alexametrics
Dernières news

Slim Chaker nommé conseiller à la présidence de la République

Slim Chaker nommé conseiller à la présidence de la République

 

L’ancien ministre des Finances, Slim Chaker, a été nommé conseiller à la présidence de la République chargé des affaires politiques.

 

Cette nomination a été officialisée dans le JORT du 20 septembre 2016. Slim Chaker aura rang de ministre.

 

M.A

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (22)

Commenter

Artémis
| 25-09-2016 08:12
Même en période de disette budgétaire le pouvoir n'oublie pas les siens. Cohérent de prime abord, si l'on considère que l'État n'est là que pour rétribuer ses zélateurs. Là s'arrête, néanmoins, cette logique absurde. L'oxymore est de circonstance. Car, au moment où l'on attend de l'État qu'il fasse des économies d'échelle pour équilibrer son budget, au moment où le chef de gouvernement essaie de réduire les dépenses de fonctionnement de l'État, la Présidence de la république fait justement le contraire en multipliant les recrutements improductifs. C'est à dire aggrave le déficit.
Qui croire ?
Y-a-t-il une cohérence entre les deux têtes de l'exécutif ?

Nommer ce type, qui a prouvé tout son « art » partout où il est passé, "ministre-conseiller politique à la Présidence de la République" est un non-sens. Il ne sait rien faire. Alors, on lui trouve un parachute doré. En réalité ce type va toucher l'équivalent de cinq mille dinars par mois en plus d'autres avantages en nature pour deviser sur le temps qui passe. L'on voudrait faire l'éloge de la paresse que l'on ne s'y prendrait pas autrement.
Quand comprendra-t-on qu'un ministre qui n'a plus de portefeuille au gouvernement doit se débrouiller par ses propres moyens pour retrouver un job ?
L'État qui quémande déjà, au plan international les moyens de sa propre survie, peut-il dilapider ainsi des ressources qui se tarissent de plus en plus ?
Croit-on que les bailleurs de fonds qui voient sur le terrain l'usage qui est fait des crédits octroyés vont se précipiter derechef à nos portes pour nous donner encore de l'argent qui ne sert en fin de compte qu'à alimenter les dépenses de fonctionnement au lieu de privilégier l'investissement ?
En creusant un déficit sans fin, cette pratique va peu à peu ruiner la confiance et le crédit de l'État en même temps que l'économie et l'emploi.
Maintenant, aux États-Unis comme dans la plupart des pays d'Europe et notamment en France, l'économie est plombée par la dette publique et l'urgence est au retour à l'équilibre budgétaire. A cet égard, la volonté affichée du gouvernement Tunisien est louable, mais les moyens qu'il utilise sont inopérants, voire contre-productifs. Il freine à peine la hausse des dépenses publiques et sera, d'ores et déjà, corrélativement contraint d'augmenter fortement les impôts sur les particuliers et les entreprises dans un pays qui n'est pas réputé pour son patriotisme fiscal et où précisément l'évasion fiscale fait déjà des ravages.
Mettez-vous à la place d'un particulier ou d'un chef d'entreprise. Oui, ces Tunisiens s'acquitteront d'autant plus de leurs obligations qu'ils auront la certitude que ces impôts et taxes servent à financer l'investissement productif et non comme des dividendes distribués aux copains et aux coquins.
Que l'État donne l'exemple s'il veut enrayer la fuite des capitaux et les montages financiers destinés à éluder l'impôt.
Pourquoi entretenir et nourrir des nuisibles en leur fournissant des avantages indus ?
On reproche à juste titre au parti ANNAHDHA d'avoir consacré la totalité des emprunts sollicités et accordés à payer l'armée de fonctionnaires qu'il a recrutés et qui lestent les finances publiques. On constate que leurs successeurs ne font pas mieux. On se préoccupe prioritairement des siens. Et, le Tunisien Lambda dans tout cela ? Faut-il qu'il se résigne à vivre d'expédients ou d'espérance ?
"Rabbi Y hin". Ne jamais désespérer de la providence. Dieu pourvoira aux plus humbles et à ceux qui ont la foi même de la taille d'un grain de moutarde.

Une tragédie !

On pourra organiser tous les symposiums que l'on voudra, dépenser des milliards en novembre prochain pour attirer les investisseurs potentiels. Une chose est sûre, cependant. Personne ne donnera un SEUL dollar s'il sait d'avance que cet argent va récompenser, d'abord, des courtisans ou financer les partisans improductifs du régime en place.
Le monde est un village et tout le monde observe tout le monde.
Que le pouvoir ne l'oublie pas.

Ladjnef
| 24-09-2016 16:52
Pouvez -vous m'indiquer ce que fait Lazhar Karoui Chebbi au palais de Carthage, à part comploter contre le président de la république lui même avec Lazhar AKREMI?
ça parle de corruption et çà crée des emplois fictifs à coup de milliers de dinars et leur équivalent en privilèges en nature.
BEN ALI n'a jamais crée de postes fictifs de conseiller qui se comptaient sur le bout des doigts.

Mohamed Cheikh
| 24-09-2016 11:57
Depuis quand Slim Chaker fait de la politique ?
Comment peut il conseiller un politicien de 90 ans qui a roulé sa bosse en politique au moins 60 ans BCE ?
C'est ridicule.
La présidence est devenu le bureau de l'emploi des recalés de services.
Pourquoi avons nous critiqué Marzouki et sa bande de ploucs ?
Et Jebali et sa bande d'incompétents ?
BCE conseiller en politique par Slim Chaker ?
C'est une honte et très ridicule

Abel
| 24-09-2016 07:20
C'est son nom qui lui a permis d'occuper le poste de ministre et non son CV ou ses compétences avérées.Cette famille continue d'exploiter son nom comme fond de commerce au détriment de l'intérêt suprême de l'État. Il est temps qu'on arrête le cirque!!!

Extra
| 24-09-2016 01:21
Durant sa période au ministère des finances, cette personne a fait n'importe quoi dans le seul but d'appauvrir le citoyens, alors que pendant les élections présidentielles, il a fait tout pour que le citoyen vote de leur coté. Une fois arrivé a la chaise promise, il a fait tout pour retirer la caisse de subvention, tout les prix ont augmentés, cela va de soit qu'il estnommé conseiller. Cala voulait dire que carthage, n'est pas ,
de la situation économique dans le pays

America
| 23-09-2016 21:06
Pour le moment, les meilleurs endroits d, embauche ce sont le palais presidentiel et le gouvernement a El kasba

Mimi
| 23-09-2016 19:18
Nul et Incompetent ce Slim,je ne dirai rien d'autres car je risque d'être censuré par BN...

baya
| 23-09-2016 18:09
S'il a été écarte parc qu'il n'était pas valable, est il logique de le nommer un conseillé de la présidence.Ce Nidaa est entrain de s'autodétruire.

Chakour
| 23-09-2016 17:48
4000 dinars par mois jetés par la fenêtre. Pourquoi ?

choko
| 23-09-2016 17:13
une récompense pour son échec à la tête du ministère des finances.

A lire aussi

Le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi a

20/11/2018 15:07
0

La députée et militante Bochra Belhaj Hmida a annoncé lundi 19 novembre 2018, sur sa page Facebook,

20/11/2018 13:43
1

Le parti Afek Tounes a exprimé, dans un communiqué rendu public le 19 novembre 2018, son étonnement

20/11/2018 12:38
2

Le ministre des Affaires religieuses, Ahmed Adhoum a relevé, ce mardi 20 novembre 2018, l’existence

20/11/2018 11:02
4

Newsletter