alexametrics
Chroniques

La lutte contre la corruption s'arrête devant la porte des Daïmi

La lutte contre la corruption s'arrête devant la porte des Daïmi

 

Les gesticulations et les acrobaties auxquelles s’est adonné le député Imed Daïmi hier, 22 janvier 2019, devant Myriam Belkadhi auraient été amusantes si ce n’était la gravité de l’affaire qui l’a amené sur une chaîne de télévision qu’il avait pourtant dénigré.

Imed Daïmi est venu à la télévision plaider sa cause, à une heure de grande écoute et dans une émission réputée. Si seulement tout ceux qu’on accuse ou que l’on a accusé de corruption et de détournement pouvaient avoir cette fabuleuse tribune pour manipuler l’opinion publique ! Quoi qu’il en soit, Imed Daïmi s’est vu offrir cette opportunité, pour défendre ses frères et sa famille car il faut préciser que Imed n’est accusé de rien dans le rapport élaboré par la Ctaf (Commission tunisienne des analyses financières). Mettez-vous à sa place, Myriam Belkadhi vous donne une magnifique tribune et vous profitez de votre immunité parlementaire, ce serait bête de ne pas profiter de l’occasion pour défendre la fratrie et aligner les contre-vérités.

 

Evidemment, et comme cela était prévisible, Imed Daïmi s’estime victime d’un sombre complot ourdi par des forces occultes avec la complicité de Mabrouk Korchid et de Business News. En bon CPR qui se respecte, Imed Daïmi souffre de complotite aigüe. Un truc assez pratique pour pouvoir dire que c’est toujours la faute aux autres et qu’il est blanc comme neige. D’ailleurs, c’est un complot d’une exceptionnelle efficacité qui lui avait fait faire entrer un faux député à l’ARP lors de la toute première séance plénière d’après les élections. D’ailleurs, on ne sait toujours pas grand-chose sur cette affaire qui avait pourtant été transférée à la justice…

 

Bref, revenons à l’affaire du fameux rapport de la Ctaf qui adresse certains soupçons aux frères Daïmi dans la gestion de certaines associations en relation avec d’autres organismes agissant d’outre-mer. Imed Daïmi, qui n’est pas incriminé pour quoi que ce soit, faut-il le rappeler, dit tout simplement que le rapport n’existe pas. Donc, il aurait été fomenté de toutes pièces pour attaquer l’élu intègre et honnête à travers sa famille et ses frères. Mais comme dirait Galilée, « Et pourtant, elle tourne ! », car le rapport est tout à fait authentique puisque même la Ctaf a démenti catégoriquement « la publication par ses services d’un document ou informations au sujet d’une quelconque association active en Tunisie ». La publication M. Daïmi, pas l’existence. Cela fait quand même une nuance de taille. Chose qu’il confirme lui-même puisque le fameux rapport qui n’existe pas aurait été fuité par la présidence du gouvernement. Le morceau est un peu trop gros. Et puis, en bonne logique, si toutes les forces occultes qui complotent contre Imed Daïmi avaient voulu lui porter atteinte en se lançant dans un crime de faux et usage de faux, la moindre des choses auraient été de l’incriminer lui ou de grossir les montants.

 

Imed Daïmi et ses semblables adorent quand les gens qu’ils détestent sont soupçonnés de corruption mais ne supportent pas quand les yeux de l’Etat et de la justice se tournent vers eux. C’est un phénomène que l’on observe chez tous les chantres de la transparence. Moncef Marzouki est mis en cause pour des dépenses indues à la présidence ? Une rumeur produite par la fameuse « chambre des opérations » qui le poursuit depuis des années. Salim Ben Hamidène est mis en cause dans l’affaire de la BFT ? C’est un complot qui vise à salir les vrais révolutionnaires. Sihem Ben Sedrine gère mal l’IVD et a fait capoter le processus de justice transitionnelle ? C’est la contre-révolution qui a peur que les vérités soient révélées et donc s’attaque à l’icône Ben Sedrine.

Donc, grosso modo, de la pleurniche et du pathos pour échapper à la justice et pour jouer à fond la victimisation. Par contre, quand il s’agit des Mabrouk ou de Kamel Letaïef ou de n’importe quel homme d’affaires, là la justice se doit d’être aveugle et de faire son travail quoi qu’il en coûte. Là ils commencent à philosopher sur les apparitions télé des avocats et sur le fait que les procès ne doivent pas avoir lieu dans les médias. Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. Le plus douloureux là-dedans c’est qu’il existe encore des gens, particulièrement actifs sur Facebook pour insulter et dénigrer, qui croient à ces balivernes et qui se laissent manipuler comme de vulgaires marionnettes.

 

Devant la polémique soulevée par cette affaire, c’est au procureur de la République de bouger et de faire la lumière sur les soupçons mentionnés dans le rapport de la Ctaf. Reste à savoir si cette dernière l’a transmis à la justice ou pas. De toutes manières, il serait judicieux de la part de Imed Daïmi, qui s’estime lésé par ce rapport, de porter plainte devant la justice afin de déterminer les responsabilités. A condition, bien sûr, que celui-ci ne se cache pas derrière son immunité parlementaire si le vent de la justice ne va pas dans sa direction.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

TOUNSI
| 25-01-2019 20:44
La lutte contre la corruption s'arrête devant la porte des Daïmi
plutôt les mensonges de BN n'ont aucune limite, business oblige

adel
| 24-01-2019 16:45
La corruption en Tunisie ne se limite pas à Imed Daîmi, x ou y.
Elle s'étend au mendiant quêteur, enseignant escroqueur, para-médical voleur, boucher tricheur, mécanicien saboteur et même premier ministre pleurnicheur. (pour boucler la boucle avec mendiant quêteur car il fait aussi le mendiant pour le tunisien super consommateur)

Citoyen de Tunisie
| 24-01-2019 10:13
Ils doivent être aussi clean que l'eau de nos étangs.

Microbio
| 23-01-2019 21:24
Parce que le culte de l'argent est plus fort que toutes les religions du monde, l'homme vend son travail, son corps et son âme à l'argent. La religion de l'argent fascine des milliards de personnes. Les anciennes religions ont déjà perdu leur charme et leur effet et ce qui compte, ce n'est que l'argent.
Personne ne peut détruire ou détruire l'argent parce que l'argent est invincible.


Il n'y a qu'une seule religion dans le monde: la religion de l'argent et ce virus de l'argent nous maintient sous contrôle.

1ème Règle: Vous devriez consommer et acheter des choses inutiles.
2ème Règle: Pour l'argent, il n'y a pas de sabbat, vous ne devez donc pas vous reposer et pensez toujours à l'argent.
3ème Règle: Vous devriez travailler encore plus fort et plus rapidement et au même salaire.
4ème Règle: Vous devez supporter chaque augmentation de loyer sans résistance.
5ème Règle: Vous ne devriez pas acheter d'or et d'argent, mais vous devriez dépenser tout l'argent.
6ème Règle: Vous ne devriez pas économiser d'argent.
7ème Règle: Vous adorerez l'argent, car seul l'argent est la vérité et le chemin.
8ème Règle: Vous devrez supporter toute augmentation de prix sans résistance.
9ème Règle: Vous ne critiquez pas l'argent, parce que l'argent punit tous ceux qui le critiquent.
10ème Règle: Vous ne mettrerez pas de faux billets en circulation, car ceux-ci sont punis par ceux qui les ont mis en circulation.

Mansour Lahyani
| 23-01-2019 19:06
Vous verrez : un jour, cette lutte (légitime) finira par forcer la porte des Daïmi, et alors, ce jour-là, ni l'ex-très très provisoire, ni son égérie Sihem Badi ne pourront rien pour sauver le p'tit Daïmi, ni son frère ni tous ceux qui sont englués jusqu'à la gorge dans leurs opérations louches !
Ils ont pu berner des gens jusqu'ici, mais ils ne pourront pas le faire indéfiniment!

Ahmed
| 23-01-2019 18:25
Il semble évident que vous dérangez .
Vous êtes dans votre rôle.
Vous êtes dans votre fonctIon.
Il faut poursuivre votre travail d'investigation.
Tenez bon.

A lire aussi

Ramadan est à nos portes et, comme d’habitude en pareille période, la communication gouvernementale

22/04/2019 16:00
8

Cette semaine s’annonçait calme, l’actualité se résumait à un membre du conseil de l’Ordre des

21/04/2019 09:00
8

Trop avare en la matière. Et quand bien même, cette conviction serait la sienne, il ne peut

18/04/2019 17:00
3

L’incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris n’aura pas engendré que des cendres. Il a aussi

17/04/2019 15:59
21

Newsletter