alexametrics
Chroniques

Les errements de Monsieur Bhiri

Les errements de Monsieur Bhiri

Par Houcine Ben Achour

 

L’humoriste Pierre Dac a eu cette formule sibylline à l’égard des péroreurs en tout genre : parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. Chez nous, nous sommes plus polis et nous conseillons, à la place, de faire tourner sa langue dans sa bouche 7 fois avant de parler.

Noureddine Bhiri, président du Bloc parlementaire d’Ennahdha à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et anciennement ministre de la Justice sous la Troïka, ne semble pas s’être soumis à cette noble vertu du silence qu’on on doute ou qu’on ignore. Il s'est fendu, en effet, d’une déclaration à travers laquelle il s’interroge de façon alarmante jusqu’à interpeller le Gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT) sur les raisons de la détérioration continue du taux de change parallèlement à celle du stock de devises du pays alors que « les recettes du tourisme et des exportations agricoles et agroalimentaires ont nettement augmenté ». M. Bhiri considérerait-il ces deux performances comme la panacée aux problèmes des finances extérieurs du pays ? Stupéfiant !

 

Le chef du bloc parlementaire d’Ennahdha ne semble pas savoir que les prouesses réalisées par le secteur agricole et agro-industriel n’ont pas suffit à alléger le déficit de la balance commerciale dont le montant dépasse 8,2 milliards de dinars au cours du 1er semestre 2018 contre 7,5 milliards en 2017. Certes, l’effet de change a contribué au creusement de ce déficit, mais il n’explique pas tout dès lors que nos importations en volume et non en valeurs ont continué de croître d’une année à l’autre, même si le rythme de cette hausse a été inférieur à celui des exportations en volume. En tout cas, ce déficit commercial ne pourra être comblé ni par le surcroît des recettes, ni par le transfert des Tunisiens résidents à l’étranger, ni par le solde net des opérations en capital. A la fin du mois de mai, le déficit des paiements courants avec l’extérieur atteignait déjà près de 4.900 MD. Un niveau qui est inférieur au 5.200 MD enregistré au cours de la même période en 2017. C’est déjà cela de gagné. Mais cela demeure encore insuffisant car il faudra bien financer ce déficit.

 

D’ailleurs, M. Bhiri ne peut pas ne pas savoir que pour réaliser les objectifs macroéconomiques fixés pour 2018 – une croissance économique de 3%, une réduction du déficit budgétaire à 5,2% du PIB et des paiements extérieurs à 9,2%, une stabilisation du service de la dette à 16% et une stabilisation de l’inflation autour de 7%, - nécessiteraient des besoins de financement extérieur de plus de 5,8 milliards de dollars, hors dette de court terme. Qu’au total et si tous les objectifs sont atteints, il faudra piocher quelques 644 millions de dollars sur le stock de devises du pays, compte tenu d’un plafond de mobilisation de ressources extérieures de l’ordre 4,5 milliards de dollars et un recours, le cas échéant, aux avoirs extérieurs nets des banques commerciales pour une valeur de 1,3 milliard de dollars. Les 644 millions de dollars équivalent à environ 1.340 MD. A la fin juin 2018, les réserves en devises ont diminué d’environ 800 MD par rapport au début de l’année à quelques 12,4 milliards de dinars. Une levée d’emprunt de 1,5 milliard de dollars sur le marché international permettrait de reconstituer les réserves à 6 milliards de dollars et environ 3,4 mois d’importations contre deux mois et demi actuellement. C’est dans ces conditions d’ailleurs que l’on pourrait envisager une stabilisation du taux de change.

Tout cela, M. Bhiri ne le savait-il pas ? Si tel est le cas, il devrait se taire quand il parle... 

  

Nouvelle couche…

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

Microbio.
| 10-08-2018 23:50
Vous avez dit: est-il possible qu'une partie des devises provenant du tourisme et d'ailleurs d'autres exportations reste à l'étranger?

Vous éxigez beaucoup trop de notre journalisme d'investigation en Tunisie!

Malheureusement, nous n'en avons presque pas. A part , le football, la religion, la politique et les rumeurs, ils ne comprennent pas beaucoup de la finance et de l'économie ..!

kameleon78
| 10-08-2018 22:26
Monsieur Bhiri me rappelle les chefs d'entreprise qui confondent chiffre d'affaire avec bénéfice.

Monsieur X ouvre un petit commerce, bien sûr au départ il achète le matériel chez les fournisseurs, puis il vend sa marchandise, avec le CA réalisé il dira j'ai gagné tant ce mois-ci, mon entreprise marche bien. Mais Monsieur X, n'a pas encore payé ses fournisseurs, ses charges fixes, ses salariés, la TVA (différence entre TVA déductible et à récupérer) à l'état et la provision sur l'impôt sur le bénéfice et il dit j'ai rempli mon compte en banque, mon entreprise marche bien, tout va bien, je suis heureux.

Voilà ce qu'a voulu nous expliquer de façon claire Monsieur Houcine Ben Achour mais que j'ai schématisé. Quant au Chef d'Entreprise X, c'est Monsieur Bhiri qui confond Chiffre d'affaires avec bénéfice et à la fin de l'année il fait faillite.

MF
| 10-08-2018 15:31
Merci Mr Ben Achour pour cet exposé très technique. Toutefois, vous ne répondez pas à la question que semble soulever Mr Bhiri, peut-être de façon maladroite: est-il possible qu'une partie des devises provenant du tourisme et d'ailleurs d'autres exportations reste à l'étranger? Je pense que Mr Bhiri faisait allusion à cela. Peut-être que ce n'est pas le cas, mais la question est légitime sachant que certains exportateurs ont recours à cette pratique, à savoir de se faire payer une partie en Tunisie et une partie à l'étranger. Il est normal que ces questions soient soulevées et débattues au Parlement Mr Ben Achour. Le fait que cette hypothèse soit fausse -ce qui reste à démontrer- n'enlève rien à sa légitimité. Donc au lieu de mépriser ceux qui la posent, répondons et démontrons clairement que c'est faux.

DHEJ
| 10-08-2018 11:33
Eh oui je confirme que ce BHIRI ne pige rien aux chiffres car pour lui 6x9=69!


D'ailleurs ne sont pas nombreux qui vont apprécier et exercice de gymnastique d'esprit!

Alors je me demande si les BHIRIs enfants sont à l'étranger...

kol
| 10-08-2018 11:32
Comme toujours, un regal a lire, tant pour le fond que la forme!

Je ne me lasse jamais de lire de vos articles mr Ben Achour

A lire aussi

Une tempête, des records de pluies, des inondations spectaculaires, le Cap Bon a vécu une véritable

24/09/2018 15:59
6

Le parti Harak de l’ancien président provisoire Moncef Marzouki a connu cette semaine un véritable

23/09/2018 15:59
5

Faut-il encore douter des ambitions politiques de Youssef Chahed ? Petit à petit, le chef du

20/09/2018 16:23
6

On pourra toujours critiquer Hafedh Caïd Essebsi, son attitude, ses décisions ou le fait qu’il ne

19/09/2018 16:59
14

Newsletter