alexametrics
Dernières news

Leila Chettaoui : Vers la création d’un nouveau parti politique

Leila Chettaoui : Vers la création d’un nouveau parti politique

La députée de la coalition nationale, Leila Chettaoui, a affirmé ce mercredi 14 novembre 2018, à Business News que les membres du bloc  « coalition nationale » comptent annoncer la création d’un nouveau parti politique, d’ici la fin de l’année ou, au plus tard, au début de l’année prochaine.

 

Mme Chattaoui, a indiqué, par ailleurs que le chef du gouvernement, Youssef Chahed, dispose des qualités et compétences requises pour diriger le parti.

«C’est grâce à Chahed que nous vivons toute cette dynamique politique », a-t-elle poursuivi.

Selon la députée, le nouveau parti est une décision mûrement et longuement réfléchie, depuis au moins une année. Un parti qui, prendra part aux prochaines élections présidentielles et législatives de 2019.

F.J

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (23)

Commenter

kameleon78
| 15-11-2018 12:49
Justement ce n'est pas un parti comme les autres, le but de cette formation c'est de mettre sur orbite Youssef Chaed pour les élections générales de 2019. Rappelez-vous mon principe fondamental en politique : Un parti ne vaut que par ses électeurs. Ce parti espère fédérer tous les électeurs qui se reconnaissent en Youssef Chahed et son projet pour la Tunisie.

Une réserve toutefois, si ce parti se prépare à une alliance avec les islamistes, il serait vite condamné par les électeurs qui sont en très forte majorité moderniste ne pardonnera pas au Chef de Gouvernement. (Souviens-toi Youssef Chahed, tu as dû retenir la leçon d'Ettakatol et la mort politique de son leader Moustapha Ben Jaâfar.)

kameleon78
| 15-11-2018 12:28
Tu es le champion du verbiage, c'est à dire écrire un texte d'une vacuité (vide) sidérante. Tu as le don d'écrie de longues phrases, de longues démonstrations d'une nullité primaire, sans aucun plan ni direction. Inspire-toi de mes commentaires, avec une structure, un plan,une démonstration et une conclusion. C'est vraiment pénible de te lire mais je le fais par acquis de conscience.

USER
| 15-11-2018 12:22
Dörfer- IT - les americains ont installe' in dictature islamist RG pr les 45 ans . Pour sauver la Tunisie: il faut boycotter tous les partis Poliques ils sont tous vides , des Traitres, Non Mme Chittaoui vs-etes decort. pr sauver la peau de Rached Ghannouchi

Abir
| 15-11-2018 11:30
Pour la stabilité de leurs postes la coalition pro Ennahda avale le poison de cette dernière en la prenant pour une sainte,et celle la profite du temps et de la naïveté de ce troupeau!

Abel Chater
| 15-11-2018 10:26
Laissez Youssef Chahed, s'occuper de son poste de premier ministre. Cessez de jouer aux globules blancs autour de lui, jusqu'à le catapulter dans la poubelle de l'histoire, comme tant d'autres avant lui.
Je me rappelle de la déclaration du 7 novembre, après le putsch du dictateur déchu Ben Ali contre son Maître le défunt dictateur déchu Bourguiba. Une déclaration qui fit oublier même les crimes de Ben Ali lors du jeudi noir de 1978 et de ceux qui s'ensuivirent lors de la révolte du pain et autres. Ben Ali refusa d'être partial et tout le monde avait cru à la liberté et au changement chez chez lui, jusqu'à ce que des "virus politiques" avaient réussi à le convaincre de créer son parti politique le RCD, à l'image de ce que fit son prédécesseur Bourguiba et de ce que font maintenant, cette Laila Chettaoui & Co., pour y profiter du peu de succès dont jouit actuellement Youssef Chahed. Le résultat fatal de la dérive de Ben Ali, nous le connaissons tous.
Un parti politique pour Youssef Chahed, est une fatalité pour l'avenir de ce même Youssef Chahed, qui verra son actuelle popularité se vider de tout son sang, au profit de sangsues qui l'entourent et qui ne chercheraient que leur profit personnel, à l'image de tout ce qui s'est passé autour de Ahmed-Najib Chabbi, jusqu'à Béji Caïd Essebsi et son parti de Nidaa Tounes, qui se trouvent actuellement emprisonnés par leur propre entourage politique.
Ces sauterelles comme Layla Chettaoui, Ons Hattab et tant d'autres concavités politiques, qui sautent d'un arbre à un autre pour se nourrir de ses feuilles, jusqu'à le laisser à nu, puis changent de direction d'un jour à l'autre, suivant leur propre profit personnel, ne font en vérité que nous détruire le tissu nécessaire pour la construction d'une vraie démocratie pour nos futures générations. Le peuple tunisien veut des résultats, et ces résultats mèneront le peuple tunisien à en décider de qui il voudra. Avec le baratin et la chasse aux occasions temporaires, on ne pourra faire réussir un parti politique. L'exemple vivant de Nidaa Tounes, fait et en fera toujours foi. Laissez Youssef Chahed réussir son travail contre tout cet énorme sabotage de part et d'autre. Par la suite, le peuple tunisien le suivra n'importe où il ira, comme c'est le cas avec le parti d'Ennahdha et de ses Ghannouchi & Co.
Je me rappelle d'une coopératrice de Mohsen Marzouk, d'une beauté à la «Khaltik Daddou», qui se présenta à ses côtés au début de la création de son parti «Machrouu Tounes». Elle dit avec un enthousiasme d'amoureuse d'une proie, non pas d'un homme: »vous allez voir, toutes les femmes de la Tunisie vont voter pour Mohsen Marzouk». Cette débilité a viré ce même Mohsen Marzouk jusqu'à jouer au Don Juan, par sa photo comique, où il pose en seul homme parmi les femmes. Par la suite, il n'y a eu ni femmes ni hommes à sa rescousse. Il s'est réveillé avec 1,44 % des suffrages aux dernières élections municipales, au point qu'il cherche à présent une survie politique quelconque, en essayant même de s'accrocher au pantalon du parti d'Ennahdha, qu'il n'a fait tout le temps que dénigrer et qu'intriguer contre lui.
La politique ne se pratique pas à vue de bout du nez. La politique appartient aux sciences mathématiques, qui se calculent et se pratiquent à long terme.
Vive la Tunisie démocratique arabe et musulmane de régime parlementaire.

sador
| 15-11-2018 01:54
Un parti de plus; son sort ne sera pas plus heureux que les autres.Les tunisiens n'ont pas confiance en les partis.Disons que les morpions de l'ambition ne se démordent pas mais l'inanité de leurs efforts va les décevoir .Attendons voir.

Le Baron
| 14-11-2018 22:32
Pourquoi ces personnes n'ont pas de principes y a-t-il du nouveau dans l'affaire des tunisiens en Syrie je pense que non!!

Le vaillant
| 14-11-2018 21:54
Quoi qu'on dit et quoi qu'on rebute, un n-éme parti vaut mieux que le désordre et le négationnisme des groupuscules extrémistes.

Abir
| 14-11-2018 20:59
Ils ne vont plus se lâcher les baskets , surtout qu'Ennahda se colle pour se protéger, laissez tomber ces cartes brûlées ,vous avez un as,Abir Moussi et deux autres hommes patriotes comme Said Aidi et Monsieur Briki peuvent s'associer pour faire un gouvernement en cas de besoin

DHEJ
| 14-11-2018 20:41
Rt le parti ne s'appellera pas


Ettakatol

CPR

NIDAA

A lire aussi

Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques r, Samir Taïeb, a démenti,

17/12/2018 12:03
0

Le président de la commission de la santé et des affaires sociales à l'ARP, Souhail Alouini a

17/12/2018 11:37
0

Le ministre du tourisme et de l’artisanat, René Trabessi, a appelé, hier, 16 décembre 2018, les

17/12/2018 11:13
0

Le dernier attentat terroriste et la Loi de finances 2019 ont été parmi les sujets abordés par le

17/12/2018 10:54
2

Newsletter