L’économie Sociale et Solidaire, troisième pilier du plan de développement

Businessnews.com.tn | publié le 17/07/2017 19:59

Insérée dans le Plan de développement 2016-2020, l'Economie Sociale et Solidaire (ESS), est l’un des grands chantiers entrepris par le ministère de l’Investissement et de la Coopération internationale. Avec l'appui du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) et le financement de la Coopération Suisse, ce nouveau secteur, identifié comme tel par le gouvernement, prendra pour base une étude stratégique réalisée avec le concours d’experts tunisiens de renom.

De quoi s’agit-il ? Et en quoi cette nouvelle économie pourrait-elle assurer la pérennité de la société et un développement durable, dans un monde ultra-compétitif où la classe défavorisée est très souvent marginalisée ?

 

La Conférence nationale intitulée « l'économie sociale et solidaire, levier de développement en Tunisie » s’est tenue le 5 juillet 2017 sous le haut patronage du chef du gouvernement Youssef Chahed et en présence du ministre de l’Investissement et de la Coopération internationale et du ministre des Finances par intérim. L’étude présentée lors de cette conférence a permis d’expliquer le cadre conceptuel de l’ESS et les principales problématiques qui freinent le développement du secteur. Elle dégage également les principaux axes sur lesquels devra se baser la stratégie de développement du secteur, à savoir : La refonte du cadre juridique et institutionnel en vue de fournir à tous les acteurs du secteur une certaine sécurité juridique et une réglementation claire.

 

Selon la nouvelle Constitution tunisienne de janvier 2014, le développement durable est l’une des priorités du gouvernement. Les effets des dynamiques compétitives doivent donc être équilibrées par l’intervention de l’Etat, garant des droits sociaux de ceux qui se retrouvent marginalisés à cause de l’économie de marché. Si l’on pense aux prestations sociales qui garantissent le droit au logement, à l’éducation et à la santé, on se rend rapidement compte que l’Etat et le marché opèrent séparément. Le second génère des disparités que le premier devra annihiler via une sorte de redistribution des richesses. Il en résulte que, dans le droit tunisien, l’économie devra se conformer aux pouvoir publics appelés à corriger les disparités crées par le marché. Alors comment l’économie peut elle être sociale et solidaire ?

 

Pleinement reconnue au niveau législatif en France et dans plusieurs pays d’Amérique latine, cette nouvelle manière de penser l’économie est encore dépourvue de textes clairs en Tunisie.

Par définition, cette nouvelle économie devient sociale par ce qu’elle est capable d’exprimer en positif, le devenir des relations entre individus qui concluent des transactions gouvernées par le paradigme de la réciprocité. Dans le sens où une personne agit en faveur d’une autre non pas par le moteur d’une récompense mais parce qu’elle s’attend à ce qu’une autre personne agisse en sa faveur, directement ou indirectement, dans le futur.

Ce mécanisme, théorisé il y a des décennies, semble agir de manière spontanée lorsque les personnes privilégient l’intérêt général, le bien commun. Il s’agit donc d’une économie de la société fondée sur des relations sociales soudées par le devoir de solidarité. Ce procédé de consolidation de la société civile tend vers un changement social qui consiste à éviter d’affronter les problématiques avec des instruments et procédés correctifs et de réparation, comme ce fut le cas à « El Kamour » par exemple où l’Etat a joué le rôle de pompier. En définitive et en théorie, l’ESS fonctionne de manière à garantir l’intérêt général.

 

En Tunisie, les différentes composantes de l’économie sociale et solidaire comme les coopératives, les mutuelles de services agricoles, les groupements de développement agricole et les associations qui opèrent dans le secteur social, ne représentent que 1% du PIB. Sa contribution en termes de création d’emploi est encore plus faible. En cause, l’absence d’une loi organique qui régule le secteur.

Ce constat, repris lors de la présentation de l’étude, par l’économiste et consultant auprès de la PNUD, Mohamed Haddar, est sans appel. L’économiste souligne également l’absence de financement pour ces initiatives.

Dans certains pays dit développés, l’Economie Sociale et Solidaire est devenue une composante essentielle des dynamiques des territoires, une forme d’organisation économique qui contribue à hauteur de 10 à 15% de l’emploi total et entre 5 à 7% du PIB et qui constitue donc un gisement important pour la création de richesses et d’emplois.

 

Avec le mouvement démocratique accéléré initié en 2011 et l’inscription de l’ESS comme troisième secteur dans le plan quinquennal de développement 2016-2020, arrive la reconnaissance de l’importance du secteur et de son indéniable impact positif sur l’économie du pays. Et pour cause, depuis 2011, le nombre d’associations est passé de 12.000 à 20.000, en dehors de celles-ci, le nombre de coopératives tunisiennes s’élève à 300. S’ajoutent une centaine de mutuelles et près de 2700 autres associations qui interviennent essentiellement dans la sphère du développement (associations de micro-crédits et environnement).

Afin d’intégrer pleinement le secteur, il s’agira également de mettre en place une bonne gouvernance au niveau national, régional et local à travers des mécanismes et organes représentatifs garantissant le fonctionnement démocratique de ces organisations, leur transparence et la culture de redevabilité. Le rapport, souligne ensuite l’urgence d’assainir certaines filières de l’ESS et la mise en place d’instruments de financement adéquats, le tout accompagné d’une bonne stratégie de communication.

 

De cette conférence nationale, a émergé l’idée que l’ESS incorpore le paradigme de la démocratie dans le sens étiologique d’un gouvernement du peuple, en opposition avec un modèle de développement « for profit » qui relègue le client final au rôle de consommateur. Avec l’ESS donc, les bénéficiaires de l’activité sont aussi acteurs et dans cette optique, la dichotomie public-privé devient dépassée.

Avec l’ESS le défi sera donc d’enliser le secteur privé dans l’intérêt général, car idéalement les individus sont tous porteurs de ce même intérêt et de manière indifférenciée. Dans les pays d’Amérique latine où ce modèle a trouvé pied, sa diffusion s’est passée de manière spontanée, répondant ainsi aux demandes sociales d’un modèle économique plus équitable.

L’économie Sociale et Solidaire, troisième pilier du plan de développement

publié le 17/07/2017 19:59

Insérée dans le Plan de développement 2016-2020, l'Economie Sociale et Solidaire (ESS), est l’un des grands chantiers entrepris par le ministère de l’Investissement et de la Coopération internationale. Avec l'appui du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) et le financement de la Coopération Suisse, ce nouveau secteur, identifié comme tel par le gouvernement, prendra pour base une étude stratégique réalisée avec le concours d’experts tunisiens de renom.

De quoi s’agit-il ? Et en quoi cette nouvelle économie pourrait-elle assurer la pérennité de la société et un développement durable, dans un monde ultra-compétitif où la classe défavorisée est très souvent marginalisée ?

 

La Conférence nationale intitulée « l'économie sociale et solidaire, levier de développement en Tunisie » s’est tenue le 5 juillet 2017 sous le haut patronage du chef du gouvernement Youssef Chahed et en présence du ministre de l’Investissement et de la Coopération internationale et du ministre des Finances par intérim. L’étude présentée lors de cette conférence a permis d’expliquer le cadre conceptuel de l’ESS et les principales problématiques qui freinent le développement du secteur. Elle dégage également les principaux axes sur lesquels devra se baser la stratégie de développement du secteur, à savoir : La refonte du cadre juridique et institutionnel en vue de fournir à tous les acteurs du secteur une certaine sécurité juridique et une réglementation claire.

 

Selon la nouvelle Constitution tunisienne de janvier 2014, le développement durable est l’une des priorités du gouvernement. Les effets des dynamiques compétitives doivent donc être équilibrées par l’intervention de l’Etat, garant des droits sociaux de ceux qui se retrouvent marginalisés à cause de l’économie de marché. Si l’on pense aux prestations sociales qui garantissent le droit au logement, à l’éducation et à la santé, on se rend rapidement compte que l’Etat et le marché opèrent séparément. Le second génère des disparités que le premier devra annihiler via une sorte de redistribution des richesses. Il en résulte que, dans le droit tunisien, l’économie devra se conformer aux pouvoir publics appelés à corriger les disparités crées par le marché. Alors comment l’économie peut elle être sociale et solidaire ?

 

Pleinement reconnue au niveau législatif en France et dans plusieurs pays d’Amérique latine, cette nouvelle manière de penser l’économie est encore dépourvue de textes clairs en Tunisie.

Par définition, cette nouvelle économie devient sociale par ce qu’elle est capable d’exprimer en positif, le devenir des relations entre individus qui concluent des transactions gouvernées par le paradigme de la réciprocité. Dans le sens où une personne agit en faveur d’une autre non pas par le moteur d’une récompense mais parce qu’elle s’attend à ce qu’une autre personne agisse en sa faveur, directement ou indirectement, dans le futur.

Ce mécanisme, théorisé il y a des décennies, semble agir de manière spontanée lorsque les personnes privilégient l’intérêt général, le bien commun. Il s’agit donc d’une économie de la société fondée sur des relations sociales soudées par le devoir de solidarité. Ce procédé de consolidation de la société civile tend vers un changement social qui consiste à éviter d’affronter les problématiques avec des instruments et procédés correctifs et de réparation, comme ce fut le cas à « El Kamour » par exemple où l’Etat a joué le rôle de pompier. En définitive et en théorie, l’ESS fonctionne de manière à garantir l’intérêt général.

 

En Tunisie, les différentes composantes de l’économie sociale et solidaire comme les coopératives, les mutuelles de services agricoles, les groupements de développement agricole et les associations qui opèrent dans le secteur social, ne représentent que 1% du PIB. Sa contribution en termes de création d’emploi est encore plus faible. En cause, l’absence d’une loi organique qui régule le secteur.

Ce constat, repris lors de la présentation de l’étude, par l’économiste et consultant auprès de la PNUD, Mohamed Haddar, est sans appel. L’économiste souligne également l’absence de financement pour ces initiatives.

Dans certains pays dit développés, l’Economie Sociale et Solidaire est devenue une composante essentielle des dynamiques des territoires, une forme d’organisation économique qui contribue à hauteur de 10 à 15% de l’emploi total et entre 5 à 7% du PIB et qui constitue donc un gisement important pour la création de richesses et d’emplois.

 

Avec le mouvement démocratique accéléré initié en 2011 et l’inscription de l’ESS comme troisième secteur dans le plan quinquennal de développement 2016-2020, arrive la reconnaissance de l’importance du secteur et de son indéniable impact positif sur l’économie du pays. Et pour cause, depuis 2011, le nombre d’associations est passé de 12.000 à 20.000, en dehors de celles-ci, le nombre de coopératives tunisiennes s’élève à 300. S’ajoutent une centaine de mutuelles et près de 2700 autres associations qui interviennent essentiellement dans la sphère du développement (associations de micro-crédits et environnement).

Afin d’intégrer pleinement le secteur, il s’agira également de mettre en place une bonne gouvernance au niveau national, régional et local à travers des mécanismes et organes représentatifs garantissant le fonctionnement démocratique de ces organisations, leur transparence et la culture de redevabilité. Le rapport, souligne ensuite l’urgence d’assainir certaines filières de l’ESS et la mise en place d’instruments de financement adéquats, le tout accompagné d’une bonne stratégie de communication.

 

De cette conférence nationale, a émergé l’idée que l’ESS incorpore le paradigme de la démocratie dans le sens étiologique d’un gouvernement du peuple, en opposition avec un modèle de développement « for profit » qui relègue le client final au rôle de consommateur. Avec l’ESS donc, les bénéficiaires de l’activité sont aussi acteurs et dans cette optique, la dichotomie public-privé devient dépassée.

Avec l’ESS le défi sera donc d’enliser le secteur privé dans l’intérêt général, car idéalement les individus sont tous porteurs de ce même intérêt et de manière indifférenciée. Dans les pays d’Amérique latine où ce modèle a trouvé pied, sa diffusion s’est passée de manière spontanée, répondant ainsi aux demandes sociales d’un modèle économique plus équitable.

Sofiène Ahres
Commentaires (2) Commenter
Pollution
Jojo
| 19-07-2017 17:33
La Tunisie est vraiment pollué par les déchets domestique et du plastique que font les délégués des régions leurs employés sont dans les cafés pédant les heures de travail au lieu de ramasser les détritus cela fait honte car on voit cela partout encore plus on fait faire au touristes des tours de quad dans ces endroits on prend par exemples à bouficha près d ammamet sud j ai dit à un qui de qui n'emmène les touristes dans ces endroits s il n à pas honte de cela et je lui ai dit de demander au délégué de bouficha de nettoyer au moins le circuit il me répond que tout le monde s en fiche .je constate qu il y a vraiment dans ce pays un manque réel de civisme .
@Mr. Sofiène Ahres
Dr. Jamel Tazarki
| 17-07-2017 22:13
Je m'excuse, mais je me sens dans l'obligation de vous avouer que votre article ci-dessus est très mal rédigé! Et on remarque tout de suite que vous ignorez les connaissances de base sur les aspects pratiques et théoriques de l'économie Sociale et Solidaire.


Ce soir, je veux discuter seulement une partie de votre article, on parlera du reste demain soir.


Vous écrivez ci-dessus: "Selon la nouvelle Constitution tunisienne de janvier 2014, le développement durable est l'une des priorités du gouvernement. Les effets des dynamiques compétitives doivent donc être mitigés par l'intervention de l'Etat, garant des droits sociaux de ceux qui sont marginalisés à cause du libre jeu de l'économie de marché." ===> Je suis désolé de vous le dire, mais ce que vous écrivez est très confus (pour ne pas dire autre chose).


C'est quoi le développement durable? ==> "Un développement durable doit répondre à nos besoins présents, sans que cela empêche les générations futurs de répondre aux leurs."

Il s'agit
1) d'assurer une gestion saine et durable, c.à.d. sans atteinte à l'environnement,
2) de satisfaire les besoins essentiels des Tunisiens en logement, alimentation, santé et éducation, (réduire les inégalités) et ceci sans destruction de l'environnent (pensez aux dangers du gaz de schiste).
3) de préserver les ressources naturelles à long terme, tout en limitant les impacts environnementaux.
4) celui qui abîme, dégrade et pollue doit aussi réparer.




Le prix des dégradations environnementales de la Tunisie:
Tous nos malheurs socio-économiques des années 2011-2017 ont été programmés sans aucune mauvaise intention (plutôt par idiotie) durant les années 80 et 90, on n'a jamais parlé de "développement durable" durant la dictature! Notre oligarchie entrepreneuse a détruit la totalité de notre système écologique et de notre environnement sans vouloir le réparer!

Des faits: la progression des exportations durant les années 80 et 90 se traduisait par une détérioration de la qualité de l'environnement. Si on incluait le prix des dégradations environnementales de la Tunisie (pollution, surexploitation) des années 80 et 90 (puisqu'on produisait à bon prix en détruisant le système écologique), on aurait un énorme déficit! Le Golf de Tunis était d'une propreté sans antécédent, la mer de Gabes était bleue claire, à Tazarka, on se baignait dans une mer bleue turquoise, etc., etc., etc.

Le Golf de Tunis avait une capacité de 50 Millions de tonnes de poisson au début des années 80, alors qu'aujourd'hui on n'y trouve pas plus que 5 Millions de tonnes de poisson. Pareil avec le Golf de Gabes. Et ceci seulement à cause des conséquences fatales de la pollution et de la dégradation de notre milieu naturel.

Les quantités de pollutions produites en Tunisie depuis les années 80 sont largement supérieures aux capacités de la nature à se régénérer. Il faut absolument se libérer de cette idée absurde que la mer est immense et serait capable d'absorber toutes nos pollutions et nos eaux usées (la pollution fécale). Notre mer est dévastée, polluée, vidée de ses ressources. On ne peut pas rester indifférent à ce genre de dégâts. Les citoyens tunisiens doivent apprendre à manier la vertu du respect non seulement des pauvres, des femmes, des enfants et des vieux mais aussi des arbres, de la terre, de l'eau et des animaux...

Nos hommes d'affaires et certains de nos politiciens sont en train de réduire les capacités des générations futures à répondre à leurs besoins au nom de l'augmentation des exportations et la rentrée de devises étrangères.

Mr. Mehdi Jomâa ne voyait qu'une seule solution afin de sauver la République, et cette unique solution était l'introduction du gaz de schiste (alors que le gaz de schiste n'était plus rentable à cause des très bas prix du pétrole): Voir le lien suivant:
https://reporterre.net/La-menace-du-gaz-de-schiste-plane

==> Mr. Mehdi a failli ruiner le pays par ses drôles d'idées et heureusement qu'il est parti avant d'enfoncer la Tunisie dans une catastrophe écologique, environnementale et socio-économique.


La notion de développement durable et soutenable devrait être au centre de nos programmes socio-économiques. Il s'agit de concilier le développement socio-économique avec les contraintes environnementales

Le pseudo miracle économique des années 80, 90 et 2000 était au prix des dégradations environnementales de la Tunisie! Et notre économie en souffre aujourd'hui énormément!


On parlera du reste de votre article demain soir!


Très Cordialement

Jamel Tazarki

Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration