alexametrics
A la Une

Quand le pays a mal à la tête, le Front chauffe

Quand le pays a mal à la tête, le Front chauffe

Le parti de gauche, le Front populaire, est désigné par le gouvernement comme le premier bénéficiaire des manifestations et des actes de violence perpétrés durant les trois derniers jours. Toutefois, ce n’est pas le premier gouvernement à accuser le Front de la sorte. Le parti de gauche, quant à lui, tente de se démarquer de ces accusations tout en essayant de rester fidèle à ses principes.  

 

Béji Caïd Essebsi quand il était Premier ministre, Hammadi Jebali, Ali Laârayedh, Habib Essid… Tous, à un moment ou à un autre, ont accusé les partis de gauche ou nommément le Front populaire d’être derrière des contestations sociales et des actes de vandalisme et de violence. Habib Essid avait même laissé entendre, lors des évènements de Kerkennah en 2015, que le Front populaire contrôlait l’île. La dernière estocade a été portée par le chef du gouvernement, Youssef Chahed, le 10 janvier 2018 lors de sa visite à Al Batan. Il a déclaré que le Front populaire incitait les gens à manifester et à sortir dans la rue pour faire tomber la Loi de finances 2018.

Plusieurs centaines de sympathisants de Nidaa Tounes ont ensuite emboité le pas et ont commencé une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux visant particulièrement Hamma Hammami, porte-parole du Front populaire. Des photos privées ont été dévoilées montrant le leader de gauche dans des restaurants ou de belles maisons, avec des commentaires désobligeants qui tentent de le discréditer et de dire en filigrane qu’il ne porte pas réellement les soucis du peuple. Une campagne nauséabonde et démagogique somme toute habituelle comme les fans de Nidaa ont coutume de lancer.

 

Mais d’où vient tout ce pouvoir de nuisance que l’on prête si volontiers au Front populaire ? Selon Zied Lakhdhar, député et secrétaire général du Parti des patriotes démocrates unifié (Watad), le Front populaire n’a jamais eu vocation à être violent et que toutes ses revendications ou manifestations se sont faites de jour et à visage découvert, y compris sous le régime de la dictature. Il a également déclaré que le fait de jeter la responsabilité de mauvais choix gouvernementaux sur l’opposition était une pratique classique et connue depuis le temps de Bourguiba. Pour lui, la seule nuance est que depuis quelques années, on commence à nommer le Front populaire au lieu de dire « des bandes malfaisantes » ou « ceux qui cherchent à nuire à la stabilité du pays ». Le leader du Front populaire a ajouté qu’à chaque fois que l’on veut cacher sa propre défaillance, on accuse le Front qui, en réalité, ne veut ni ne peut provoquer des actes de violence et de contestation au niveau national.

 

A un autre niveau, et par cette accusation adressée au Front populaire, Youssef Chahed a réussi à faire diversion et à déplacer la polémique. Le discours gouvernemental, tenu par plusieurs ministres, se focalise sur le fait que les élus du Front populaire ont voté la hausse des taux de TVA. Zied Laâdhari est allé jusqu’à accuser le parti de gauche d’hypocrisie. Même Samir Taïeb, secrétaire général d’Al Massar et ministre de l’Agriculture, est allé dans ce sens en pointant l’irresponsabilité des dirigeants du Front. L’ensemble du discours gouvernemental tend à créer un amalgame entre le fait que le Front populaire ait appelé à des manifestations et l’existence d’actes de vandalisme et de violence nocturnes. Les dirigeants du Front populaire n’ont pas pu se dépêtrer de cet amalgame et clarifier les choses une bonne fois pour toutes et sont enfermés dans une position défensive qui consiste à réfuter des accusations graves qui leur parviennent du plus haut niveau de l’Etat.

 

D’un autre côté, le Front populaire est, bien malgré lui, bénéficiaire des contestations concernant les hausses de prix. Politiquement, la position est difficile à tenir car le gouvernement accuse le Front de pousser, d’entretenir et d’organiser ces manifestations alors que du côté des protestataires pacifiques, on réfute une quelconque affiliation politique et on évoque un mouvement spontané de jeunes. Ceci fait que le Front populaire assume, quelque part, la responsabilité de manifestations sans même pouvoir en tirer un bénéfice politique concret.

A un niveau purement sécuritaire, la piste la plus plausible pour ce qui concerne les actes de violence et de vandalisme, indique les contrebandiers. Eux tirent un bénéfice direct du fait que les forces de l’ordre soient dispersées et occupées à gérer des contestations. Mais plus encore, ils tireraient un bénéfice gigantesque de voir le gouvernement de Youssef Chahed limogé. La campagne de lutte contre la corruption entamée il y a quelques mois par Youssef Chahed leur a « fait mal » et ils souhaiteraient qu’elle soit stoppée, d’une manière ou d’une autre. Il y a même des parties politiques qui soutiennent en catimini cette démarche.  

 

Une autre donnée est venue envenimer la situation entre le Front populaire et le chef du gouvernement. Un local du parti des travailleurs, membre du Front populaire, a été incendié à El Aroussa à Siliana. Pour l’élu du Front populaire, Jilani Hammami, il s’agit qui vient dans le cadre de la campagne qui vise le parti de gauche menée par divers moyens dont les réseaux sociaux et à laquelle a adhéré le chef du gouvernement lui-même. Il s’agit également, selon l’élu, d’un message destiné à Hamma Hammami, originaire de la région, en plus d’informations faisant état de menaces de mort visant Hamma Hammami.

 

 

Toutes ces manœuvres, volontaires ou pas, ont fait dévier le débat vers une guerre de déclarations que le citoyen tunisien ne souhaite plus suivre. La situation est difficile pour les Tunisiens et le pouvoir d’achat prend un sérieux coup. Toutefois, il s’agit d’une baisse qui trouve ses origines dans le glissement du dinar, dans le manque de productivité et plus autres facteurs. La Loi de finances 2018 ressemble plus à une goutte qui fait déborder le vase qu’à une vraie catastrophe en elle-même, même si plusieurs points sont effectivement discutables. La réunion des signataires de l’accord de Carthage, prévue samedi 13 janvier, aura pour objectif de tenter de reporter le consens politique sur des mesures économiques et sociales. Et c’est loin d’être gagné.

 

Marouen Achouri 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (19)

Commenter

R.T.
| 14-01-2018 14:08
Sans commentaire ! Je n'ai plus le goût de lire sur les gens ........

palme
| 13-01-2018 21:08
il est grand temps de cédé sa place à un jeune coq moderne intelligent ( je parle de Hammami ) nous avons marres de le voir foutre la merde chaque fois oule 1 er ministre change quelques chose il si oppose automatiquement sans réfléchir pour créer de la pagaille !

takilas
| 13-01-2018 18:14
Depuis sa défaite nahdha n'a pas cessé depuis le début de 2015 de saboter le pays, en bloquant pour soi-disant des mécontentements, les sources vitales de l'économie tunisienne.
Ceci représente un antinationalisme voire une traîtrise pour le peuple ; pareil à celui qui perd un match et par la suite il casse les chaises et les le stade et donne une tanet à l'arbitre donc le seul perdant c'est celui qui va reconstruire le stade et soigner l'arbitre s'il est vivant.
Donc tous les autres volets sont de moindre que celui du sabotage qui n'est que rarement cite.
Sans oublier les multiples et variés sabotages causés par troïka, dont le recrutement de centaines milliers de sudistes (faut-il le préciser car c'est une vérité) pêle-mêle et sans niveau d'instruction dans les administrations de Tunis sans qu'un seul originaires des autres lieux ne soit recruté. Alors que s'il y a réellement une révolution, le plus important pour la Tunisie c'est la décentralisation qu'il faut établir pour sauver l'économie d'un désastre annoncé...

Kane
| 13-01-2018 15:34
...pour votre commentaire lucide et objectif. Cela nous change des posts haineux et partisans qui n'apportent rien de constructif et dénotent un manque total d'esprit d'analyse.

HatHat
| 13-01-2018 12:38
L'incitation à la violence par le Font Populaire aura un effet boomerang. Les prochaines élections seront un désastre pour ces anarchistes.

Fares
| 13-01-2018 12:19
Ce gouvernement est pathétique, comme le peu de supporters qui lui restent.

Le Front populaire comme toute "l'opposition" est très faible. D'ailleurs on parle d'un mouvement social pour quelques rassemblements ces derniers jours, alors que les manifs n'ont rassemblé que quelques centaines de personnes. Le Front n'a pas la possibilité de mobiliser la rue, il est comme la plupart des partis politiques en difficulté financière et a à peine les moyens de se payer des locaux et d'imprimer des tracts. Dire qu'il paie des millices est grotesque. Je crois que les militants du Front populaire aimeraient bien avoir les moyens que le gouvernement les accuse d'avoir. Par contre ce discours en dit long sur la fragilité de ce pouvoir.

Soyons sérieux, y en a qui paniquent pour ce qu'on a vu ces derniers jours. Mais au final qu'a-t-on vu? Quelques rassemblements, avec 200 personnes au maximum. Si on compare avec la révolution, les rassemblements à la Kasbah, les funérailles de Belaid et Brahmi, le sit-in du Bardo, on parle d'une goûte d'eau. D'ailleurs qu'on arrête avec le fantasme de l'instabilité sociale. Depuis la fin du sit-in du Bardo, la rue tunisienne est plus que calme. Ca fait plus de quatre ans qu'on a eu aucun mouvement de masse. Les grèves? Il y en a comme partout au monde, regardez la CGT en France, pourtant leur gouvernement ou leur élite ne panique au moindre truc. Donc tous les gouvernements qui se sont succédés depuis 3/4 ans avaient le champ libre pour sortir le pays de la crise. Ils ne l'ont pas fait par manque de volonté politique, et surtout par un vide intellectuel et une absence de vision pour le pays (le front populaire y compris, ce parti ne fait que prononcer des discours déjà vus et entendus).

Que le gouvernement déraille autant pour quelques centaines de personnes dans la rue en dit long sur sa fragilité, son manque de confiance alors même qu'il se prétend être un formation "d'unité nationale".

Quant aux discours machistes de type "Hamma est payé par sa femme", il en dit long sur le nahdhaoui refoulé qui sommeille chez plusieurs personnes qui se croient progressistes et défenseurs des femmes. Si vous pensez de cette manière, arrêtez de vous mentir et assumez votre islamisme.

Khneji
| 13-01-2018 11:24
Jilani sois une fois serieux et sois courageux pour avouer que vous avez fait beaucoup du mal a notre pays....Ne fais pas le mesquin! Personne ne peut vous croire! Vous avez perdu votre credibilite'.

Abir
| 13-01-2018 11:12
Chahed ne peut pas être un homme d'Etat, un homme qui répète que les désires de deux vieux nuls,l'un souhaite que sa tranquillité,l'autre cherche à nuire à la vie des Tunisiens et détruire toute pierre dans ce pays,dans tous ça nous trouvons Chahed en position d'un perroquet,nous lui avons dis mille fois mettez vous aux cotés de peuple qui vous soutient,il n'a pas pu donc,il est encore fragile et égoïste !

Abir
| 13-01-2018 10:58
Ne perdez pas le temps de ce peuple,il y a une chose sans deuxième,soit vous choisissez la Tunisie,soit Gannouchi,et entre ces deux choix,vous aurez soit un pays saint,soit une ruine!!!!

Forza
| 13-01-2018 10:51
L'exclusion n'apporte rien de bien au pays. Il faut s'assoir ensemble majorité et opposition et définir des actions concrètes pour abaisser la tension, améliorer la vie des plus démunis et préparer en sérénité les élections. Les parties signataire du document de Carthage vont se réunir aujourd'hui mais ce n'est pas suffisant. Il faut dialoguer avec le front, Tayyar et Harak et les autres partis qui ne font pas parti de ce document de Carthage.

A lire aussi

Rupture de la convention entre la Cnam et les pharmaciens. Voilà une annonce de la plus haute

17/10/2018 19:59
2

Youssef Chahed avait promis : 2018 sera la dernière année de sacrifices et c'est ce

16/10/2018 19:59
0

Avec 51 députés, le bloc de la coalition nationale se positionne aujourd’hui en tant que 2ème force

15/10/2018 15:59
19

Frappés par le sceau de l’interdiction, traqués par les services de la douane, se voyant ôter tout

12/10/2018 20:59
4

Newsletter