Imed Belhaj Khelifa : «Nous pouvons rétablir l’ordre en Tunisie dans 48h»

Businessnews.com.tn | publié le 28/05/2012 18:21

« Les forces de l’ordre disposent des équipements nécessaires et sont suffisamment qualifiées pour rétablir l’ordre en Tunisie dans 48 heures». C’est ce qu’a annoncé le porte-parole de l'Union nationale des syndicats des forces de sûreté,Imed Belhaj Khelifa sur les ondes de Mosaïque FM.
M. BelhajKhelifa a précisé que même si les forces de l’ordre n’ont reçu aucune instruction pour ne pas arrêter les salafistes, le rétablissement de l’ordre reste cependant tributaire d’un ensemble de conditions. «On demande l’application de l’état d’urgence dans le pays pour que les forces de sécurité puissent faire leur travail et accomplir leurs missions sans craindre ce qui va suivre», a-t-il ajouté.
Concernant les violences survenues samedi dernier à Jendouba, le porte-parole du syndicat a précisé que les agents de police ne veulent pas intervenir de peur de faire des victimes en cas d’affrontements, notamment en l’absence des instructions émanant du ministère de l’Intérieur et d’un cadre juridique qui les protège.

Pour remédier à cette situation, M. BelhajKhelifa demande à l’Assemblée nationale constituantel’élaboration d’un code pour les forces de l’ordre permettant la naissance d’une police républicaine, indépendantede toutes sensibilités politiques.

Par ailleurs, Sahbi Jouini, un membre du syndicat, est intervenu sur les ondes de Shems FM pour affirmer l’existence en Tunisie de groupes entraînés pour des opérations terroristes.
«En l’absence de loi, on vit actuellement sous le pouvoir de la criminalité. C’est la dictature des gangs et si on ne réagit pas rapidement face à ce phénomène, il va se développer», ajoute-t-il.
Ainsi, il demande au ministre de l’Intérieur Ali Laârayedh de déclarer clairement au public que toute personne qui s’attaque à un agent de sécurité met sa vie en danger.

Z.D

Imed Belhaj Khelifa : «Nous pouvons rétablir l’ordre en Tunisie dans 48h»

publié le 28/05/2012 18:21

« Les forces de l’ordre disposent des équipements nécessaires et sont suffisamment qualifiées pour rétablir l’ordre en Tunisie dans 48 heures». C’est ce qu’a annoncé le porte-parole de l'Union nationale des syndicats des forces de sûreté,Imed Belhaj Khelifa sur les ondes de Mosaïque FM.
M. BelhajKhelifa a précisé que même si les forces de l’ordre n’ont reçu aucune instruction pour ne pas arrêter les salafistes, le rétablissement de l’ordre reste cependant tributaire d’un ensemble de conditions. «On demande l’application de l’état d’urgence dans le pays pour que les forces de sécurité puissent faire leur travail et accomplir leurs missions sans craindre ce qui va suivre», a-t-il ajouté.
Concernant les violences survenues samedi dernier à Jendouba, le porte-parole du syndicat a précisé que les agents de police ne veulent pas intervenir de peur de faire des victimes en cas d’affrontements, notamment en l’absence des instructions émanant du ministère de l’Intérieur et d’un cadre juridique qui les protège.

Pour remédier à cette situation, M. BelhajKhelifa demande à l’Assemblée nationale constituantel’élaboration d’un code pour les forces de l’ordre permettant la naissance d’une police républicaine, indépendantede toutes sensibilités politiques.

Par ailleurs, Sahbi Jouini, un membre du syndicat, est intervenu sur les ondes de Shems FM pour affirmer l’existence en Tunisie de groupes entraînés pour des opérations terroristes.
«En l’absence de loi, on vit actuellement sous le pouvoir de la criminalité. C’est la dictature des gangs et si on ne réagit pas rapidement face à ce phénomène, il va se développer», ajoute-t-il.
Ainsi, il demande au ministre de l’Intérieur Ali Laârayedh de déclarer clairement au public que toute personne qui s’attaque à un agent de sécurité met sa vie en danger.

Z.D
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration