alexametrics
Chroniques

A la recherche de Pablo Escobar Gharsalli

A la recherche de Pablo Escobar Gharsalli

Par Marouen Achouri

 

La cavale de l’ancien ministre de l’Intérieur, NajemGharsalli, est quand même une belle histoire à raconter ! Aujourd’hui, il est à 99% hors du pays sinon les forces de sécurité du pays seraient vraiment nulles. Comme ce fût le cas pour l’illustre Pablo Escobar, la traque de Najem Gharsalli a nécessité la création d’une brigade spéciale par le ministère de l’Intérieur. Cet ancien juge se soustrait allégrement à la justice, il est en fuite et rien, pour l’instant, ne peut être fait contre lui.

 

Najem Gharsalli était en poste au tribunal de Kasserine, où ses frasques étaient déjà matière à anecdote dans la région. C’est en janvier 2015 qu’il avait été nommé Premier flic du pays. Une seule voix s’était élevée à l’époque pour nous prévenir du danger, celle de la juge Kelthoum Kennou. Quelques heures après l’annonce de la nomination, elle écrivait que c’était « le pire choix fait par le chef du gouvernement (NDLR : Habib Essid à l’époque) ». Elle avait également dit qu’il avait participé au harcèlement de ses collègues, que c’était un arriviste de la pire espèce et qu’elle ne lui ferait jamais confiance.

Et effectivement Najem Gharsalli a été fidèle à sa réputation. L’Histoire retiendra de son passage à la tête de l’Intérieur les attentats du Bardo et de Sousse. On a vu plus glorieux comme bilan à la tête d’un ministère aussi important. Par contre, cette expertise du fonctionnement des services de la police tunisienne a certainement dû l’aider pour pouvoir aujourd’hui se soustraire à la justice de cette manière.

Le fait que la police tunisienne ait été incapable de mettre la main sur Najem Gharsalli afin de le présenter à la justice est un scandale en soi. Les questions se multiplient à ce sujet, bénéficie-t-il de soutiens ou de protecteurs qui facilitent sa cavale ? Certainement. La police est-elle réfractaire à mettre sous les verrous leur ancien ministre et pense à l’image, déjà largement écornée, de sa corporation devant l’opinion publique ? Cela parait évident. Mais c’est surtout l’expression claire de la déliquescence d’un Etat qui s’est montré incapable de se prémunir d’abord contre le danger d’un ministre de l’Intérieur pas très recommandable et qui ensuite s’est montré incapable de lui mettre le grappin dessus et de le punir par la loi.

 

Il y a quelque chose de romanesque dans cette histoire. Quelque chose de profondément rebelle qui attire même la sympathie de certaines personnes. C’est comme si Najem Gharsalli, par son comportement, confirmait que le système qui gère le pays est aujourd’hui pourri jusqu’à la moelle. C’est comme si Najem Gharsalli disait : je ne serai pas le bouc émissaire de vos magouilles à la tête de l’Etat, je ne paierai pas les pots cassés à votre place, je me barre ! Certes, il est loin d’être aussi sympathique que les personnages de romans qui ont bercé notre enfance. Toutefois, quand le pied-de-nez à l’Etat vient de l’un de ses supposés commis, l’ironie est omniprésente. La phrase « et ils ne sont même pas capables d’arrêter Najem Gharsalli ! » sert désormais à décrédibiliser toute mesure, tout discours venant de l’Etat. Et c’est bien là le danger d’un Etat incapable de se faire justice. Si l’Etat n’arrive pas, ou ne veut pas, exécuter les ordres de la justice, comment le citoyen peut-il alors avoir confiance ?

La fuite de Najem Gharsalli, au-delà de son aspect spectaculaire et inédit, pose de sérieuses questions sur le fonctionnement de l’Etat dans ce genre d’affaires. Quand le politique se mêle à la contrebande, à l’espionnage et à la corruption, nous avons l’impression que l’Etat improvise, aussi bien au niveau légal, avec les assignations à résidence, qu’au niveau purement exécutoire avec cette incapacité à mettre certaines personnes sous les verrous. Nous n’avions franchementpas besoin d’une preuve supplémentaire des carences de notre Etat, nous en avons suffisamment.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (14)

Commenter

Pie
| 15-06-2018 06:46
je crois l'avoir aperçu hier soir s'entrainant aux côtés de Hussein BOLT dans un clip d'une chaine RUSSE.

MKH
| 14-06-2018 21:32
Najem Gharsalli n'est ni Pablo escobar ni Klaus barbie . Ce n'est pas non plus un braqueur de banques à la Mesrine ou un criminel de guerre genre Milosevic . C'est un citoyen tunisien, magistrat de son état qui, à la faveur des nominations partisanes et claniques s'est retrouvé un beau jour propulsé à la tête du ministère le plus craint et le plus redouté ( démocraties et dictatures confondus ) au monde : l'intérieur .
De son passage à la bâtisse grise de l'avenue Bourguiba il récoltera un palmarès peu reluisant : deux attentats sanglants , des bavures et une relation étriquée avec une large fraction du sérail politique . Juge à la main lourde du temps ou il bombait le torse dans la salle des pas perdus du tribunal de première instance de Kasserine , il fait face à la plus infamante des infractions qui peut frapper un responsable politique : atteinte à la sûreté de l'état . Ne pouvant supporter pareille injure ou accablé par un sentiment de culpabilité il a décidé de faire faux-bond à la justice de son pays dont il était aux avant-postes puisque procureur général prés la cour de cassation avant sa descente aux enfers .
Mais Gharsalli est-il coupable?
N'ayant pas suffisamment d'éléments sur une affaire aussi grave et compliquée que seuls ceux qui ont eu accès au dossier peuvent se prononcer sur la véracité des faits qui lui sont reprochés , on ne peut jeter aux orties un homme qui bénéfice encore de la présomption d'innocence sous peine d'élucubration .
Il n'en demeure pas moins que son refus d'être auditionné et sa fuite programmée ou à la sauvette le desservent autant qu'ils l'accablent et c'est une lapalissade que de dire qu'elles constituent des preuves pour une culpabilité et dans l'optique d'une condamnation , des circonstances aggravantes . Dès lors , qu'il comparaisse devant ses juges ou qu'il soit jugé par défaut , le sort de l'ancien ministre de l'intérieur semble scellé : ou il écope d'une peine lourde et exemplaire ou il s'offre une réhabilitation à la Dreyfus .

Ali Baba au Rhum
| 14-06-2018 14:30
J'ignore pourquoi on compare Pablo Escobar, celui qui fut considéré comme le roi de la Blanche , à ce ministre qui a pris la poudre d'escampette; Escobar représentait quand même une part importante du PIB de son pays, la Colombie , dont bon gré mal gré il a contribué à rééquilibrer la balance commerciale ; il a procuré du travail à des milliers de ses compatriotes . Son tort fut évidemment de pénétrer avec succès le marché nord américain de la drogue ,sans le parrainage nécessaire à cela, en particulier celui de la CIA. Pablo Escobar fut un criminel, mais ceux qui l'ont tué ne sont pas des vertueux. Qu'en est il du ministre Gharsalli? il parait qu'il fut un mouchard de Ben Ali au sein de la magistrature mais cela ne fait pas de lui un trafiquant de drogue; il se serait acoquiné avec les milices libyennes de Belhaj, mais on pourrait incriminer beaucoup de personnes à Montplaisir pour les mêmes raisons , et pourtant, dans cette affaire, il est le seul à avoir été accusé de trahison . On a également mis en cause son incompétence dans les attentats du Bardo et de Sousse, 2 mois après son intronisation, et il aurait effectivement dû alors être démis de ses fonctions, mais pour des raisons politiques , et pas techniques . Et pourtant il avait été maintenu à son poste parce que d'aucuns à la tête de l'Etat ne voulaient pas céder face à l'opposition , ou la voix de la Rue. Et puis il ya eu ces rumeurs de terroristes relâchés, où le sexe aurait joué un rôle déterminant., mais on dit tellement de choses. Et finalement, aujourd'hui en fuite, il est désormais voué aux gémonies. Najem Gharsalli a t il failli? certainement ...en tous cas, on le dit. Mais était il possible de le juger seul ? certainement pas, En fait l'impression qui se dégage dans cette affaire, est celle d'un commis nommé à un poste crucial de l'Etat non pas à cause de ses qualités, mais justement à cause de culpabilités tellement avérées qu'il en serait plus qu'aisé de s'en débarrasser , au moment opportun , en faisant l'économie d'un procès à grand spectacle..

lchef
| 14-06-2018 13:52
Nanou connaît bien Gharsalli et avait recommandé de ne pas le désigner au poste de Ministre de l'intérieur.
Malheureusement , d'une façon générale les décideurs ne tiennent pas compte de certains commentaires qui pourraient être utiles, des données qui pourraient être importantes et des réclamations qui pourraient éclairer davantage leurs décisions.
Ainsi, il s'est avéré Gharsalli qu'il ne méritait pas ce poste.En fait , il devrait assumer et il ne devrait pas fuir comme un gamin .
Il ne s'est pas comporté en homme , C'est pourquoi sa désignation, comme nombreux n'étaient pas bien étudiée.

J.trad
| 14-06-2018 11:18
Je croix que même en cas d'alzaymer ,ce nom restera quand même ,sa biographie est répertorié dans beaucoup de livres de biographie des célébrité ,pour fuir les agents du calife (almansour Al 3abbasi ) il se déguisa dans la peau d'une chèvre ,qu'il portait à l'envers , il suscita le pardon du calife ,en participant à l'extermination de fir9at (arrawadya)tout en portant les chaînes (je ne comprends pas comment cela s'est pu être fait?!),mhall achahed ,j'espère que ce monsieur puisse trouver un sort de clémence ,de quelque genre que ce soit ,l'accusation ne me paraît pas bien fondée,le patriotisme se confond dans beaucoup de cas ,à (khiyana 3odhma) ,alors que tous les chefs d'?tats son en état de (khiyana 3odhma) en regardant les bras croisés ,Israël(ta3ithou fasadan fi ardhin ,wa cha3bin),dans le temps ceux qui approuvaient le nationalisme de (naisseur ,ou de ghadafi )étaient considérés (traîtres),ceux qui cajolent aujourd'hui la trompe de Trump ,personne ou presque ne conteste leurs fresques ,le monde est (fou)

J.trad
| 14-06-2018 10:11
Je croix que sa disparition est encore sans nouvelles .

Amilcar
| 14-06-2018 03:39
Aussi! Apparemment ça fraie aussi dans les lobbies des médicaments et remonter la filière jusqu' au Padre de Montplaisir..
Ils reconnaissent en toute impunité la présence de lobbies, ..! Sans craindre de suites.. C ' est vous dire l' arrogance et l' insolence de cette gangrène de mafia! Ils ont mis l es. Gvt dans leur main et deviennent de plus en plus entreprenants et effrontés.. Grâce à qui? .
.

Nasser
| 14-06-2018 01:26
Et dire que pas plus tard qu'hier le gendre du roi d'Espagne (mr. Undangarin) a écopé de 5 ans de prison ferme plus une forte amende pour corruption.
La loi est égale pour tous sauf dans des républiques bananières comme la notre oú l'on nomme des ministres tout en sachant qu'ils trainent des casseroles.

TATA
| 13-06-2018 22:17
J'ai eu un réel plaisir de lire votre article ci-dessus!
Merci

Mohamed Obey
| 13-06-2018 21:03
Le citoyen ordinaire est à la merci des tempéraments de juges peu honnêtes qui pénalisent les innocents et récompensent les criminels! Les juges reçoivent des salaires de la poche du contribuable pour manquer à leur devoir... comme le reste des commis de l'Etat!

A lire aussi

Bienvenue à l’émirat du Kram, où les lois divines sont respectées, où l’Etat de droit n’a plus lieu

17/08/2018 15:59
14

Il y a quelques jours, une discussion fort intéressante a eu lieu par le biais du réseau social sur

16/08/2018 16:45
3

On ne se rend pas compte de la violence du discours actuel et pourtant toute cette haine que

15/08/2018 16:59
23

Samedi 11 août, elles étaient là avec leurs foulards et leurs niqab. Ils étaient là avec leurs

13/08/2018 15:59
35

Newsletter