Brahim Kassas tente d’agresser physiquement Mehdi Ben Gharbia (Vidéo)

Businessnews.com.tn | publié le 01/05/2014 16:58
Lors de la séance plénière tenue à l’ANC aujourd’hui, jeudi 1er mai 2014, et consacrée au vote de la loi électorale, le député Brahim Kassas a tenté d’agresser son collègue Mehdi Ben Gharbia.

Le clash a commencé lorsque Brahim Kassas a prononcé son avis contre l’article concernant la parité horizontale, indiquant que la place de la femme se trouve à la maison pour s’occuper de ses enfants et « pour laver les pieds de son mari ».
Cette intervention a suscité la colère des députés présents à l’hémicycle. M. Kassas s’est dirigé vers le centre de la cloche continuant ses propos : « Le prophète a déclaré que si la femme devait se prosterner pour quelqu'un, ça serait pour son mari, c'est la religion, et la femme n'a pas le droit de contester. Au lit, elle ne peut  tourner son dos qu'avec l'autorisation de son mari. C'est la religion, c'est la religion, que les efféminés aillent au diable !».

Dans la confusion qui a suivi, la tension est encore montée et Brahim Kassas s’est dirigé vers Mehdi Ben Gharbia, dont les propos n’ont pu être entendus, tentant de l’agresser. Il a fallu l’intervention des autres députés pour les séparer. Continuant dans sa diatribe, Brahim Kassas aurait traité les autres élus d'homosexuels. L'élue Rym Mahjoub a écrit : " Au Bardo , on ne pourrait pas descendre plus bas , on touche le fond, c'est malheureux".


S.H

Brahim Kassas tente d’agresser physiquement Mehdi Ben Gharbia (Vidéo)

publié le 01/05/2014 16:58
Lors de la séance plénière tenue à l’ANC aujourd’hui, jeudi 1er mai 2014, et consacrée au vote de la loi électorale, le député Brahim Kassas a tenté d’agresser son collègue Mehdi Ben Gharbia.

Le clash a commencé lorsque Brahim Kassas a prononcé son avis contre l’article concernant la parité horizontale, indiquant que la place de la femme se trouve à la maison pour s’occuper de ses enfants et « pour laver les pieds de son mari ».
Cette intervention a suscité la colère des députés présents à l’hémicycle. M. Kassas s’est dirigé vers le centre de la cloche continuant ses propos : « Le prophète a déclaré que si la femme devait se prosterner pour quelqu'un, ça serait pour son mari, c'est la religion, et la femme n'a pas le droit de contester. Au lit, elle ne peut  tourner son dos qu'avec l'autorisation de son mari. C'est la religion, c'est la religion, que les efféminés aillent au diable !».

Dans la confusion qui a suivi, la tension est encore montée et Brahim Kassas s’est dirigé vers Mehdi Ben Gharbia, dont les propos n’ont pu être entendus, tentant de l’agresser. Il a fallu l’intervention des autres députés pour les séparer. Continuant dans sa diatribe, Brahim Kassas aurait traité les autres élus d'homosexuels. L'élue Rym Mahjoub a écrit : " Au Bardo , on ne pourrait pas descendre plus bas , on touche le fond, c'est malheureux".


S.H
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration