alexametrics
Chroniques

Béji Caïd Essebsi discrédité

Béji Caïd Essebsi discrédité

Par Marouen Achouri

 

Le pire qui puisse arriver à un président de la République est de perdre sa parole. Le 15 juillet 2018, Béji Caïd Essebsi fait une interview qui devait être diffusée sur trois médias : Nessma, El Hiwar et Mosaïque FM, finalement ce n’est que Nessma qui diffusera l’interview car les deux autres médias ont refusé de diffuser une séquence, une allocution, montée et arrangée qui ne transmettra pas la vérité.

 

Qu’un média, quel qu’il soit, s’adonne à ce genre de pratiques, peut être compris (Quoi que), mais que le président de la République se laisse prendre à ce jeu, c’est dangereux. La déontologie journalistique a été violée parce qu’il ne s’agit plus d’une allocution au peuple pour communiquer un certain nombre de données ou d’informations, l’exercice est perverti pour devenir de la propagande.

 

Il faut, dans ce contexte, saluer le communiqué publié par Mosaïque FM qui s’est refusée à diffuser un dialogue biaisé et arrangé. El Hiwar Ettounsi lui a emboité le pas car la matière fournie ne pouvait être fidèle à la réalité tellement les ciseaux du montage ont rafistolé et arrangé cette interview.

Il est clair que les objectifs de cette allocution ont été détournés et que l’on est passé d’une tentative, venant du président de la République, d’éclairer l’opinion, à une tentative grossière et maladroite de manipulation de cette même opinion publique, le tout dans un contexte de crise politique aigue. Quand tous les intervenants de la scène politique tunisienne attendaient l’intervention de la plus haute autorité du pays, on se retrouve à devoir gérer une situation qui bafoue les plus simples des principes journalistiques pour rapporter une information.

Il faut que les néophytes dans le domaine journalistique comprennent que l’interview est le plus simple, le plus basique des exercices journalistiques. Il suffit de bien écouter et de poser les questions les plus pertinentes en fonction du contexte et de la connaissance que l’on peut avoir de la situation économique, sociale et politique du pays. Même un exercice aussi simple, qui sert principalement à communiquer à la population un message présidentiel, se trouve tellement perverti que deux des médias les plus respectables du pays se refusent à le diffuser. N’est ce pas une honte pour le président de la République ?

Plusieurs voix s’étaient déjà élevées contre le fait que le président de la République fasse une interview sur une chaine dont la légalité a été récemment mise en cause. Qu’en plus la matière de l’interview elle-même soit tellement détournée pour qu’elle en devienne indiffusable, il s’agit réellement d’une honte intolérable pour l’institution de Carthage. Il s’agit aujourd’hui d’une institution, incarnée par Béji Caïd Essebsi, qui n’est même plus capable de s’adresser au peuple avec le minimum tolérable d’honnêteté et de sincérité. Conséquence : on ne peut plus lui faire confiance.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (26)

Commenter

ftouh
| 22-07-2018 08:19
les chiens en lits qui font la sieste par cette canicule, hein?

Il arrive aussi aux canadiens francophones de manger des chiens chauds (hot dogs).

Notons aussi qu' ahl el kahf , ces gens qui ce sont assoup 10 siecles, sans manger ni boire, ni payer de factures...avaient aussi un toutou, qui repondait, je crois au nom de Katmir ( Remarquons que illustre chiens a un nom qui commence par Kat = gatous, matou), drole de nom pour un clebard !!.

Maxula
| 16-07-2018 21:33
Certains "ramenards" sont tellement ridicules qu'ils ne s'aperçoivent même pas du tristement risible des expressions qu'ils utilisent à tort et à travers.

"les chies en lits"
"iblisi lorsque il a poussé Adam a désobéir à Allah ,et a goûté l'arbre interdit"

Waouh ! Adam, dépassant la vitesse prescrite par Allah, roulait tellement vite sur la route des vacances, qu'il a fini par se payer un platane !
Ils se disent islamistes (à force de fausses citations) et ne sont même pas capables de relater correctement un bobard pourtant équitablement partagé par "les gens du livre"...dont je m'honore de ne pas faire partie !
"La chienlit" c'est vraiment ceux qui se payent de mots et se la racontent en scope et en couleurs...ne craignent même plus de nous montrer l'étendue de leur ignorance...en voulant nous faire croire que eux, ils en savent plus que le commun des mortels !
Dame !...ne sont-ils pas "des croyants"...qui n'ont pas fait d'études ?
Ne détiennent-ils pas "leur" savoir, par l'opération du saint -esprit malade ?
BN devrait "interdire" une bonne fois pour toutes à ces "beaux esprits" de nous les briser avec autant d'aplomb...et d'ignorance crasse !
Maxula.

kameleon78
| 16-07-2018 19:49
En France, à partir de 65 ans, un candidat potentiel à la présidentielle renonce à se présenter. La moyenne d'âge est de 55 ans sauf Macron qui est un véritable OVNI politique. Alors comment imaginez-vous un candidat de 90 ans, voire plus présider la destinée du pays. BCE aura l'âge canonique de 93 ans en 2019.

Mon introduction voulait dire comment voulez-vous pouvoir présider un pays avec un âge aussi avancé, c'est vraiment une honte, notre président n'a plus toutes ses facultés intellectuelles et dans un moment d'absence de lucidité accepta cette interview dans cette chaleur étouffante de juillet pour rien nous dire en fait, il aurait mieux fait de se taire.

Smm
| 16-07-2018 18:36
Il nous faut un référendum pour un regime présidentiel avec élection du nouveau président

Forza
| 16-07-2018 17:57
Essayes une fois de penser d'une manière logique. Nessma veut dégager Chahed, Nahdha veut le garder donc Nessma ne peut pas être la chaine de Nahdha, est-ce difficile pour ta cervelle de comprendre le minimum de logique. Tu es tellement fixé sur Nahdha ou plutôt le sud que tu ne racontes que des bêtises. Tu penses que Khelifa Ben Salem est du sud juste car il s'appelle Khelifa et tu as même fait de Laadari, Hammami et Zouglami des sudistes a moins que le sud commence pour toi a Hammal-Lif. Tu nous casses la tête avec tes histoires du sud, cherches quelque chose d'autre.

takilas
| 16-07-2018 15:40
Non J.Jrad ! Nahdha sont des sales et des salauds, et ils resteront sales et salauds toute leur vie.
Et ils vaut mieux qu'ils quittent Tunis (toi-même) et revenir à leur région de Gabes et de Mednine le plus tôt posible, car il y en marre d'eux ; et ce n'est pas leur corrompue chaine Nessma-tv qui va nous piéger et nous arnaquer. Tous de salauds affamés de conquérir la capitale Tunis, cest leur seul objectif et ce avec les méthodes les plus indignes et les plus crapuleuses. C'est des indécents sans foi ni loi, des vandales , incultesvet ignorants dont leur seule religion est la manigance et.l'arnaque, par mécréance, pour l'argent.
Et, l'islam, ils l'utilisent pour s'enrichir par le péché.

Sidi Bou
| 16-07-2018 13:21
Marouen,
On ne peut mieux dire et mieux analyser l'interwiew de BCS. Ils y a des contre vérités.
BCS n' est plus cohérent même avec lui même.

J.trad
| 16-07-2018 12:52
Pourtant et pourtant ,il y a eu les événements de mai 68,de Gaule dans tous ses états ,à laissé échapper l'insulte ...les chies en lits ,zeyn el 3abidin avec un grand respect au peuple en colère ,avait dit WX je vous ai compris ,anâ fhimtkom '?le peuple était frappé de surdité , les snipers ne voulaient pas que le peuple appaise sa colère ,les snipers sont payés pour empécher la conciliation ,aujourd'hui le peuple a faim ,les conspirateurs regardent ,les bras croisés ,tout comme iblisi lorsque il a poussé Adam a désobéir à Allah ,et a goûté l'arbre interdit .

J.trad
| 16-07-2018 11:05
C'est l'extrême forme de tolérance ,Allah par miséricorde pardonne tous les péchés même capitaux ,suivons cette directive ,dans ces moments durs ,il n'y a pas un seul responsable ,de l'échec ,nous sommes tous responsables ,ceux qui de bonne foi ,avaient opté pour la course au progré ,avaient amorcé cette situation de crise économique ,les anglais ont vécu ,le début du chômage ,le mouvement ludiste ,explique clairement l'engrenage ,l'invention de la machine à coudre a mis les milliers d'artisans dans le tourment ,dans le tourbillon ,c'est trésor simple à démontrer ,je ne vois pas comment les responsables ne dénoncent pas le vrais responsable ,la technologies '?le progrés scientifique ,est la cause à l'effet , Karl Marx et ses disciples ,ont mis la puce à l'oreille ,les masses exigent leur part au gâteau ,lequel gâteau est délicieux mais ne peut suffire à tout le monde ,

tunisie va mal
| 16-07-2018 10:57
Il ne reste a ce peuple que deux choses:
1/ Un poutch qui renversera la scène politique et le régime actuel surtout plus de régime parlementaire
2/ Une guerre civile car des Elections sont impossibles pour le moment et nous marquons la fin de la plus mauvaise pièce de théâtre du printemps arabe.
A dien les politiciens tous à l'échafaudage.

A lire aussi

S’il y a un sujet sur toutes les lèvres c’est bien les municipalités et leur gestion. Les élections

23/10/2018 15:59
2

Par Nizar Bahloul Il s’appelle Jean-Luc Mélenchon, il est une grande figure de la gauche

22/10/2018 15:59
13

Les aqueducs romains ont résisté à toutes les intempéries durant vingt siècles mais ils ont succombé

21/10/2018 15:59
13

Voila une semaine que le projet de loi de finances 2019 a été transmis à l’Assemblée des

18/10/2018 16:00
11

Newsletter