La veuve de Lotfi Nagdh : Quand tous les recours en Tunisie seront épuisés, l’affaire sera internationalisée !

Businessnews.com.tn | publié le 15/11/2016 16:02
 

La veuve de Lotfi Nagdh, dirigeant de Nidaa Tounes à Tataouine, est intervenue ce mardi 15 novembre 2016, sur Jawhara Fm, suite à la décision de justice prononcée hier contre les suspects dans l’affaire de l’assassinat de son mari.

 

Elle a estimé que le non-lieu dont ont bénéficié les quatre suspects est une décision partiale et choquante, que la justice est vendue ajoutant que l’affaire ne s’arrêtera pas là et que quand tous les recours en Tunisie seront épuisés, l’affaire sera internationalisée.

 

Mme Nagdh a affirmé que cette décision n’est, toutefois, pas une surprise, et qu’un proche des suspects l’a contactée quatre jours avant le verdict pour lui annoncer la victoire de la partie adverse.

 

« C’est la justice tunisienne qui a eu un arrêt cardiaque hier et pas mon mari ! » a ajouté la veuve du dirigeant lynché à mort le 18 octobre 2012 devant son bureau, suite à une manifestation hostile contre Nidaa Tounes, à laquelle ont participé des membres d’Ennahdha et du CPR, alors au pouvoir.

 

« Le premier rapport d’autopsie était ambigu et pouvait nous servir autant qu’à la partie adverse, ce qui a amené le juge d’instruction à ordonner un second rapport qui a établi que les fractures aux côtes constatées sur la dépouille de mon mari lui ont été infligées ante-mortem. Ce rapport a été ignoré par le juge et nous n’allons pas nous taire » a-t-elle souligné.

 

« Que Rached Ghannouchi et Béji Caïd Essebsi s’allient pour gouverner le pays dans la paix et pour le bien de la Tunisie, ça nous n’avons rien contre, mais que cette alliance soit basée sur le sang de mon mari, il en est hors de question » a déclaré Mme Nagdh.

 

« Pour ce qui est des raisons qui ont amené l’affaire devant le tribunal de Sousse, je tiens à expliquer que le juge d’instruction de Tataouine a subi d’énormes pressions nous avons alors demandé à ce que le dossier soit transféré dans un autre gouvernorat, ce qui nous a été refusé. Les personnalités de la Ligue de protection des crimes dont Recoba et Deghij ont fait le déplacement à Tataouine et ont élu domicile devant le tribunal pour faire pression sur le cours de l’affaire. Le juge d’instruction a été courageux et cela ne l’a pas arrêté, c’est alors la partie adverse qui a demandé à ce que le dossier soit transféré et la justice de Bhiri a alors accepté et transféré l’affaire à Sousse ! » a-t-elle expliqué.

 

M.B.Z

La veuve de Lotfi Nagdh : Quand tous les recours en Tunisie seront épuisés, l’affaire sera internationalisée !

publié le 15/11/2016 16:02
 

La veuve de Lotfi Nagdh, dirigeant de Nidaa Tounes à Tataouine, est intervenue ce mardi 15 novembre 2016, sur Jawhara Fm, suite à la décision de justice prononcée hier contre les suspects dans l’affaire de l’assassinat de son mari.

 

Elle a estimé que le non-lieu dont ont bénéficié les quatre suspects est une décision partiale et choquante, que la justice est vendue ajoutant que l’affaire ne s’arrêtera pas là et que quand tous les recours en Tunisie seront épuisés, l’affaire sera internationalisée.

 

Mme Nagdh a affirmé que cette décision n’est, toutefois, pas une surprise, et qu’un proche des suspects l’a contactée quatre jours avant le verdict pour lui annoncer la victoire de la partie adverse.

 

« C’est la justice tunisienne qui a eu un arrêt cardiaque hier et pas mon mari ! » a ajouté la veuve du dirigeant lynché à mort le 18 octobre 2012 devant son bureau, suite à une manifestation hostile contre Nidaa Tounes, à laquelle ont participé des membres d’Ennahdha et du CPR, alors au pouvoir.

 

« Le premier rapport d’autopsie était ambigu et pouvait nous servir autant qu’à la partie adverse, ce qui a amené le juge d’instruction à ordonner un second rapport qui a établi que les fractures aux côtes constatées sur la dépouille de mon mari lui ont été infligées ante-mortem. Ce rapport a été ignoré par le juge et nous n’allons pas nous taire » a-t-elle souligné.

 

« Que Rached Ghannouchi et Béji Caïd Essebsi s’allient pour gouverner le pays dans la paix et pour le bien de la Tunisie, ça nous n’avons rien contre, mais que cette alliance soit basée sur le sang de mon mari, il en est hors de question » a déclaré Mme Nagdh.

 

« Pour ce qui est des raisons qui ont amené l’affaire devant le tribunal de Sousse, je tiens à expliquer que le juge d’instruction de Tataouine a subi d’énormes pressions nous avons alors demandé à ce que le dossier soit transféré dans un autre gouvernorat, ce qui nous a été refusé. Les personnalités de la Ligue de protection des crimes dont Recoba et Deghij ont fait le déplacement à Tataouine et ont élu domicile devant le tribunal pour faire pression sur le cours de l’affaire. Le juge d’instruction a été courageux et cela ne l’a pas arrêté, c’est alors la partie adverse qui a demandé à ce que le dossier soit transféré et la justice de Bhiri a alors accepté et transféré l’affaire à Sousse ! » a-t-elle expliqué.

 

M.B.Z

Commentaires (16) Commenter
AUCUNE SYMPATHIE POUR LES ASSASSINS ISLAMISTES
Fanny Daassi
| 17-11-2016 22:29
On ne peut combattre le mal et flirter avec le mal !!! Les islamistes comme leurs dieux pétrole d'Arabie, comme leurs mercenaires et leurs complices, certains dirigeants occidentaux, sont des assassins et aussi un danger pour l'humanité ! Alors, avoir la moindre sympathie à l'égard de ces malades à majorité frustrés sexuels, ou répondre à leur idéologie obscurantiste, fait partie de la schizophrénie, sinon du syndrome de Stokholm si ce n'est carrément, d'une déficience mentale qui nous colle à la peau depuis 14 siècle' ! ON NE PEUT VRAIMENT COMBATTRE LE MAL ET EMBRASSER LE MAL !
Courage
HatemC
| 16-11-2016 14:39
Par contre mme ... ne collaborez pas avec le commanditaire de l'assassinant de votre mari ... Ghannouchi ... et BCE s'est lavé les mains depuis son élection ... des dérangés de la cafetière l'ont élu croyant en lui et @ son pouvoir d"écarter les assassins islamistes ...
BCE s'est lavé les mains depuis son élection du sort des familles Belaid et Brahmi ... HC
On remarque l'absence de commentaire...
Hanni2
| 16-11-2016 12:56
...de la part de ceux qui, sur les autres articles, n'ont pas assez de mots dithyrambiques pour qualifier cette décision de justice...

Hannibal
Oui madame Mais
khneji
| 16-11-2016 12:27
Je comprends ton chagrin Madame MAIS ne te laisse pas prise par les rouages de la politique et essaye d'avoir confiance à la justice et oublie les mensonges des partis politiques.
LES MARTYRS DANS LE SUD
3ABROUD
| 16-11-2016 08:25
Le Sud Tunisien a été toujours un réservoir pour sacrifier des martyrs, pour le pays. Lotfi Nagadh a été le dernier militant qui a servi de marche d'escalier, pour permettra à Nid da Tunisie d'accéder au pouvoir.
Courage Madame le chemin est encore loin.
Bab ezzira
| 15-11-2016 21:00
Courage Madame le chemin est encore loin plein d'embuches, de difficultés, on est derrière vous, et derrière Mme Belaid et Mme Brahmi.
La vérité finira par triompher tôt ou tard, et les vrais assassins connaîtront leurs sinistres sorts. C'EST LE PEU QU'ON PEUT FAIRE POUR NOS MARTYRS (ALLAH YERHAMHOM)
La honte
Sadika
| 15-11-2016 19:35
La honte à ce pays sans justice. Madame nous sommes tous à côté de toi pour ce combat qui nous concerne tous
@Madame Nagdh!!!!!!!!!!!!!!!!
Mounir
| 15-11-2016 18:27
Tous mes respects Madame Nagdh!!! Un immense BRAVO pour votre courage!
Je suis très impressionné par votre fermeté!

Nous sommes avec vous en pensée. Soyez forte car Dieu est du côté des justes. Et tôt ou tard, la vérité finira par triompher! Tôt ou tard, la vérité les vaincra!

Ennahdha ta3ref tkaouer!!
Famous Corona
| 15-11-2016 18:16
Il est malheureux de constater qu'Ennahdha est plus efficace que jamais arrivant à ses fins avec une facilité déconcertante! Ce qui est encore plus inquiétant, c'est leur discrétion et maîtrise de soi car ils restent humbles tout en jouant le jeu et ménageant les Nideïstes divisés et affaiblis comme le chat qui joue avec une souris blessée ou étourdie pour faire durer le plaisir jusqu'au jour "J" avant de l'ingurgiter....Entre temps, ils ont main libre et le contrôle absolue sur l'issue de toutes les décisions sensibles en les pilotant l'évolution des procédures dans la direction qui répond à leur objectifs.
Tout ce que je souhaite c'est BCE soit conscient de cet état de fait car l'impression qui se dégage de tout ce cirque ne cesse d'inquiéter de part la tournure que cela prend jour après jour....
CE VERDICT EST UN CAMOUFLET POUR B.C.E ET UN PAYS DE DROIT
IBN KHALDOUN
| 15-11-2016 16:55
C est très grave ce qu'il vient de se passer, le verdict rendu est politique. RCHID GHANNOUCHI dans cette affaire comme tant d'autres, emploie toujours la même méthode(illégale) pour obtenir gain de cause surtout quand il s'agit de défendre un islamiste. J'invite tous les lecteurs de ce journal de revisiter le cite de BUSINESS NEWS TU du 30/05/2015 sous le titre( affrontement ayant conduit à l'assassinat de LOTFI NAGDH :RACHED GHANNOUCHI soutient les familles des responsables)photo à l'appui il sirotait son thé et en récitant la Fatiha en compagnie d'hommes et de femmes irresponsables. S'immiscer dans une affaire en cours d'instruction est un déni de justice, ce jugement doit être annuler pour vice de forme. Nul n'est au dessus des lois GHANNOUCHI doit s'expliquer de ses agissements illégaux.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration