alexametrics
Chroniques

A Kasserine, les terroristes sont chez eux

A Kasserine, les terroristes sont chez eux

Par Synda Tajine

 

Ce qui s’est passé à Kasserine vendredi dernier mérite qu’on en parle. Un groupe terroriste s’attaque à une agence bancaire et dérobe près de 300.000 dinars. Il poursuit ensuite un citoyen jusque chez lui et l’assassine devant ses enfants. Un groupe de 12 personnes en tout. On se partage les tâches et on accomplit un plan bien ficelé. L’agence bancaire se trouve à proximité d’un poste de la Garde nationale et la ville est surveillée de près compte tenu de la menace terroriste – permanente – qui y règne. Pourtant, les terroristes arrivent tout de même à voler la somme d’argent dont ils ont besoin. Ils arrivent aussi à s’introduire chez un citoyen – Khaled Ghozlani - pourtant fortement menacé, et à l’assassiner. Ils arrivent par la suite à prendre la fuite et à retourner dans les montagnes qui leur servaient de cachette dès le départ.

Cet attentat terroriste des plus odieux rappelle ce qui s’est passé il y a quelques mois. En août 2018, un groupe terroriste de 11 personnes s’attaque à une autre agence bancaire, toujours dans la ville de Kasserine, et y vole 90.000 dinars en espèces. Les assaillants sont armés et le modus operandi est le même. Pourtant, les terroristes réussissent à reproduire presque la même opération qu’il y a 5 mois, l’assassinat en moins. Dans leur schéma, ils sont aidés par les citoyens de la ville qui leur servent d’indics et de « facilitateurs ».

Il s’agit d’une opération de « Ihtitab », autrement dit un ravitaillement selon un lexique propre à Daech ayant une base religieuse. Une opération désespérée qui renseigne sur l’état des terroristes à l’heure actuelle qui se trouvent obligés de recourir à ce genre d’attaques hasardeuses afin de s’approvisionner et d’alimenter les caisses, vides après que nombreuses de leurs sources de financement ont été éliminées par les forces de l’ordre.

 

Malgré tout cela, l’attentat terroriste de la semaine dernière a moins ému que l’attaque de l’avenue Habib Bourguiba, en plein cœur de la capitale, le 29 octobre dernier. Plusieurs blessés ont été enregistrés certes mais, hormis la kamikaze, il n’y avait pas eu de morts. Pourtant, le pays entier était en émoi. C’est dire le poids des disparités régionales en Tunisie. Un mort à Kasserine ne vaut pas nullement un autre en plein cœur de l’avenue Habib Bourguiba. Même en matière de terrorisme, les citoyens ne sont pas égaux devant l’horreur.

L’attentat de Kasserine et l’assassinat de Khaled Ghozlani, rappellent le tristement célèbre drame de la famille Soltani en 2017. En effet, Khaled Ghozlani a été assassiné un mois après que son frère le caporal Saïd Ghozlani, a connu le même sort. Les terroristes ont décidé de se venger de Khaled après que celui-ci les a défiés dans les médias suite à l’assassinat de son frère. L’un des terroristes ayant tiré sur Khaled Ghozlani est un autre Ghozlani, un membre de sa propre famille.  

 

A Kasserine, les terroristes font partie de la ville. Certains sont des cousins, d’anciens camarades de classe, des frères, des voisins, des visages connus. Les gens se connaissent entre eux et connaissent ces « âmes perdues » qui ont « mal tourné » - ou pas, ça dépend du point de vue dans lequel on se place - et qui ont rejoint les combattants dans les montagnes. Si tu n’es pas avec eux, tu es forcément contre eux.

 

Khaled Ghozlani a défié les terroristes sur un plateau TV leur signifiant qu’il n’abdiquera pas et qu’il ne se ralliera pas à leur cause. Ils se sont vengés et ont décidé de le liquider. Idem pour Khalifa Soltani qui a fait montre d’un courage exceptionnel après que la tête de son petit frère, a été livrée à la famille.

Deux familles doublement endeuillées à cause du terrorisme qui sévit dans la ville. On me taxera de populisme si je parle de la pauvreté, de la marginalisation, du manque d’éducation, d'opportunités, de vision et d'espoir de ces jeunes qui finissent par basculer, mais ceci est une réalité que personne ne pourra nier.

 

Les dispositions prises par les forces de l’ordre, la visite de Hichem Fourati dans la ville et l’annonce de nouvelles mesures pour intensifier la lutte contre le terrorisme ne sont qu’un aveu d’échec. Non que le terrorisme puisse être facilement éradiqué, mais que les causes, faisant que certains choisissent de basculer, seraient à regarder de près dans ces villes desquelles certains préfèrent détourner le regard…

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (11)

Commenter

Zohra
| 20-12-2018 10:27
Allah yarhmou JOHN WAYNE, je doute fort que ces écrits lui appartiennent.
JW avait un style bien a lui . Il ne faisait pas autant de fautes. Il était très assidu dans ses écrits.

Merci quand même de lui avoir rendu hommage.

Cassius Clay
| 20-12-2018 09:31
Selon vous, les habitants de Kasserine et de sa région seraient ils les complices des terroristes? il faut d'autant plus de preuves pour avancer ce genre d'affirmations que dans le même temps vous admettez l'existence d'une guerre civile qui commence à briser les familles . Quant aux forces de l'Ordre, il est de notoriété publique que les Ministères de l'Intérieur et de la Défense, prennent toujours soin de nommer leurs agents hors de leurs régions d'origine. Si donc ces derniers n'ont pas bougé durant le hold up, c'est qu'ils n'ont pas reçu l'ordre de le faire ; ou pis : ils ont reçu l'ordre de ne pas le faire. C'est donc du côté du Gouvernement, mais aussi de la Présidence, qu'il faut en chercher la raison.

JOHN WAYNE
| 19-12-2018 13:50
UNE ATTAQUE TERRORISTE DE GRANDE ENVERGURE PLANIFIEE EN TUNISIE POUR LE DEBUT JANVIER 2019 !

Que les Tunisiens et leur fausse révolution aient déstabilisé le monde et créé de multiples guerres interminables dans le monde Arabe ne demeure plus à prouver.
Mais en histoire, il y a en général un retour de monnaie implacable et inévitable : Les pays qui sèment la discorde par leurs armées de traitres et de renégats se retrouvent eux-mêmes au banc des accusés de l'histoire et subissent les conséquences de leurs méfaits.
Comme je l'ai souvent mentionné dans mes écrits sur ce valeureux journal électronique, les ennemis de la Nation Tunisienne peuvent être classés en trois entités bien distinctes : les beurres c'est-à-dire les Tunisiens des deuxièmes générations vivant en Europe ou ailleurs, les Tunisiens militants des droits de l'homme, et les islamistes Tunisiens.
Tous ont en commun un financement direct ou indirect provenant des tentacules de la CIA et du Mossad et qui ne sont autres que les ONG des droits de l'homme.
La Syrie que les Tunisiens souhaitaient voir être réduite en cendres au nom de la démocratie et des droits de l'homme, est ce qui sera fatal à la Nation Tunisienne.
Car en Syrie, l'initiale guerre civile s'est transformée en un conflit entre super puissances.
Il y a d'un côté la Syrie qui vient de recevoir 8 batteries de missiles S-300 et environ 90 missiles d'un côté, et Israël et les Etats Unis qui viennent de lancer une campagne aérienne sous forme de frappes de missiles et de bombardements par avions furtifs de l'autre coté.
Il s'agit d'une guerre a haute technologie sur fond de terroristes en majorité Tunisiens en cavale vers la Libye car traqués par les forces Syriennes de Bashar et leurs blindés équipés des logiciels électroniques de guerre Russes les plus performants.
Bashar gagne au sol et il ne lui reste plus qu'a gagner dans les airs et la livraison de missiles S-300 pourrait créer un changement radical des forces en présence.
Souvenez du théorème de John Wayne numéro 1 :
La guerre de Bashar sera gagnée le matin ou l'on montrera à la Télévison Syrienne les débris d'un avion Israélien sur le sol Syrien abattu par les missiles S-300 de Poutine.
Cette défaite des forces terroristes au sol en Syrie a créé un véritable exode de combattants en majorité Tunisiens qui se sont refugiés dans le désert du Sud Libyen.
Adjabiya a peiné à repousser un assaut armé de DAECH cette année car DAECH en Libye est aujourd'hui plus riche en armes et en effectifs sous le commandement de leur nouveau chef Abou Al Baraket, responsable des massacres des Coptes Egyptiens, et ancien chef des tribunaux de type Chariaa à Mosul.
Abou Al Baraket a récemment exposé ses effectifs et ses plans qui incluent des attaques de grande envergure en Tunisie d'où de nombreux drones américains opèrent en direction du territoire Libyen.
Environ 5000 nouvelles recrues originaires de 41 pays ont rejoint récemment les rangs de DAECH en Libye. Parmi ces nouvelles recrues il y aurait environ 2000 Tunisiens.
Leur plan est de s'attaquer au forces gouvernementales Libyennes mais aussi de perpétrer des attaques terroristes simultanées et de grande envergure en Tunisie afin d'achever un pays en banqueroute financière et morale.
L'année 2019 pourrait être une année sanglante dans un pays géré par des agents de la CIA, du Mossad et du Qatar, et leur peuple de gueux en guenilles.

JOHN WAYNE

VIVENT LE NATIONALISME TUNISIEN ET ARABE !
MORT A LA REVOLUTION TUNISIENNE DES TRAITRES SIONISTES !



7ay
| 18-12-2018 22:02
Faiblesse manifeste des services de renseignement, sinon comment ne pas pouvoir infiltrer ces groupuscules et les identifier ? Si on confiait cette tâche aux MOSSAD Israélien les ratons de Echaanbi ne résisterait pas plus d'une semaine

Foued
| 18-12-2018 19:45
Oui c triste.

Abir
| 18-12-2018 19:28
Quand le comité de défense et du sécurité présidé par un membre Nahdaoui Ekmeki,comment peut on croire encore en l'importance d'une service secret par nos sécuritaires,quand le ministre de l'intérieur,nous disait qu'il faut aménager les services sécuritaires actuels à Gasrine pour manque d'efficacité,comment peut il se faire des changements d'hommes quand Ennahda qui décide quel personne pourrait être à tel place!?

HatemC
| 18-12-2018 18:13
Kasserine restera peuplé de tribus qui s'entretuent à la première occasion et profitent de terre domaniale que les tribus se partagent, l'Etat est absent pour récupérer ces TERRES '?'
Ce chef lieu a connu de violents affrontements entre deux tribus, « Awled Ayar » ( Ayari de l'ARP est issu de cette tribu ) et « Awled Khalfa » pour mettre la main sur un Henchir de l'Etat '?' tout leur revient ces gens '?' ils n'ont que leur propre intérêt qui prime '?'

On se rappelle aussi l'épisode de Gharsalli issu d'une tribu et protégé, l'Etat n'y peut rien contre lui '?'
Le système tribale est fort dans ce chef lieu mais dans tout le SUD en fait '?'
Des tribus qui ont fait allégeance avec les islamistes, c'est un pacte entre islamistes et tribus '?'

D'ailleurs les cadres islamistes de Nahdha sont eux mêmes issu de tribus '?' les Bennani, Gahnnouchi, Laarayedh, Jaziri, Chourou, marzouki, '?' et il ne faut pas oublier que les chefs lieux limitrophes, Sidi Bouzid, Sfax, Gafsa, Gabes Tataouine '?' le système tribal prévaut, l'Etat est inexistant,

On nous ment quand certains médias nous parlent de marginalisation de ces chefs lieux '?' Ils ne veulent pas de la présence de l'Etat synonyme de justice entre tous les Tunisiens '?'

Ces terroristes sont bien sûr issu de ces tribus et sont protégés par les leurs '?'

Il ne faut pas croire que ces terroristes vivent terrés, UN GHOZLANI TUE UN AUTRE GHOZLANI ...un Ghozlani qui est sorti du cercle dont le frère était un TAGHOUT ...fallait les éliminer '?'
Ils ont eu 40 minutes pour exécuter leur acte macabre '?'

Le Sud tribal est ENDOGAME '?' qui veut dire consanguin et qui veut dire qu'ils tous cousins et ont des liens familiaux, les tribus s'unissent entre membre de la même tribu ...

La région de Kasserine est la désolation même aucune habitation n'est finie, une ville LAIDE et dire qu'elle était belle du temps de la colonisation, j'ai visionné des vidéos et je ne supporte la déchéance de cette ville, ces tribus ont repris une ville moderne et l'ont clochardisé '?' alors que cette région regorge de TRESOR mais comme le disait Ibn Khaldoun, 3ouribet Khouribet '?'

Région qui abrite 2 instituts universitaires de 1er plan, '?' les contrebandiers n'investissent pas dans la technologie et l'avenir de leur enfants, les étudiants qui sortent de ces instituts vont grossir le contingent des chômeurs '?' et s'embrigadent pour mettre à feu et à sang le pays ...

Kennedy disait ... 'Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays.'?'

Le tourisme pourrait sauver cette région si ses habitants étaient éduqués et instruits et visionnaires '?'

Sbeïtla par exemple est surtout connue pour ses ruines, les mieux conservées de la Tunisie antique.
Séfutela devenue Sbeïtla pourrait transformer cette région ...
Place du capitole et les trois temples
Arc de Dioclétien
Arc de triomphe d'Antonin le Pieux
Que voulez vous l'arabe ne met jamais en valeur son patrimoine '?'.
Pauvre pays marginalisé '?'
Pauvre pays paupérisé '?'
Pauvre pays islamisé et zarabisé
Pauvre pays qui a perdu son âme son identité tunisienne
Et dire que ces tribus se sont soulevés contre les OTTOMANS pour leur liberté et imposer leur Tunisianité '?' que s'est-il passé entre temps HC

Jilani
| 18-12-2018 17:13
Naqdh, les frères soltani, ghozlani font partie d'une catégorie de bas niveau de martyrs. Leur assassinat ne provoque rien au palais du clan mafieux ni même chez la majorité des tunisiens. Et on se moque de l'Arabie saoudite pour avoir tué un journaliste. Les arabes et tjrs sont champions dans la manière de tuer leurs opposants. Les dae-chiens sont après tout des arabes. Le vieux renard ne s'inquiète que pour sa famille et les proches de son fils debile. Kasserine, sbiba, siliana .... Toutes ces régions sont pour lui des terres inconnues habitees par des oubliés.

TunPat
| 18-12-2018 17:05
Chère Synda et vous avez oublié l'attaque en ville de Kasserine en Mai 2014 je crois , de la maison du ministre de l'Intérieur de l'époque Ben Jeddou avec comme bilan 4 policiers morts et 2 blessés et déjà à l'époque les terroristes se sont repliés sans qu'ils ne soient pris à parti ou poursuivis . sans compter les massacres périodiques de nos soldats et ceux morts ou blessés par les mines posées sur leurs chemins et et et Mr. le ministre déclare qu'il va prendre des mesures exceptionnelles parce que le gouvernorat de Kasserine est exceptionnel ! ah bon c'est maintenant qu'il découvre cela ! bizarre !!!

Feu ma grand mère aurait dit " ba3d ma itkhiv chra mokhla" après avoir subi la catastrophe il a acheté un fusil"

Hanni2
| 18-12-2018 16:49
Evidemment cela joue un rôle on ne vas pas le nier..en revanche cela n'explique pas TOUT! Loin s'en faut...Car dans bien des endroits de ce monde des jeunes vivent dans la misère la plus totale et ne vont pas pour autant liquider leurs concitoyens et corréligionnaires...la différence?..Une certaine idélogie peut-être?...portée et promulguée par des gens occupant des responsabilités au plus haut sommet de l'état...enfin voila! Tout le monde aura compris...

Hannibal

A lire aussi

Une belle semaine politique finalement. Ah ce qu’on s’est amusés, surtout que nous avons eu droit à

21/01/2019 15:59
40

La commission administrative de l’UGTT a donc annoncé une grève générale du secteur public de deux

20/01/2019 18:00
9

Il ne fallait pas se bercer d’illusions. Le sort de la grève générale dans le secteur public était

17/01/2019 18:02
5

Le doyen des clubs tunisiens, l’Espérance sportive de Tunis, a débuté, depuis hier 15 janvier 2019,

16/01/2019 16:00
4

Newsletter