alexametrics
A la Une

Tunisie ? L'intérêt supérieur de l'enfant, urgence ou dada ?

Tunisie ? L'intérêt supérieur de l'enfant, urgence ou dada ?
Au regard de la crise politique actuelle, les droits de l’enfance n’apparaissent pas comme une urgence. L’enfant est un citoyen silencieux. Il ne sait pas s’exprimer, ni défendre ses droits, il ne sort pas manifester dans la rue et reste tributaire du cadre de vie, des opinions et des combats des adultes. L’enfant ne vote pas, il n’intéresse donc pas les politiques et n’attise pas de débats houleux au sein d’un hémicycle déchaîné. Loin de là !

Et pourtant, au cœur du bouillonnement de cette période de construction transitionnelle, de nombreux textes sur la protection de l’enfance devront être votés. Tout est à faire aujourd’hui. Dans une Constitution dans laquelle l’enfant devra trouver sa place, mais aussi au sein d’une instance de régulation des médias, la HAICA, qui devra se doter des mécanismes nécessaires pour une presse responsable et au-dessus de tout sensationnalisme au détriment des enfants. A travers ces deux questions, devra être consacrée la notion d’ « intérêt supérieur de l’enfant ».

La Tunisie a ratifié en 1992 la Convention internationale des droits de l’enfant, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 89. Un code de protection de l’enfance a également été promulgué en 1996. Le troisième avant-projet de la Constitution tunisienne consacre un article aux droits de l’enfant. L’article 45 stipule que : « l’enfant a le droit d’avoir de ses parents et de l'Etat la garantie de la dignité, des soins, de l’éducation, de l’enseignement et de la santé. L’État doit assurer la protection juridique, sociale, matérielle et morale pour tous les enfants sans discrimination ». Une première en Tunisie.
 
Cet article est un excellent début dans la Tunisie transitionnelle, fait remarquer Claire Brisset, ancienne journaliste au Figaro, au Monde et au Monde diplomatique, directrice de l’information à l’Unicef et également défenseur des enfants au Conseil des ministres français.

Mais ce n’est qu’un début. Si l’article annonce les principaux droits fondamentaux des enfants, à savoir, le droit à la santé, à l’éducation, à la famille, à la protection et à la non-discrimination, et engage à la fois la responsabilité de l’Etat et celle de la famille, il reste cependant insuffisant et mérite d’être amélioré conformément aux obligations internationales.

Mokhtar Dhahri, représentant de l'Unicef en Tunisie, souligne qu’il ne suffit pas de mentionner les droits de l'enfant dans la Constitution, qui devra reconnaître l'enfant en tant que sujet de droits et non objet de droits. L’Etat devra également s’engager à les appliquer, insiste-t-il, tout en rappelant le rôle historique de la société civile en matière de protection des droits de l’enfance.

Il est important aujourd’hui d’avoir une culture de protection de l’enfance à tous les niveaux, aussi bien associatif, politique que médiatique.

Les journalistes ont, eux-aussi, leur part de responsabilité dans la banalisation de la place de l’enfance sur la scène médiatique. Les thèmes liés à l’enfant restent prisonniers de la sphère du fait divers en Tunisie. On remarquera, à titre d’exemple, que les thèmes liés à l’enfant n’ont surgi sur le devant de la scène que dans le cadre de scandales et de faits divers. On se rappellera tous de l’affaire sordide du viol de la petite fille de 3ans dans un jardin d’enfants illégal de la Marsa. Un viol dont on accuse le gardien de l’établissement d’être le responsable et la directrice d’en couvrir les faits.

Cette affaire, médiatiquement traitée de la manière la plus incorrecte et la plus traumatisante pour l’enfant, a suscité un véritable tapage médiatique et a été diffusée en reportage exclusif sur certaines chaînes Tv et journaux, avides de sensationnalisme. La petite fille a été interrogée par des animateurs, dans le cadre d’émission de téléréalité, sans le moindre recours à des professionnels de l’enfance ou de la considération pour sa vie privée et pour le traumatisme vécu.

Exposition médiatique des enfants victimes, utilisation de leur image à des fins sensationnalistes sans le moindre respect du b.a.-ba des règles journalistiques imposant confidentialité des données personnelles et respect de la vie privée. Tous ces dérapages feront que les drames, subis par les enfants, se transformeront en stigmates qui les poursuivront toute leur vie.

Mais les retombées de cette affaire, qui devait servir d’électrochoc auprès de la société civile et de la classe politique, ont rapidement fondu, dans la mémoire collective, comme neige au soleil sans que les bonnes questions n’aient été posées.

Les institutions dans lesquelles sont placés les enfants sont-elles suffisamment contrôlées ? Au lieu de stigmatiser les victimes, ne fallait-il pas, au contraire, désigner les responsables afin d’éviter que ce genre d’affaire ne se répète de nouveau ? Quelles sont les mesures prises par le ministère de la Femme et de l’Enfance pour la protection des enfants dans les crèches, jardins d’enfants et écoles ? Qui sont les fonctionnaires de ces établissements et comment les recruter ? Comment protéger les autres enfants des retombées d’une telle affaire ?

Force est de reconnaitre qu’il n’existe pas de culture de protection de l’enfance en Tunisie. Lors des funérailles du défunt Chokri Belaïd, ses enfants ont, eux-aussi, été surmédiatisés et ont servi de tremplin de popularité à certains politiciens soucieux de redorer leurs images vis-à-vis des masses.

Les médias font du sensationnalisme au détriment des enfants et certains parents, non-avertis, sont complices de cette surexposition médiatique.

Partout, dans le monde, les instances de régulation des médias ont leur mot à dire, et contribuent énormément, à la garantie des droits de l’enfant. Qu’en sera-t-il de la HAICA ?  A l’heure où les débats autour des membres de la future Instance pour l’Information et la Communication Audiovisuelle s’annoncent houleux, rien ne laisse présager qu’elle se dotera des mécanismes nécessaires pour garantir aux enfants un minimum de décence dans les médias.

Les droits de l’enfance devront faire partie des droits de base des journalistes, qui au-delà d’une spécialisation, doivent s’infiltrer dans la formation de base de tout enseignement journalistique. Le rôle de la HAICA est aussi primordial, à son niveau, visant à pallier à certains dérapages. Enfin, un corpus de règles devra également se construire autour de  la notion d’intérêt supérieur de l’enfant. La constitutionnalisation en est le pilier. Ceci est un bon début, mais existe-t-il une réelle conscience et une volonté de bien faire ?

 
Synda TAJINE

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

Rise
| 13-05-2013 18:47
Tres bel article

L'enfance n'a pas à demander du bonheur, elle est bonheur dans le paradis de l'instant. De ce fait, les Droits de l'enfant sont en fait les Droits à l'Enfance

Un des critères d'appréciation majeurs de la réussite de notre révolution sera l'application et la garantie effective des dispositions légales de protection de l'enfance.

Chaque dégradation ou non-respect de ces droits sera un pas vers la barbarie

Tunisien
| 13-05-2013 02:38
L'enfance est-elle menacée sous nos cieux ? Telle est la question qui doit tourmenter tout tunisien après l'affaire de la petite fille violée par un pédophile dans un jardin d'enfants à la Marsa .
Tout d'abord , définissons l'enfance , L'enfance est un stade de développement humain précédent l'adolescence puis l'âge adulte.L'enfance se décompose en plusieurs stades, nouveau né et nourrisson (bébé), puis petite enfance et pré-adolescence. De ce fait , l'enfance est la période pendant laquelle se forge le caractère de l'être humain , pendant laquelle son identité se façonne . De là , nul ne peut négliger l'attention qui doit être accordée à nos mômes . Mais hélas , nous n'accordons pas assez d'attention , de discussion et de temps à l'enfance , c'est considéré comme un luxe , " on n'a pas le temps pour parler de ça" diraient certains ou " c'est un sujet de femmes " s'exclameraient les misogynes " . Ces réactions prouvent le manque d'attention dont sont victimes nos enfants . Sous d'autres cieux , c'est la priorité des priorités , car réfléchir à l'enfance et s'occuper convenablement de cette tranche d'age c'est s'occuper de la génération future . Maltraiter l'enfance , c'est insulter l'avenir . Surtout qu'il y a du pain sur la planche avec tous les jardins d'enfants illégaux , les jardins d'enfants se disant " islamiques " , le suivi des éducatrices qui y travaillent , les programmes dispensés et etc ... Nos enfants méritent toute l'attention de la société car c'est notre avenir qui est en jeu .

Un Tunisien désespéré
| 13-05-2013 02:05
L'un des droits fondamentaux des enfants en bas âge est l'accès à leurs deux parents à parts égales dans le cas d'un divorce. En Tunisie, tout le monde dit vouloir imiter les démocraties de l'Ouest. Dans ces démocraties la règle de base dans le cas de divorce des parents est la GARDE PARTAGÉE, c'est-à-dire que l'enfant passe autant de temps avec le père qu'avec la mère selon un emploi du temps établi à l'amiable ou par un juge. Alors, faisons comme les grandes démocraties !

En Tunisie, on donne les enfants automatiquement à la mère avec un « droit de visite » pour le père à des heures tout ce qu'il y a de plus ridicule, le dimanche de 9 h au « coucher du soleil ! » y compris le temps de prendre et de retourner l'enfant. Et si le père habite à 100, 200 ou 500 km? ! Et s'il travaille le dimanche? C'est pareil ! Une seule décision (non écrite dans les textes de loi) s'applique à tout le monde.

D'abord comment voulez-vous qu'un père puisse établir une relation avec son enfant en si peu de temps? Puis, la notion même de « droit de visite » est d'une stupidité inouïe ! Comme si l'enfant est hospitalisé ou prisonnier !. Il s'agit plutôt du « droit de l'enfant » d'avoir accès à son père au même titre qu'à sa mère. Après tout, l'enfant n'est pour rien si ses parents ont divorcé.

En plus des « droits de l'enfant », ce problème relève de l'équité et de l'égalité homme ' femme, où les « droits de l'homme » sont de toute évidence aussi bafoués que « droits de l'enfant ».

Questions???
| 12-05-2013 22:03
Ou sont d'abord les droits des enfants traités de corrompus sur la liste honteuse de la confiscation Tunisienne ??? Une liste semblable a la triste liste de Shindler que le monde a contésté hélas tardivement ! ou sont les journalistes afin de contester l'éxistence des enfants sur une liste pareille ? Qui d'entre eux a meme conbtésté toute la liste , écrite dans le brouhara de la revolution et maintenue quand meme en vigueur ?
Le temps est peut etre venu pour mettre toutes ces injustices a la lumiere de tous et y remédier correctement entre personnes civilisés ...
Faire la part des choses et séléctionner les vrais corrompus , des innocents et rendre justice en triant les biens biens acquis des biens mal acquis .

vérité
| 12-05-2013 21:50
Nos enfants ont été considérés comme des cobayes pour des expérimentations médicamenteuses en dépit de la réglementation tunisienne Le ministre actuel de santé Mekki ne s'est opposé à ces essais il a été poursuivi pour abus de pouvoir auprés du tribunal administratif . Ce lui qui ne croit pas n'a qu'à le demander auprès de ce ministre

A lire aussi

Frappés par le sceau de l’interdiction, traqués par les services de la douane, se voyant ôter tout

12/10/2018 20:59
4

La Loi de finances est la pierre angulaire des finances publiques : c’est un jeu d’équilibriste

11/10/2018 19:59
3

La Tunisie a adopté hier loi criminalisant les atteintes racistes. Bien que certains s’obstinent à

10/10/2018 19:59
16

La nouvelle est tombée dans la matinée du 9 octobre 2018, Selim Azzabi, chef de cabinet du président

09/10/2018 19:59
8

Newsletter