Lazhar Akermi attaque Borhène Bsaies

Businessnews.com.tn | publié le 23/11/2017 08:51

L’ancien dirigeant à Nidaa Tounes, Lazhar Akermi, est revenu, dans la soirée d’hier, mercredi 22 novembre 2017, sur son altercation avec Borhène Bsaies, affirmant qu’il ne l’insultera pas et ne le traitera pas de psychopathe.

« Borhène Bsaies a affirmé que je suis un psychopathe. J’espère que dans un mois ou deux, il n’appellera pas à sa libération sous prétexte qu’il souffre, lui-même, de troubles psychologiques, comme ce fût le cas, précédemment, avec Chafik Jarraya », souligne-t-il.

M. Akermi a assuré qu’il y a bien des soupçons de malversations concernant l’école privée gérée par l’épouse de Borhène Bsaies et une deuxième dame ayant entretenu des relations avec Chafik Jarraya. Il a, par ailleurs, montré devant les caméras de l’émission Klem Enness, des documents prouvant ses dires.

Toutefois, il a affirmé que le gouvernement Chahed est visé par plusieurs parties, dont les intérêts sont menacés par la guerre contre la corruption. « La menace contre Youssef Chahed est bien réelle, et l’enjeu est de plusieurs millions de dinars ».

Rappelons que Lazhar Akremi a déposé une plainte contre le chargé des affaires politiques de Nidaa, Borhène Bsaies et l'homme d'affaires Chafik Jarraya, depuis le vendredi 17 novembre 2017, pour suspicion de corruption.

S.H

 

 

Lazhar Akermi attaque Borhène Bsaies

publié le 23/11/2017 08:51

L’ancien dirigeant à Nidaa Tounes, Lazhar Akermi, est revenu, dans la soirée d’hier, mercredi 22 novembre 2017, sur son altercation avec Borhène Bsaies, affirmant qu’il ne l’insultera pas et ne le traitera pas de psychopathe.

« Borhène Bsaies a affirmé que je suis un psychopathe. J’espère que dans un mois ou deux, il n’appellera pas à sa libération sous prétexte qu’il souffre, lui-même, de troubles psychologiques, comme ce fût le cas, précédemment, avec Chafik Jarraya », souligne-t-il.

M. Akermi a assuré qu’il y a bien des soupçons de malversations concernant l’école privée gérée par l’épouse de Borhène Bsaies et une deuxième dame ayant entretenu des relations avec Chafik Jarraya. Il a, par ailleurs, montré devant les caméras de l’émission Klem Enness, des documents prouvant ses dires.

Toutefois, il a affirmé que le gouvernement Chahed est visé par plusieurs parties, dont les intérêts sont menacés par la guerre contre la corruption. « La menace contre Youssef Chahed est bien réelle, et l’enjeu est de plusieurs millions de dinars ».

Rappelons que Lazhar Akremi a déposé une plainte contre le chargé des affaires politiques de Nidaa, Borhène Bsaies et l'homme d'affaires Chafik Jarraya, depuis le vendredi 17 novembre 2017, pour suspicion de corruption.

S.H

 

 

Commentaires (2) Commenter
indigné perpetuel
baalhammon
| 23-11-2017 19:26
chakib dérouiche ne te frotte plus à la langue française.tu te rends plus ridicule.
Ménopause au lieu de monopause, Dé gaulle au lieu de De gaulle. Souffler n'est pas siffler , c'est gifler.tout ça en m'espace de moins d'une minute.
donnez nous une conférence en langue française, vous nous amuserez mieux.
Notions comparatives !
A.LARGECHE
| 23-11-2017 17:11
Nommé, par deux fois, ministre de la république, Akremi se distinguera plus sur la scène médiatique que dans le domaine politique auquel son apport est quasi nul.
Ministre ou délateur, au sens des régimes fascistes ou nazis, on se demande à quel jeu il se livre.
Et dire que la révolution a hissé ce genre de personnage sur la scène politique.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration