alexametrics
Dernières news

Abir Moussi porte plainte contre Ghannouchi, Jebali, Laârayedh et Ellouz

Abir Moussi porte plainte contre Ghannouchi, Jebali, Laârayedh et Ellouz

La présidente du Parti destourien libre (PDL), Abir Moussi a annoncé, ce mercredi 16 mai 2018, qu’elle a déposé, encore une fois, une plainte à l’encontre du président du parti Ennahdha, Rached Ghannouchi, des anciens chefs du gouvernement, Ali Laârayedh et Hamadi Jebali ainsi qu’à l’encontre de l’ancien membre de l’Assemblée nationale constituante (ANC), Habib Ellouze. A travers cette plainte, Abir Moussi accuse les dirigeants d’Ennahdha d’avoir contribué à l’embrigadement des jeunes pour partir dans les zones de tensions, revendiquant la mise en application de la loi de lutte contre le terrorisme.

 

« Nous avons adressé une correspondance à la présidence de la République, la présidence du gouvernement ainsi qu’à la présidence de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) les incitant à assumer leur responsabilité étant donné qu’elles tiennent actuellement, dans le cadre de l’Accord de Carthage 2, des négociations avec des parties impliquées gravement dans l’embrigadement des jeunes et dans des crimes terroristes. J’appelle à ouvrir des enquêtes dans ce sens, à rompre instantanément toute liaison avec le mouvement Ennahdha ainsi qu’à procéder à toutes les mesures juridiques à leur encontre », précise M. Moussi.

 

Il a été également question d’adresser une autre correspondance à la direction de Nidaa Tounes ainsi qu’à tous les blocs parlementaires comprenant des destouriens et des RCDistes, ces blocs auxquels les Tunisiens ont voté dans l’objectif de leur « débarrasser de la doctrine des Frères musulmans et du projet obscurantiste », a finalement conclu Abir Moussi.

B.L

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (24)

Commenter

IBN KHLDOUN
| 17-05-2018 15:52
je ne peut qu'adhérer entièrement à cet appel. Pour que ce sentiment d'injustice soit entendu il faut l'internationaliser. C'est le prix à payer. Les ventrus d'après 2011 et l'islam politique venu de Londres ont infiltré les organes gouvernementaux pour ne plus jamais le lacher. Tous les ministères régaliens sont entre leurs mains. Ennahdha a désacralisé RAMADAN en l'utilisant comme une caisse de résonnance pour diffuser leur propagande. Les pays qui s'apprêtent à atterrir sur Mars ont compris et saisi l'enseignement du hadith du prophète qui stipule que l'homme au sens philosophique doit aussi OEUVRER pour une vie "presque" éternelle.

houda
| 17-05-2018 13:22
l histoire parlera d un certain president qui a trompè les tunisiens le bla bla bla de c est le resultat des votes qui a voulu ainsi ne tient pas debout c est meme ridicule bref il ne reste rien pour 2019 d ailleurs les elections municipales ont sonnè la fin de la recreation des nidaistes de toute les façons ils vont nous rendre compte on va pas les laisser partir comme si ils n ont rien fait YEBTA CHWA TOUS SANS EXCEPTION

takilas
| 17-05-2018 10:56
Qui c'est qui ose riposter ou porter plainte contre nahdha ?
Ces nouveaux venus de Londres et de Paris, en Tunisie, au cours de l'année 2011, sont devenus des intouchables et des bandits qui se permettent à tout et peuvent s'accaparer de tout, et se sont permis et accaparés de tout.
Dailleurs, et depuis l'année 2012 et jusqu'à ce jour nahdha est seul maître à bord et aucun ne peut le contrarier ni le contredire.
Toutefois, (est-ce suite aux instructions de Barack Obama?) il y a lieu de rappeler que le soi-disant parti Nida Tounis pourtant supposé vainqueur des élections en 2015, grâce à une réaction populaire grandiose d'amour-propre, n'est qu'un simple parti de décor qui n'a aucun pouvoir ni influence à leur égard; soit le silence et l'éblouissement les plus absolus, personne n'ose dire le moindre mot contre nahdha qui n'a peur de personne, et celui qui ose parler ou prononcer n'importe quel reproche aura sa sentence et sa sanction (la preuve Abir Moussi qui a été récemment inculpée d'un scénario monté toutes pièces), sauf peut-être le filou et pervers Moncef Marzouki peut mieux interpréter ses présumés et ses fallacieux droits de l'homme, quand on sait d'après ses écrits, que ces droits (des fins des temps) consistent et se limitent à ne pas arrêter son véhicule lors d'un contrôle routier, et par malheur au peuple tunisien trahi par des ingérences, connues par tout le monde, il a pu avoir gain de cause (grâce à la connivence de ses maîtres comploteurs qui l'ont envoyé en Tunisie) pour avoir habiter et salir la résidence de Bourguiba ; jamais habitée par quelqu'un d'autre à ce jour.
En Tunisie, depuis la venue de cet arnaqueur nahdha, il n'y a plus de justice, ni d'équité sociale, comme, et seulement à titre d'exemple et non l'ultime, il n'y a qu'à remarquer les injustices sociales par le biais des nourritures royales (crevettes, langoustes, viandes variées, poissons nobles, caviars ...) qui vont être jetées, au cours du mois ramadan, mai 2018, dans le poubelles des résidences luxueuses soit essentiellement des membres de la secte de nahdha ou même de leurs partisans et applaudisseurs qui ont été envoyés et mutés exclusivement à Tunis, quolsetvqui sont originaires des localités du Sud et ce à savoir Gabes et Mednine, qui ne sont autres que les villes originelles de la majorité dudit clan de nahdha, dont ces partisans ont été tous (sans exception à part quelques retraités ou sédentaires) mutés par centaines de milliers à Tunis pour avoir le privilège (tout-incultes qu'ils sont) d'être recrutés, d'ailleurs toutes les administrations et les sociétés étatiques sont tenues par nahdha (bien sûr par lesdits sudistes) ou ses milices et à qui il leur a ordonné de ne recruter, à Tunis, aucun autre originaire hors de la celle du Sud ; tout cela rentre dans la combine de préparer le terrain pour d'éventuelles élections et assurément rien d'autre.

anis
| 17-05-2018 08:43
C'est son droit de porter plainte contre les dirigeants d'Ennahdha
Mais attention, elle doit savoir qu'elle tient entre les mains une arme à double tranchant...
Son dossier doit être solide et costaud, avec des preuves accablants et irréfutables !
Sinon, comme ses prédécesseurs (M. Brahmi, B. Khalfaoui, M. bel hadj ali, L. Chattaoui, H. Rachid, M. Marzouk, T. ben Hassine,... ) elle perdra en crédibilité et fera encore une fois, une belle promotion gratuite à ce parti islamiste !

Abel Chater
| 17-05-2018 07:35
Au lieu d'être elle-même incarcérée pour soutien au dictateur déchu Ben Ali, qui vient d'écoper un emprisonnement à vie, elle essaye de le venger par les mêmes intrigues qu'elle a tétées de par sa famille d'Azlèms des deux dictateurs déchus Bourguiba et Ben Ali. Elle a été clairement sanctionnée aux élections municipales. Maintenant qu'elle a bien compris n'avoir aucun poids politique en Tunisie, elle essaie de tambouriner dans le vide pour qu'on parle d'elle. Celui qui creuse une fosse pour les autres y tombe le premier, et la pierre revient sur celui qui la roule.

Ahmed
| 17-05-2018 06:26
Mais la justice est elle indépendante ?

Léon
| 17-05-2018 06:25
Bonjour Abir et Ramadhane Moubarak;
Cela peut "marcher" si l'alliance atlantique les lâchait. En effet, nos frérots n'ont fait que répondre à ceux qui les ont placé au pouvoir, à savoir les coccidentaux ou plutôt les "atlantistes".
Nos coccidentaux avaient même trouvé qu'Al Nosra faisait du bon boulot. C'est qu'ils sont drôles nos coccidentaux! Ils ne veulent pas de çà chez eux, mais l'appuient chez les autres.
Vous savez pourquoi, ma chère Abir? Tout simplement parce que les frérots sont les seuls, à même de leur garantir la pérennité de la décadence arabe et même de la décadence du monde musulman sunnite. Donc de leur garantir la soumission du monde arabo-musulman sunnite. Sans oublier que nos cocoricoccidentaux ne sont pas les pires dans ce domaine et eux-même répondent aux injonctions des amerloccidentaux le doigt sur la couture.
Le jour où les cocoriccoccidentaux seront libérés par les urnes, c'est à dire le jour où les urnes auront choisi quelqu'un comme Mélenchon, ou mieux encore, quelqu'un comme Asselineau, nos frérots ne seront plus soutenus que par les euroccidentaux d'autres états soumis aux amerloccidentaux. Et là çà peut devenir plus simple de porter plainte pour crimes contre les enfants de la Syrie.
Il faut dire que l'ergo d'âne (ou l'erdogane, je confonds toujours ses noms-là), commence peut-être à battre de l'aile depuis que son peuple se pose des questions sur son alliance avec le pays qui tue des palestiniens.
Enfin, tu vois ya Abir, çà se joue vraiment beaucoup plus haut. La Tunisie Libre de Ben Ali pouvait condamner la tête haute et être écoutée: C'est peut-être pour cela (entre autres choses) que Ben Ali dérangeait.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

J.trad
| 16-05-2018 22:08
Pour avoir négligé leur devoir de mettre en relief la phrase au conditionnel (in 3odtoum 3odna) formulé dans la sourate el isrââ ,

Khneji
| 16-05-2018 20:31
Cette femme peut s exprimer maintenant comme elle ne l a pu faire durant les 23 ans de Ben ali...Elle a depose'plainte contre les islamisres et la justice va dire son mot c est tout.

takilas
| 16-05-2018 20:19
"Vous vous fatiguez à percevoir !"
Vous croyez au Père Noël ma foi !
Vous optez pour la naïveté !
Vous avez oublié qu'il y a tant d'autres qui ont porté plainte, et qu'à ce jour ils attendent que "le blé vienne de Beja" ; de Beja où les terres confisquées par le RCD ne sont pas remises à leurs propriétaires.

A lire aussi

Plusieurs députés de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) se sont adressés, dans une

24/05/2018 21:36
1

La chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Tunis a refusé aujourd’hui, jeudi 24

24/05/2018 20:53
0

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a condamné, dans un communiqué rendu public

24/05/2018 19:51
2

Des dizaines d’étudiants ont observé, ce jeudi 24 mai 2018, un sit-in devant le siège du ministère

24/05/2018 19:00
1

Newsletter