La bergère ne gagnera pas 2 milliards

Businessnews.com.tn | publié le 16/06/2017 15:59
Par Ikhlas Latif,

Sauter sur une mine, perdre une ou deux jambes, partir en lambeaux, est devenu tellement banal en Tunisie. Aujourd’hui, une Tunisienne, une bergère, mère de sept enfants, a perdu la vie alors qu’elle faisait paître ses moutons au Mont Salloum. L’information fera le tour des médias locaux, mais elle sera vite oubliée, on passera à autre chose.

 

Qui aurait cru qu’on en arriverait là, à zapper la mort tragi-absurde d’un concitoyen sans s’en émouvoir, sans plus éprouver la moindre once d’émotion, passées les quelques heures ou souvent les quelques minutes après «l’incident ».

Des incidents pareils on en entend parler ponctuellement dans les médias. C’est tellement devenu un fait ordinaire qu’on ne s’y attarde plus. Le décès, la semaine dernière, d’un jeune soldat tunisien des suites de ses blessures engendrées par l'explosion d'une mine, en est l’exemple. Qui s’en rappelle ? On était passés à autre chose. On jasait sur le contenu des feuilletons ramadanesques, on polémiquait sur une réplique grivoise, on s’indignait d’un décolleté beaucoup trop plongeant ou d’un maquillage outrancier. On était occupés à envoyer des SMS, aspirant à gagner, si la chance nous souriait, la moitié de 2 milliards. Bref, on était occupés à autre chose.

 

Il ne s’agit pas de tout arrêter et de se lamenter à longueur de journée sur le sort des défunts, mais du fait que l’opinion publique tunisienne soit blasée au point de n’avoir plus rien à cirer qu’un quelconque soldat meurt dans une montagne éloignée, qu’un berger se fasse décapiter ou qu’une bergère parte en morceaux. On est devenu presque insensibles face à ces terribles morts causées par le terrorisme.

 

Une histoire de non-jeûneurs qui s’affichent en plein mois de ramadan est plus susceptible de susciter un vif émoi, qu’une pauvre femme se faisant exploser par des terroristes dans un coin paumé de la République. Ça reste tout de même un endroit reculé et on ne risque pas de voir des mines exploser dans les villes n’est-ce pas. Le décès de cette Tunisienne sera traité comme un quelconque fait-divers. La tristesse et la colère qu’on ressentait ont laissé la place à une sorte d’indifférence, à une espèce de défaitisme face aux actes terroristes. Il y a quelque temps encore on se serait indignés, on aurait crié notre refus que de tels actes barbares soient perpétrés sur notre sol et contre nos concitoyens, mais ça c’était avant.

 

Bien sûr, les partis et les personnalités politiques pondront des communiqués. Ils exprimeront leurs vives condamnations, ils présenteront leurs condoléances, ils vilipenderont des actes lâches, ils monteront sur leurs grands chevaux et exigeront l’extermination du terrorisme. Certains même appelleront à une conférence nationale, qui se tiendrait dans un hôtel 5 étoiles dans la banlieue nord de Tunis, pour lutter contre ledit phénomène. Ils surferont sur cette tragédie et la course à la récupération politique sera perceptible à vue d’œil.

Les autorités feront part de leur détermination à éradiquer le terrorisme et de débusquer les terroristes qui ont pris le maquis. On lancera les énièmes opérations de ratissage sans pour autant les débusquer ces terroristes.

Comme d’habitude, on proposera une aide à la famille, comme celle proposée à la famille Soltani, touchée par deux fois par le drame. Mais après qu’en sera-t-il ? On entendra encore parler d’un soldat ou de civils qui ont sauté sur une mine et on passera encore à autre chose…

 

 

 

La bergère ne gagnera pas 2 milliards

Par Ikhlas Latif, publié le 16/06/2017 15:59

Sauter sur une mine, perdre une ou deux jambes, partir en lambeaux, est devenu tellement banal en Tunisie. Aujourd’hui, une Tunisienne, une bergère, mère de sept enfants, a perdu la vie alors qu’elle faisait paître ses moutons au Mont Salloum. L’information fera le tour des médias locaux, mais elle sera vite oubliée, on passera à autre chose.

 

Qui aurait cru qu’on en arriverait là, à zapper la mort tragi-absurde d’un concitoyen sans s’en émouvoir, sans plus éprouver la moindre once d’émotion, passées les quelques heures ou souvent les quelques minutes après «l’incident ».

Des incidents pareils on en entend parler ponctuellement dans les médias. C’est tellement devenu un fait ordinaire qu’on ne s’y attarde plus. Le décès, la semaine dernière, d’un jeune soldat tunisien des suites de ses blessures engendrées par l'explosion d'une mine, en est l’exemple. Qui s’en rappelle ? On était passés à autre chose. On jasait sur le contenu des feuilletons ramadanesques, on polémiquait sur une réplique grivoise, on s’indignait d’un décolleté beaucoup trop plongeant ou d’un maquillage outrancier. On était occupés à envoyer des SMS, aspirant à gagner, si la chance nous souriait, la moitié de 2 milliards. Bref, on était occupés à autre chose.

 

Il ne s’agit pas de tout arrêter et de se lamenter à longueur de journée sur le sort des défunts, mais du fait que l’opinion publique tunisienne soit blasée au point de n’avoir plus rien à cirer qu’un quelconque soldat meurt dans une montagne éloignée, qu’un berger se fasse décapiter ou qu’une bergère parte en morceaux. On est devenu presque insensibles face à ces terribles morts causées par le terrorisme.

 

Une histoire de non-jeûneurs qui s’affichent en plein mois de ramadan est plus susceptible de susciter un vif émoi, qu’une pauvre femme se faisant exploser par des terroristes dans un coin paumé de la République. Ça reste tout de même un endroit reculé et on ne risque pas de voir des mines exploser dans les villes n’est-ce pas. Le décès de cette Tunisienne sera traité comme un quelconque fait-divers. La tristesse et la colère qu’on ressentait ont laissé la place à une sorte d’indifférence, à une espèce de défaitisme face aux actes terroristes. Il y a quelque temps encore on se serait indignés, on aurait crié notre refus que de tels actes barbares soient perpétrés sur notre sol et contre nos concitoyens, mais ça c’était avant.

 

Bien sûr, les partis et les personnalités politiques pondront des communiqués. Ils exprimeront leurs vives condamnations, ils présenteront leurs condoléances, ils vilipenderont des actes lâches, ils monteront sur leurs grands chevaux et exigeront l’extermination du terrorisme. Certains même appelleront à une conférence nationale, qui se tiendrait dans un hôtel 5 étoiles dans la banlieue nord de Tunis, pour lutter contre ledit phénomène. Ils surferont sur cette tragédie et la course à la récupération politique sera perceptible à vue d’œil.

Les autorités feront part de leur détermination à éradiquer le terrorisme et de débusquer les terroristes qui ont pris le maquis. On lancera les énièmes opérations de ratissage sans pour autant les débusquer ces terroristes.

Comme d’habitude, on proposera une aide à la famille, comme celle proposée à la famille Soltani, touchée par deux fois par le drame. Mais après qu’en sera-t-il ? On entendra encore parler d’un soldat ou de civils qui ont sauté sur une mine et on passera encore à autre chose…

 

 

 

Commentaires (12) Commenter
à nader
niptuck74
| 17-06-2017 11:59
et toi t'es tombé dans la débilité, tu sens l'islalmiste.



Bravo
Ltaief
| 17-06-2017 11:39
Si tous les tunisiens pensait comme toi,malheureusement ce n'est pas le cas,on est tous égoiste,et notre devise après moi c'est le déluge,nous sommes dans un pays soit disant musulman mais sans islam
@HatemC
Léon
| 16-06-2017 21:54
Non tu n'as jamais été con. Tu as été de bonne foi. La preuve: Tu t'es révisé. Regarde combien de personnes sur la toile continuent à enfoncer le clou; rien que pour ne pas reconnaitre s'être trompés. Au détriment de leur propre pays.
Toi tu n'étais pas mu de mauvais sentiments, tu voulais le meilleur pour ton pays. Eux continuent à crier "victoire" car ce qui les importe le plus c'est d'assouvir leurs mauvais sentiments, leurs haines et jalousies diverses.
Si tous les tunisiens étaient comme toi, le pays serait déjà reparti de plus belle et Ben Ali, lui-même, aurait applaudi. Comme l'avait fait Bourguiba avec son successeur.
Amitiés.
Léon.
Bravo
Pan
| 16-06-2017 21:46
Un très bon article!
@ Léon
HatemC
| 16-06-2017 19:36
j'adhère complètement et dire que je me suis laisser enfumer au début ...mais je me suis vite repris ...

Les Tunisiens finiront par comprendre qu'ils n'ont jamais vécu sous une dictature ...
Les libyens se mordent les doigt ... les Syriens se mordent les doigts ..
Les Irakiens se mordent les doigts ...

Les Zarabes du Golfes ont eu raison de nous avec leur argent ...

On regrettera Ben Ali toute notre vie ... l'islamisme a montré son vrai visage dans bcp de pays ... mais les Tunisiens restent tj aussi crédule ...

Il leur faut vivre sous la domination islamiste pour comprendre leur douleur .. je m'arrête là ... j'en ai marre des cons ... j'ai été con mais les cons peuvent parfois se ressaisir ... HC
J'accuse
Léon
| 16-06-2017 19:25
- J'accuse les instigateurs de la révolution d'être les seuls responsables de toute âme morte par faits de terrorisme, et ce, depuis le 17 Décembre 2010.
- J'accuse les instigateurs de la révolution d'avoir dit au peuple qu'il n'y avait pas de menace terroriste en Tunisie et que Ben Ali brandissait cette menace pour se maintenir au pouvoir.
- J'accuse la Horde fanatisée, viragiste de stades, la Horde des intellectuels de la dernière heure, intellectuels des FCR et des placements immobiliers, la Horde diplômée, des diplômes sans conscience, la Horde des haineux régionalistes, d'avoir suivi comme un seul homme l'appel des instigateurs de la révolution. Ce sont les seconds responsables des âmes de nos soldats morts par faits de guerre contre les terroristes fanatiques.
- J'accuse le parterre de pseudo-politiciens qui se sont succédé depuis le 14 maudit d'avoir tu au peuple les vérités, faisant croire à la populace dénuée de patriotisme qu'ils avaient raison de faire ce qu'ils ont fait. En particulier d'avoir tu les raisons qui ont fait des atlantistes les ennemis jurés du Soldat Patriote et Souverain appelé Ben Ali.
- J'accuse tous les politicards qui ont mis la main dans la main avec l'étranger pour faire aboutir une révolution vouée à l'avance à une mort certaine, car bâtie sur des faux, sur des mauvais sentiments et sur une ingratitude sans précédent dans l'Histoire des Nation envers les dirigeants des miracles qu'étaient Bourguiba et Ben Ali dont la foi en leur pays pouvait soulever les montagnes, et de surcroit alourdies des gueux qui les peuplaient.
- J'accuse les instigateurs de la révolution, qui pour faire réussir cette sale entreprise, vouée à l'échec dès ses débuts, ont emprunté des sommes colossales aux pays qui nous ont trahi, au FMI et à la BM, faisant de facto, de la Tunisie Libre et Souveraine de Bourguiba et de Ben Ali, un pays sous protectorat économique dont les enfants et les futurs enfants seront les esclaves des prêts contractés par leurs ascendance irresponsable et traitre.
- J'accuse toute personne qui a préféré l'allégresse révolutionnaire qui lui a momentanément permis d'assouvir sa haine, aux appels incessants des JW, Léon, et autres vrais patriotes pour vous prévenir des réalités de ce qui allait vous arriver.
- J'accuse tous ces criminels qui sont la seule et unique cause de la mort de braves gens.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.
Pleurer une bergère! looool
G&G
| 16-06-2017 19:08
Le Tunisien qui n'a pas déverser une seule larme sur Ben Ali, ne pleurera pas cette bergère.
le bac moins deux instigateur de la dignité et du miracle Tunisien, est perdu à jamais sans que le Tunisien ne soit inquiéter sur son avenir.
Pour moi, aussi, ce fait divers n'a pas de sens.
Par contre ce qui est émouvant et excitant pour moi c'est de voir les nouveaux locataires tâtonner et dire des conneries prouvant que nous les Azlems sommes toujours les plus compétents.
OUI, les larmes de rire m'envahissent à chaque instant.
La débilité n'a pas de limite.

G&G
RCDiste et fier
Non-assistance à population en danger
Nephentes
| 16-06-2017 19:06
Les efforts des militaires et des sécuritaires dans cette région oubliée sont mal répartis et inefficaces.

D'autre part les habitants du coin savent beaucoup, beaucoup de choses.

Ils se taisent, pourtant.

Militaires et sécuritaires éprouvent indifférence et mépris face aux défavorisés, dont pourtant ils sont souvent issus.

Vous vous trompez Mme ne crachez jamais sur le peuple
Jilani
| 16-06-2017 18:45
Le peuple n'oublie jamais ses martyrs assassinés et surtout les personnes innocentes et ces militaires et policiers qui veillent sur sa sécurité. Mais le peuple ne se réveillera pas tous les jours et quand il le fait tous ces intrus qui ont introduit ce terrorisme et que le gourou a dit que ces terroristes lui rappelle son enfance, paieront un prix fort pour eux et leur famille.
Un pays sans ses montagnes.
MFH
| 16-06-2017 18:06
Paix à l'âme de la bergère de Kasserine.
Il faut rappeler qu'elle a trouvé la mort sur le mont Salloum qui est, de fait un endroit échappant totalement à la souveraineté de l'Etat Tunisien. Cela fait 6 longues années, cad depuis que la troïka avait manigancé pour que ces monts servent de terrains d'entraînement à ses jeunes sportifs, qu'ils sont occupés parl'état Islamique. Et c'est depuis, que celui où celle qui s'y hasarde encourt le risque d'y laisser ses jambes ou carrément sa vie.
Personne ne doute de l'implication de la troïka et surtout d'Ennahdha dans cette occupation.
Ennahdha étant au pouvoir, qu'attend elle pour rappeler ses troupes.? Ou, s'agirait t il d'un plan prévu pour le jour J? Qui Sait ?
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration