Tunisie – 30 salafistes accusés de terrorisme pour avoir envoyé des jeunes combattre en Syrie

Businessnews.com.tn | publié le 04/10/2012 19:35

Le ministère public au tribunal de première instance de Tunis a adressé, tout récemment, des accusations très graves envers une trentaine de salafistes, dont certains figurent parmi les chefs de ces groupes.
En effet, ces salafistes sont accusés d’incitation au meurtre et « d’entraîner des jeunes Tunisiens » avant de les faire partir en Syrie pour commettre des actes terroristes, sachant que ces accusations sont passibles de sanctions allant jusqu’à la perpétuité.

Les observateurs voient dans cet épisode une nouvelle vision de la Tunisie concernant la révolution syrienne que le gouvernement de la Troïka, plus particulièrement le président de la République, Moncef Marzouki, et le ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, ont soutenu à outrance allant jusqu’à organiser une Conférence des amis du peuple syrien à Tunis, et ce sous la houlette de l’Etat du Qatar.
Or, en adressant ces accusations, cela revient à dire que les rebelles syriens sont désormais perçus, par les autorités tunisiennes, comme étant des « terroristes ».

Tunisie – 30 salafistes accusés de terrorisme pour avoir envoyé des jeunes combattre en Syrie

publié le 04/10/2012 19:35

Le ministère public au tribunal de première instance de Tunis a adressé, tout récemment, des accusations très graves envers une trentaine de salafistes, dont certains figurent parmi les chefs de ces groupes.
En effet, ces salafistes sont accusés d’incitation au meurtre et « d’entraîner des jeunes Tunisiens » avant de les faire partir en Syrie pour commettre des actes terroristes, sachant que ces accusations sont passibles de sanctions allant jusqu’à la perpétuité.

Les observateurs voient dans cet épisode une nouvelle vision de la Tunisie concernant la révolution syrienne que le gouvernement de la Troïka, plus particulièrement le président de la République, Moncef Marzouki, et le ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, ont soutenu à outrance allant jusqu’à organiser une Conférence des amis du peuple syrien à Tunis, et ce sous la houlette de l’Etat du Qatar.
Or, en adressant ces accusations, cela revient à dire que les rebelles syriens sont désormais perçus, par les autorités tunisiennes, comme étant des « terroristes ».
M.G
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration