauration d'une avance au taux de 1% au titre de l'impôt des personnes physiques soumis au régime forfaitaire, prélevée par la voie de retenue à la source.

En définitive, à partir de ces deux conférences, on peut percevoir une déception générale quant à cette Loi de Finances 2013. En effet, on estime qu'elle n'a pas répondu aux attentes des professionnels, ni aux citoyens lambda puisqu'elle n'a pas prévu de dispositions spéciales pour l'encouragement à l'emploi, le développement régional et l'investissement en général. Le budget alloué à l'investissement n'a presque pas évolué alors que les dépenses de fonctionnement sont prévues à la hausse. La pression fiscale pèse de plus en plus lourd sur les entreprises et les contribuables, une pression qui a été confirmée davantage par cette Loi de Finances 2013.

Dorra Megdiche Meziou
5 commentaires
Loi de finances 2013
Helga |27-02-2013 16:29
Jusqu'à présent il n'y a pas une traduction dans le Journal Officiel de la loi de finances 2013.

Comment les étrangers vont-ils investir en Tunisie, si la loi qui les concerne n'est pas à leur portée?

Le grand flottement.
CHOKO27 |19-01-2013 07:41
Quand va-t-on comprendre qu'en tunisie il y a eu pendans l'ancienne époque une grande injustice fiscale enrichissant les uns et appauvrissant les autres pour des raisons bien connues de tout le monde. Aujourdhu'i ,on continue à ignorer notre mal qui met en péril notre budget de l'état.Malheureusement, personne ne vient au secours d'une gestion des finances qui s'écroulent d'un jour à l'autre.
Nouveau 2626
Y on a marre |16-01-2013 11:12
Par l'art 63 alinéa I.4. de cette loi de finance, ils piquent une nouvelle taxe sur les salaires! Ainsi, ceux qui travaillent plus et qui ont une fiscalté transparente sont encore pénalisés. Ce n'est qu'un nouveau 2626 déguisé en une loi de finance médiocre. Cette nouvelle taxe est aussi une autre motivation pour les Compétences Tunisiennes, du moins celles qui en restent, d'immigrer vidant ainsi la Tunisie de son Elite. Peut être que c'est un des objectifs de ce nommé Ghannouchi qui voit en cette Elite des ennemis à son projet obscuriste.Ce qui est sûr est que c'est une des actions ratées d'un gouvernement le plus incompétent dans l'histoire de la Tunisie moderne et d'une ANC qui n'est qu'ombre d'elle même!
AH LES FISCALISTES TUNISIENS INGENIEURS ***
LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE VIRTUELLE |15-01-2013 22:38
En Europe les Fiscalistes sont formés:
1) Dans des Ecoles dépendant des Ministères du Budget et des Finances pour les Inspecteurs de Impôts et autres cas des Fonctionnaires partant dans le Privé.
2) Dans les Universités et les Ecoles de commerce publiques ou privées, ce sont des diplômés de Sciences politiques, Administratives et autres, je rappelle que ce ne sont pas des titres d'Ingénieurs!!!
En Tunisie ce sont tous des Ingénieurs diplômés en tout par l'Islam.
Par exemple: j'ai connu un vendeur de thé, de sucre et moi j'achetais souvent des cacahouètes et des amandes salées dans la Boutique de Ben Romdane à Belleville qui est devenu Ministre et végète actuellement dans son Ministère à la Kasbah.
Comment voulez que la CHEFAFIA de mes 2 inventée par des Islamistes incultes,je dirai même la chéchia soit bien porté par des Incultes, des Menteurs, des Arrivistes et des Profiteurs de tout bord.
Je suis la mémoire vivante de 53 ans d'histoire de la Tunisie que j'ai suivie, notée depuis mon EXIL en Europe depuis 1965.
Je ne demande rien du tout, ***
Où sont passés nos INGENIEURS FINANCIERS
Engineer Juridique |15-01-2013 20:54
Diplômés des grandes écoles Françaises???

Ras le bol des conseillers fiscaux et des experts comptables, seuls les INGÉNIEURS FINANCIERS peuvent INGENIEURISER la loi de finance pour une bonne régulation avec le budget de l'état!

Fakhfakh ingénieur mécanicien a-t-il une idée sur ses faiblesses???
1
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025