Mohamed Abbou: Les instructions contre Sami Fehri me rappellent les exactions de Ben Ali (vidéo)

Envoyer cette page

Intervenant dans l’émission « Saraha raha », samedi 8 décembre 2012, sur Hannibal Tv, Mohamed Abbou, Secrétaire général du CPR et ancien ministre de la réforme administrative, est revenu sur l’affaire Sami Fehri et ses différentes péripéties, montrant son profond désaccord quant aux exactions et ingérences commises dans ce dossier, résultant sur le maintien en détention du directeur de la chaîne de télévision, Ettounsiya TV.

« J’ai rencontré Abdelaziz Essid, un des avocats de Sami Fehri et, en prenant connaissance du dossier, certains faits me rappellent les exactions de Ben Ali. Passer en sept jours de l’instruction à la chambre des mises en accusations, avec l’émission d’un mandat de dépôt, est pour le moins troublant. Si en plus il est avéré que le ministère public ait transmis sa demande le 2ème jour de l’aïd, il s’agit réellement d’une ingérence dans la justice », a déclaré M. Abbou.

Le secrétaire général du CPR est également revenu sur le maintien en détention de Sami Fehri, malgré la décision de la Cour de cassation de rejeter son dossier : « Il s’agit-là d’une nouveauté dans les procédures judiciaires ! Et ce n’est pas tout, si l’information d’un nouveau mandat de dépôt à son encontre est confirmée, alors qu’il devait être libéré, cela veut dire qu’il y a eu des instructions en ce sens et qu’on a décidé, coûte que coûte, de garder Sami Fehri en prison. Ce sont des méthodes qui me dérangent beaucoup », a-t-il souligné.

« Que des plaintes soient déposées contre Sami Fehri, que des actions en justice soient engagées, il n’y a aucun mal à cela, mais qu’on donne des instructions pour le garder en prison sans raison juridique, peu importe la personne et même si c’était le diable, c’est inacceptable », conclut M. Abbou.
M.B.H

30 commentaires
@Hablou ah AABBOU
DRAGON |10-12-2012 15:37
Ben ali sidek yezzi oskot .:)))), a part les choses negatives mais ila bcp de positive , le grand defaut illi masahhatkomch kbal mayettkalbou alih .efhimha bien ouhottha fimokhek a vie .surtout le mot kbal mayetkalbou alih .:)))allez preparer une sauce ca sera mieux pour toi
IL FAUT LE DIRE A TON COLLÈGUE NOUREDDINE BHIRI BEN ALI
Noury |10-12-2012 15:15
Comme ça, ENNAHDHA ne pourra pas dire que c'est un subversif ennemi d'Allah qui a dit ça
Abbou mal à l'aise
><((((°> |10-12-2012 13:34
C'est l'assassin qui gambade sur le lieu de crime.
Qui sème le vent récolte......
"Yousallitou allahou Alkouffar ala foujjar"
BEN ALI
Bouzid |10-12-2012 13:27
sauf que cette fois ci c'est toi et tes amis qui jouent le rôle de Ben Ali.
Va où le vent te mène, tu sais faire cireur de bottes.(1)
HatemC |10-12-2012 13:08
Parle t-il en son nom, le soit disant homme de loi,où celui du politique ? En son nom il est peu probable car il est ignorant des lois à mon humble avis, car en approuvant ces comités cela veut dire qu'ils ont été créer par DECRET et surtout qu'ils sont soumis à une hiérarchie ou tutelle. ce qui n'est pas le cas, c'est des comités anbarchiques sans tutelles qui agissent arbitrairement au mépris des lois du pays. Donc affirmer leur existance c'est être complice des agressions, et les légitimer. Par contre il parle en tant qu'homme politique et c'est là que le bat blesse, car cette homme drague ces comités pour son propre avantage, c'est de la politique politicienne infecte que soudoyer ces gens pour des calculs électorals.
Saha ennoum
Citoyen de Tunisie |10-12-2012 10:46
Et dire que tu as promis la potence au peuple exigeant le départ du gouvernement.
Mais depuis les vandalismes subit, ça a changé donc le peuple avait eu une meilleure lecture des évènements.
Mentir
James |10-12-2012 10:10
La politique cest 'l'art de mentir"
Désormais c devenu le ministère d'INJUSTICE
houayeda |10-12-2012 02:01
Même du temps de ben ali un pareil scandale ne s'était pas rendu public. Pour vous dire que ce gouvernement est pire que ceux qui les ont précédé tous et sans exception. Tous ces hommes politiques qu'on voit a présent sur scène corrompus qui ne pensent qu'a leurs part du gâteau et au diable la Tunisie. Quant a Mr Abbou, il demeure, a mon modeste avis, le seul digne de respect mais il est comme son président dénoué de tt pouvoir.
@DIPLOMATE95: Tu mets le doigts sur le grand mal
Engineer Juridique |09-12-2012 21:31
BCE a lui gobé la question de la REVOLUTION qui était un acte illégale et punissable d'après l'article 72 dont la suite logique et l'article 73 qui puni aussi les fameuses LPR!

J'ai moi-meme avisé de sommité de NIDAA TOUNES pour actionner la la plainte, mais un MORATORIUM POLITIQUE a fait foi!

Le GOUROU tient le monde entier par la main qui fait mal:

Abolir les LPR est un acte CONTRE-RÉVOLUTIONNAIRE....

Il ne reste que la rue...
Abbou Coupable
Royaliste |09-12-2012 20:21
Rappelez lui qu'il est aussi coupable puidqu'il est président d'un parti de la troika
123
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025