alexametrics
Chroniques

8 ans après la révolution, la mendicité pour survivre

8 ans après la révolution, la mendicité pour survivre

 

Par Nizar Bahloul

 

Il y a 8 ans, le 17 décembre 2010, protestant une décision administrative, un jeune marchand ambulant s’est immolé par le feu à Sidi Bouzid. Quelques jours après, le président de la République fuit le pays et le laisse livré à lui-même. On a appelé ça révolution. Les occidentaux ont appelé ça la révolution du jasmin. Le jeune, on l’a appelé martyr. Les occidentaux, l’ont transformé en diplômé de l’enseignement supérieur, poussé au désespoir et au suicide par une dictature sanguinaire. Les historiens auront du mal à dire ce qui s’est réellement passé les jours, les mois et les années suivant ce  17 décembre 2010. La vérité est autre, mais chacun a la sienne. La colère actuelle des gilets jaunes français est supérieure à celle des soi-disant révolutionnaires tunisiens entre le 17 décembre et le 14 janvier. A la différence que derrière les gilets jaunes français, il n’y a pas de snipers, il n’y a pas d’ONG, il n’y a pas d’Al Jazeera et France 24, il n’y a pas d’islamistes, il n’y a pas de George Soros.

Huit ans après le 17 décembre 2010, le bilan est triste. Une femme connue pour son mercenariat et ses mensonges a été chargée de présider une instance nationale pour nous dire la vérité et nous rendre la dignité. Huit ans après, et après quelques dizaines de millions de dinars dépensés, la vérité est étouffée et la dignité a disparu.

Huit ans après le 17 décembre 2010, on a toujours des marchands ambulants poursuivis par l’administration municipale. Y en a même qui se sont immolés par le feu que ni Al Jazeera ni France 24 n’ont vu.

Le 17 décembre 2010, on avait un mort. Le 17 décembre 2018, on enregistre des centaines de morts à cause du terrorisme. Nous étions un rempart contre le terrorisme, nous sommes devenus des exportateurs de terroristes. Y en a même qui ont occupé les plus hauts postes à la tête de l’Etat.

Le 17 décembre 2010, on avait une, deux, trois familles de corrompus qui se pavanaient en toute indécence. Le 17 décembre 2018, on a des centaines de gros bonnets corrompus. Y en a même qui se pavanent avec des licences d’ONG anti-corruption et nous donnent des leçons de patriotisme, de savoir-vivre, de journalisme et d’intégrité.

Le 17 décembre 2010, on avait un Etat comptant beaucoup de défauts et qui manquait de vision globale et de politique sociale juste. Le 17 décembre 2018, on a un Etat par défaut qui n’a ni vision, ni politique. Et on doit nous estimer heureux, car la politique de nos gouvernants d’avant 2015 était de remplacer l’Etat défaillant par un Etat islamique et un califat néo-ottoman.

 

Malgré tout ce qui précède, je reste persuadé que notre situation au 17 décembre 2018 est meilleure que le 17 décembre 2010.

Les Français ont bien modernisé la Tunisie, mais la Tunisie était colonisée. La Tunisie d’avant l’indépendance était plus moderne qu’après, mais elle est indépendante et c’est ce qui compte le plus. La Tunisie d’après la révolution est plus chaotique qu’avant, mais elle est démocratique et libre du joug dictatorial et c’est ce qui compte le plus. Nos enfants ne connaitront pas de torture, ne connaitront pas de censure, ne subiront pas le zèle d’un flic et le racket d’un Trabelsi. Nos gouvernants, nous les choisirons et les critiquerons. Nos corrompus, nous les dénoncerons et les emprisonnerons. Nos islamistes, nous les obligerons à adopter la civilité de l’Etat et à abandonner la violence. Nos projets de dictateurs, nous les étoufferons.

 

Le chef du gouvernement Youssef Chahed était en Arabie Saoudite du 12 au 15 décembre. Il y a rencontré le Roi et le prince héritier avec qui il a eu des tête-à-tête fructueux. A l’issue de la visite, il nous a annoncé avoir réussi à obtenir quelque 1,5 milliard de dinars (soit 500 millions de dollars) sous une forme à fixer ultérieurement. De la mendicité ? Ça y ressemble. Les Saoudiens ont le sens de l’accueil, surtout en cette période post-scandale Khashoggi, et Youssef Chahed a été très bien reçu. Tant mieux ! Mais fallait-il en arriver là ? A aller quémander quelques dollars un prince et un roi à la réputation actuelle des plus sulfureuses ? Où sont les principes, quelle valeur pour les idéaux ?

Entre la théorie et la réalité du terrain, il y a un gap. En realpolitik, il n’y a point d’idéaux ni de principes. Le même prince saoudien a été reçu par Donald Trump. En son temps, Nicolas Sarkozy recevait Bachar El Assad et Moammar Gueddafi à Paris (et il lui a même dressé une tente). Le roi du « donnage » de leçons Moncef Marzouki aime bien insulter les dictateurs et les sanguinaires, mais il devient une carpette devant le sultan turc et le prince qatari.

 

Pendant que Youssef Chahed était à Ryadh, espérant obtenir 500 millions $, les grèves et préavis de grève se multipliaient à Tunis. Entre les contrôleurs aériens (qui menaçaient de fermer le ciel tunisien), les transporteurs de carburant et les distributeurs de bonbonnes de gaz, on avait l’embarras du choix. Les enseignants ont fait ce que bon leur semblait en toute indécence et impunité. Nos enfants n’ont pas passé leurs examens, mais cela ne semble pas trop agacer leurs éducateurs. Les enfants de riches iront à l’école privée et réussiront, les enfants de pauvres auront le choix entre les camps des chômeurs diplômés remplissant les cafés, les boulots de contrebandiers ou de marchands ambulants qui s’immoleront un jour par le feu ou encore ceux des émigrés clandestins traversant la Méditerranée à bord d’un « chqaf » (embarcation de fortune).

Pendant que Youssef Chahed était à Ryadh, espérant obtenir 500 millions $, les députés faisaient l’école buissonnière pour les uns et bloquaient des lois importantes pour les autres. D’autres lois (encore plus importantes pour l’économie du pays) dorment dans les casiers depuis des mois.

Peut-on vraiment dénoncer ces enseignants-grévistes qui n’ont plus d’autre solution que la grève pour obtenir des droits ? Peut-on vraiment dénoncer des députés qui n’ont pas vraiment les moyens d’examiner en toute sérénité autant de lois importantes ?

 

La réalité étant ce qu’elle est, le gouvernant (quelle que soit son identité politique) a des arbitrages à faire et des urgences à gérer.

Pour y faire face, il n’y a pas 36.000 solutions, il suffit d’adopter les méthodes qui ont réussi ailleurs pour booster la productivité, relancer la croissance et réduire le déficit budgétaire, l’inflation et le chômage.

La solution idoine est que tout le monde se mette au travail et produise des richesses supérieures à ses réclamations. On n’en est pas là. On ne dénonce pas le fonctionnaire absent du bureau ou l’ouvrier qui a mis sa blouse bleue sur le porte-manteau, on préfère porter un gilet rouge et rajouter une couche de problèmes et de zizanie à ce qui existe déjà.

L’autre solution est de privatiser les sociétés publiques où l’Etat n’a plus à être (RNTA, Star, Oaca, etc). On n’en est pas là, l’UGTT et quelques députés gauchistes vivent encore à l’ère soviétique et bloquent tout le process. Cette même UGTT qui a bien voulu privatiser sa société d’assurances et vendre son hôtel, tous les deux déficitaires, mais qui refuse que l’Etat fasse de même.

L’autre solution est de réduire les impôts des entreprises créatrices d’emploi pour qu’elles puissent investir. On n’en est pas là, la mentalité socialiste de gauche domine la scène et l’administration préfère user du bâton du contrôle fiscal plutôt que de la carotte des encouragements fiscaux.

L’autre solution est de débureaucratiser l’administration pour que celle-ci soit une facilitatrice des acteurs économiques et non un facteur de blocage, mais on n’en est pas là.

L’autre solution est d’attaquer le commerce informel et le pousser à rejoindre l’économie réelle, mais on n’en est pas là, les mafias sévissent partout et les lois actuelles poussent plutôt vers l’évasion fiscale que l’inverse.

 

Les blocages sont multiples et leurs raisons sont nombreuses. La réalité étant ce qu’elle est, le gouvernant (quelle que soit son identité politique) a des arbitrages à faire et des urgences à gérer.

Huit ans après le 17 décembre 2010, les multiples solutions sont inapplicables et le peuple a besoin de manger. Il ne travaille pas et veut un salaire, il observe la grève et veut être rémunéré. Autrement, il te bloque les autres appareils de production et prend en otage tes gamins.

Que faire ? Le chef du gouvernement Youssef Chahed était en Arabie Saoudite du 12 au 15 décembre. Il y a rencontré le Roi et le prince héritier avec qui il a eu des tête-à-tête fructueux. A l’issue de la visite, il nous a annoncé avoir réussi à obtenir quelque 1,5 milliard de dinars (soit 500 millions de dollars) sous une forme à fixer ultérieurement. De la mendicité ? C’en est une !  « Joyeuse » fête de la révolution !

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (18)

Commenter

Mouaten_X
| 21-12-2018 19:21
Ca fait 8 ans que personnellement je le dit : thaouret "krimet Allah" et non el Karama.
La Karama s'est enfuie de "biled ettaranni" ou le Trabelsia sont à tous les coins de rue et sur les bancs de l'assemblée. Nos martyrs sont morts pour rien, puissent ils nous pardonner. Nous avons raté une occasion historique de sursaut pour relever l'un des meilleurs pays de la région. La médiocrité est un cancer généralisé qui nous ronge chaque jour, inexorablement. Nous avons mérité BenAli, Marzouki et les autres charlots qui nous gouvernent et les pires sont à venir malheureusement. Tout ça pourquoi ? La démocratie (sic), ce qui globalement veut dire chez nous la possibilité pour n'importe quel imbécile de dire n'importe quoi. Meskina Tounes.

Amaricano
| 20-12-2018 14:26
Mr N.Bahloul votre soutien à l'échec politico-économique et sécuritaire de Y.C vous éloigne un peu plus de votre rôle journalistique.
Qu'avons-nous gagné des ces 8 années de désordre et d'anarchie?
Un état faible et un gouvernement sous influence islamiste.
Une administration plus chaotique .
Une population appauvrie etc etc....
Le seul gain c'est plus de bavardage politique sur nos écrans et du bla bla bla journalistique sans suite.

Zohra
| 18-12-2018 17:01
Petite décennie d'illusions, d'idéologie, de folies, de trafiquants de tout genre , de retournements, de drames individuels et collectifs, de corruption, de promesses steriles, de deficit politique et en définitive de mal gouvernance qui a ramené le pays à la faillite morale, sociale et intellectuelle.
La passe difficile que traverse actuellement le pays, tant sur le plan politique qu'économique, laisse la Tunisie toujours à la recherche d'elle même et de leaderships honnêtes et charismatiques malheureusement. La Tunisie
est polluée que par des vetours arrivistes mafieux.

Un petit hommage à John Wayne Allah yarhmou, il nous manque

Justinia
| 18-12-2018 16:19
"Les français ont bien modernisé la Tunisie".Cette Tunisie aurait pu rester moderne sans les islamo-fascistes.
"Nos islamistes,nous les obligerons à adopter la civilité de l'Etat et à abandonner la violence"( plutôt l'islamo-terrorisme ).Vous m'avez l'air bien naïf.Ces gens ont un plan :un état islamique et la charia comme constitution.
Je rejoins Hatem C. pour dire que cette "révolution" est un coup d'état islamiste.

Ali Baba au Rhum
| 18-12-2018 13:56
Quel appareil de production?

hamadi
| 18-12-2018 12:23
tres bonne analyse............. et pendant ce temps on gracie un leche bottes,qui vit aux crochets de l etat ............ pauvre tunisie.

G&G
| 18-12-2018 11:23
Je vois le nouvel uniforme de l'équipe de BN
Je rêve de voir un même uniforme pour tous les tunisiens.
Je rêvé de voir un régime militaire fort qui impose un service militaire de deux ans obligatoires pour tous et sans exception fille ou garçon riche ou pauvre pour faire apprendre au citoyen la façon de marcher, la façon de parler et la façons de puiser dans sa matière grise.
Je rêve de voir des bouches cousues des citoyens occupés 16 heures par jour 7 jours sur 7 et 12 mois sur 12
Je rêve de voir la fin de cette récréation qui a trop duré
Sayeb 3alik bla kallou thawra
Le tunisien se régale par le poisson du siècle

Kénani Sadok
| 18-12-2018 10:18
Analyse très exhaustive de ce que fut ce 17 décembre 2010 de triste mémoire,du moins pour certains,quant aux perspectives á venir,il semblerait que l'optimisme n'est plus de circonstance mais qui vivra verra..ainsi donc d'après Mr Bahloul la Tunisie était plus moderne avant qu'après l'Independance,il est vrai que vous êtes d'une génération qui n'a pas connu les affres du trachome le matin avant d'aller à l'Ecole oú bien la mise en quarantaine s'il s'avérait que votre tête était porteuse de poux sans oublier d'autres maladies encore plus dévastatrices tels le choléra ou la peste,heureusement que le "Dictateur" Bourguiba était là pour faire "d'une poussière d'individus" une vraie Nation,comme se plaisent à le moquer ses détracteurs actuels en manque d'arguments,eux qui nous ont retourné presque á l'âge de la pierre..pour le reste,je constate que notre ami Nizar est toujours droit dans ses bottes et il n'y en a que pour le Chouchou Youssef..drôle de situation teintée certainement de malaise..que n'a-t-on pas crié au scandale quand BCE déroula la tapis rouge pour un Prince saoudien "sanguinaire et soudain comme se serait écrié un certain Président provisoire "Bonté divine qu'il est gentil le Toutou saoudien "et l'armada de nos "Youssefistes" actuelle qui se met en branle pour louer le tour de passe passe réussi par le Chef du Gouvernement qui a amadoué cette fois-ci l'Ogre saoudien,bien sûr qu'ils n'étaient pas obligés de rappeler qu'un seul mot de BCE aurait suffi pour que Joseph le Témoin reste sagement à la Maison..

safari72
| 18-12-2018 01:13
Votre édito sent davantage le réquisitoire contre la révolution dont vous avez toujours, au fil de vos écrits, minimisé l'importance malgré qu'elle vous ait permis de profiter de la liberté de parole ainsi que vous le faites aujourd'hui. C'était une étape historique importante pour la Tunisie. C'était une révolution quoi que vous en disiez. C'était une révolte populaire qui aurait bien pu déboucher sur des massacres épouvantables. La caractéristique essentielle d'une révolution, faut-il le rappeler, c'est d'entrainer un changement de régime. Ce qui fut le cas pour le mouvement de Janvier 2011 : il a permis de donner au pays une nouvelle Constitution (aussi imparfaite qu'on puisse la juger, mais on sait pourquoi) et de nouvelles règles. Il l'a fait sortir de cette longue période de chape de plomb qui n'était pas prête de se terminer. Les événements qui ont suivi et qui, hélas, se poursuivent encore, sont dus essentiellement à l'inexpérience totale du peuple et ses "élites" de la chose politique et du régime démocratique. C'est un manque de maturité manifeste qui explique les agissements des uns et des autres, chacun dans son domaine. Oui, bien sûr toutes vos constations autour de l'état social, politique et économique du pays sont réelles mais elles sont démoralisantes et elles me semblent dénoter d'un certain découragement amer, comme si tout est déjà perdu... Irrémédiablement perdu. Votre article aurait pu s'intituler : "on n'en est pas là", ce qui voudrait dire : le chemin est encore excessivement long et peut ne jamais aboutir. C'est désespérant.

EL OUAFFY Y
| 17-12-2018 23:27
Oui une révolution a été déclenchée,en croyant que la situation sociale s'améliorerait mieux nous ne sommes pas été au courant que le pays ne possédait pas des ressources suffisants pour garantir une vie meilleure et le manque de faire la distinction entre un président et un Dieu ,
la preuve le système est parti mais la situation empire le jour le jour dans tous les domaines et le slogan : D'?GAGE : n'a pas changé de situation comme croyaient certains et autres rêvent des années d'or une période ratée que ne se répétera jamais .

A lire aussi

Béji Caïd Essebsi semble briguer un nouveau mandat à l’élection présidentielle. Cette info ne vous

22/01/2019 16:59
14

Une belle semaine politique finalement. Ah ce qu’on s’est amusés, surtout que nous avons eu droit à

21/01/2019 15:59
59

La commission administrative de l’UGTT a donc annoncé une grève générale du secteur public de deux

20/01/2019 18:00
9

Il ne fallait pas se bercer d’illusions. Le sort de la grève générale dans le secteur public était

17/01/2019 18:02
5

Newsletter