alexametrics
Dernières news

Manifestation devant l'assemblée : la troïka se divise, l'opposition se manifeste

Manifestation devant l'assemblée : la troïka se divise, l'opposition se manifeste

Près d’un millier de manifestants se sont réunis ce mercredi 30 novembre 2011 devant le siège de l’Assemblée nationale constituante au Bardo pour protester contre le projet d’organisation des pouvoirs, dit « petite constitution », défendu par le mouvement Ennahdha.

A l’appel de Jaouhar Ben Mbarek, à travers le réseau Doustourna, hier, plusieurs associations, représentants de la société civile et de partis politiques se sont ainsi mobilisés, dénonçant la « tentative de coup d’Etat institutionnel » qu’illustre ce projet fortement critiqué depuis sa publication, que ce soit par les partis se réclamant de l’opposition, ceux de la coalition (CPR et Ettakatol), mais aussi plusieurs corps de métiers.

Jaouhar Ben Mbarek, présent sur place dès 9h du matin, a expliqué les raisons de cette mobilisation. Il affirme que la société civile doit être vigilante contre ce type de proposition, qui met en danger le processus démocratique entamé depuis la révolution. Selon lui, cette « petite constitution » telle qu’elle a été présentée, donne les pouvoirs les plus étendus possibles au chef du gouvernement, ce qui nous ferait passer de la dictature du président à celle du Premier ministre, sans changement profond.
Il ajoute que si le mouvement Ennahdha reste fidèle à son programme électoral, dans lequel figurait déjà ce qui est considéré comme une « dictature parlementaire », ce sont les autres partis de la coalition qui sont à pointer du doigt. En effet, comment Ettakatol et le CPR pourraient accepter le principe d’un tel régime si ce n’est pas celui qui figurait dans leurs programmes respectifs ?

Plus tard dans la matinée, les manifestants continuaient à affluer devant le siège de l’Assemblée. Le nombre augmentant, la circulation est bloquée. Iyed Dahmani, élu PDP et des élus du Pôle Démocratique Moderniste (PDM), dont Ahmed Brahim, Selma Baccar et Samir Bettaieb se positionnent au premier rang. Samir Bettaieb affirme qu’à présent, le CPR et Ettakatol s’opposent au projet, tout en émettant quelques réserves sur les élus CPR, qui ne se sont pas harmonisés lors des prises de décision, certains s’étant positionnés aux côtés d’Ennahdha, tandis que d’autres se sont ralliés à l’opposition. Il s’interroge, en outre, sur le discours vague d’Ettakatol et se demande s’ils n’ont pas signé ce projet avec Ennahdha et le CPR, sans « l’avoir lu correctement » !

Petite ombre au tableau, un homme a interpellé les manifestants sur le sens de cette manifestation. Tout en affirmant ne pas être un sympathisant du parti islamiste, il hausse le ton et, colérique, affirme que « les personnes présentes sont des RCDistes qui ne représentent pas le peuple et qui ne respectent pas le choix du peuple qui a voté pour Ennahdha ». Plusieurs personnes ont tenté de lui expliquer le but de la manifestation sans succès. Il finit par s’éloigner.

Sous la clameur des slogans tels que « le peuple veut une Constitution démocratique », entrecoupés du chant de l’hymne national, des voix s’élèvent et un regroupement se forme, légèrement décentré de la masse des manifestants. Khemaïs Ksila est pris à parti. Plusieurs citoyens l’interpellent et lui demandent des comptes sur la position pour le moins obscure d’Ettakatol. Après avoir critiqué le principe de l’opposition, Khemaïs Ksila se présente aujourd’hui comme un opposant, condamnant le projet controversé d’Ennahdha. Au sujet de la connaissance ou non de ce projet par le parti de Mustapha Ben Jaâfar, depuis les tractations qui ont fait suite aux élections, M. Ksila reste vague et répond que les trois partis se sont mis d’accord sur le principe des trois gouvernances mais que ni le CPR, ni Ettakatol n’ont signé un tel projet, démentant les propos des élus du mouvement Ennahdha qui affirmaient encore aujourd’hui que ce projet a été accepté par les trois parties concernées. M. Ksila a annoncé, par ailleurs, que toutes les concertations avec les représentants d’Ennahdha sont gelées jusqu’à ce que ces derniers reviennent sur leurs positions, et ce en accord avec le CPR, selon lui.
Les représentants du CPR ont, quant à eux, brillé par leur absence et une « contre-manifestation » en faveur du parti islamiste est prévue pour les jours qui viennent (lire notre article à ce sujet).

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

Samy
| 01-12-2011 21:54
La democratie se définit par un principe. Les décisions sont prises par des majorités de voix, et respect du résultat. Ce principe est jusqu'à présent est bien respecte par les élus. Seuls les anti démocrates qualifient le résultat d'un vote par une dictature.
C'est la première fois qu'on voit des sit-ins devant l'assemblée des représentants du peuple des le premiers jour.
Ça sent de la vinaigre, rabbi yostor

sami
| 01-12-2011 13:31
Le réveil d'ettakatol et du CPR est tardif . Ils auraient dû agir avant les élections et laisser de côté l'engouement pour des postes gouvernementaux ...

balboul
| 01-12-2011 12:05
Vos methodes de detourner les sujets sont quand meme risibles et digent d'une autre epoque.

ennahdha a proposé et a essayé de faire passer en force un projet innique d'organisation des pouvoirs et vous n'avez rien a dire la dessus?

Ils ont courtcircuités leurs partenaire et essayé de passer en force et ca ne vous fait rien? Ca ne vous fait rien qu'ils essaient de passer des lois dignes des pires regime RCDiste?

Les nabarras et les perdants comme vous dites ne veulent qu'une chose, que ennahdha respecte ses promesses electorales d'instituer une nouvelle democratie. qu'ils proposent un projet dans ce sens pourqu'on passe effectivement a autre chose. Comme vous dites l'urgence des urgences c'est les problemes des tunisiens qui sont tous d'accord pour etablir une vraie democratie

Arretez d'en vouloir aux gens qui font pression pour qu'on aboutisse a un tel regime. Demandez vous plutot ce que signifie cette tentative d'ennahdha, demandez vous si elle s'inscrit dans une demarche democratique sur le fond et la forme.


airoud123
| 01-12-2011 11:18
Parmi les points soulevés aussi , est ce que pour l'adoption d'un article de la nouvelle constitution il faut 50%+1 ou 2/3 des voix ?
Qu'est ce qu'ont a maintenant : ENNAHDHA : 41 % et l'autre bloque 59%
Le bloque des opposants pense qu'en adoptant le système de 2/3 des votes va bloquer les projets de lois qu'ENNAHDHA veut passer , mais elle est inconsciente qu'en adoptant ce système peut se faire bloquer aussi , comment ?
Supposant que les PDM ou PDP '..présente le projet de lois sur l'égalité de l'héritage ou bien la laïcité de l'état ''., avec le système des 2/3 l'opposition ne pourras jamais passer ce projet , mais avec 50%+1 elle a plus de chance .
CONCLUSION : comme je l'ai dit précédemment chaque système politique a des avantages et des inconvénients

NB : ce que je vient de le faire est un raisonnement arithmétique , donc pour un juriste peut donner un autre raisonnement .

airoud123
| 01-12-2011 11:16
Le but de cette MAN est de contrecarrer le projet d'ENNAHDHA qui peut engendrer une nouvelle dictature mais cette fois parlementaire ( et c'est légitime comme analyse ) , donc normalement les manifestants sont pour une répartition des pouvoirs entre le président de la république et le chef du gouvernement ; supposant maintenant que l'ANC va adopter ce genre de système politique ; dans +ou ' d'un an il y aura les élections législatives et présidentielle : supposant maintenant ( je dit bien supposant ) que ENNAHDHA seras majoritaire au parlement et au même temps son candidat pour la présidentielle gagne , dans ce cas ENNAHDHA auras IDEM tt les pouvoirs , alors mes amis HARABNA ME TAHET KOTRA JINA TAHT EL MIZAB .
CONCLUSION : chaque système politique a des avantages et des inconvénients , il ne faut pas raisonner a court terme .

Ridmir
| 01-12-2011 10:48
Je vous rappelle ces belle paroles de notre BOB Marley mon idole de ma jeunesse ravissante.

Get up, stand up, stand up for your rights!
Get up, stand up, don't give up the fight!
Preacher man, don't tell me
Heaven is under the earth
I know you don't know
What life is really worth.....
......

R.F :alias Ridmir. Originaire de la ville de Monastir
(Fidèle à mon leader le Combattant Suprême Feu HABIB BOURGUIBA)

observator
| 01-12-2011 10:30
Ou 'est ce qu'on voit que la majorité est divisée ?
Les discutions entre ces 3 partis majoritaires continuent. C'est normal qu'ils ne sont pas d'accord sur tout, chacun essaye de faire valoir ses idées dans le respect du poids de chacun et l'interet du pays..
Mais au final, il y aura un accord pour l'interet du pays. Seulement en cas d'echec , on pourra parler de division.

Il fallait écouter Ben Jaafar hier soir sur tvn 1.

les privilegiés de la dictature abattue le 14/01 et le 23/10, ayant beaucoup de moyens(argent, media tv...) cumulés sur le dos de ce peuple, mettent toutes leures dernieres forces dans une bataille en utilisant comme d'habitude tous ces pseudo gauchistes (toujours dans tous les mauvais coups, voir leur compromession avec le regime ben ali) et arrivistes pour empecher ce pays d'avancer.
Ils esperent remettre la main sur celui ci et continuer à le piller.
La vraie opposition est connue et respecte les regles democratiques

benhibas
| 01-12-2011 09:44
le 30/11 il y avait 1000 personnes devant l'e siége de l'assemblée, le 3/12 il y en aura 10 000 ....que faire pour trancher....?

raisonnable
| 01-12-2011 09:37
les trabelsis et les Ben ali ne souhaitent qu'une chose que la democratie ne fonctionne pas et que le pays sombre dans l'anarchie.JE constate que objectivement une parie de la gauche et ses alliés se chargent de realiser ce voeu et ce projet en contestant les verdicts des urnes alors qu'ils ont participé aux elections.
Ces manifestants sont tres minoritaires ce qui prouve que le peuple est mur et a choisi de ne pas suivre ces mauvais perdants.

Salih
| 01-12-2011 08:54
@tous les nabarras RCDistes et autoproclamés modernistes perdant omniprésents dans les médias et qui n'acceptent pas les résultats démocratiques des urnes :
Les 3 points contreversés de la loi (motion de censure, prérogatives du président de la république, mode d'adoption de la constitution) ont été rediscutés et on s'attend aujourd'hui à une version consensuelle pour enfin adopter les textes, élire le président de la république et mettre en place un gouvernement, l'urgence des urgences aujourd'hui pour qu'ils se mettent au travail le plus rapidement possible et résoudre les vrais problèmes car le pays est actuellement sans gouvernement. C'est urgence plus importante que le fait qu'une femme veut cacher son visage qui devient une affaire nationale au dépens de la situation socio-économique du pays et des régions défavorisées où le chômage atteint des records.
NB : Ennahdha a obtenu 41% des sièges, elle a choisi le poste de premier ministre et milite pour un régime parlementaire comment voulez-vous rationnellement qu'elle propose plus de prérogatives au président de la république que celui de président. De toute façon, tôt ou tard tout le monde ira vers un régime mixte

A lire aussi

Le secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Sami Tahri a

20/11/2018 20:05
2

Plusieurs internautes ont relevé, ce mardi 20 novembre 2018, des difficultés à accéder à leurs

20/11/2018 17:42
1

L’Union régionale de l’industrie, du commerce et de l’artisanat de Sfax relevant de l’Utica a

20/11/2018 16:46
3

Le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi a présenté, ce mardi 20 novembre 2018, ses excuses auprès

20/11/2018 15:50
17

Newsletter